Chapitre 46 : un plan géant !

- Pourquoi nous ? demanda simplement la Mercenaire aux yeux vairons voyant que le Troll marquait une pause devant la plage de cendres en surplomb de l’énorme forteresse qui se découpait au loin.
- Parce que vous êtes les meilleurs ? proposa Muranbrik avec un sourire taquin.

Le rire de Seksy Tonic fusa – redevenu clair et charmeur comme par le passé. Elle s’assit souplement dans la poudre sombre en prenant soin de bien disposer sa lourde cape de cuir sous son derrière puis ajouta d’un ton badin en désignant Groboulé qui attendait sereinement la prochaine vacherie à venir :

- Ca pourrait expliquer si tu n’avais pas crû bon de nous adjoindre le concours du ténébreux en plates, Guerrier ! Regarde comme il souffle, ce vieux ruffian ! Quel malheur quand on sait ce qu’il a été par le passé !
- L’Avalonienne a raison
, intervint le Chevalier, feignant d’être blessé : En quoi le pauvre Ouik que je suis pourrait il aider les deux combattants d’exception que vous êtes ?
- J’espère que le soleil se réfléchira suffisamment sur l’inutile armure du Général et que cela suffira à aveugler l’ennemi…
murmura le Troll avec des mimiques de comploteur.
- Vu comme il est lent, ça devrait marcher ! renchérit la Mercenaire avant de se rembrunir et de désigner les premiers gigantesques colosses qui déambulaient sur le sinueux chemin menant au château. Mais si ça ne marche pas… Les Géants sont de formidables adversaires. Même provoqués - et  en admettant que nous échappions à leurs coups de botte mortels – ils ne nous suivront pas jusqu’à la passe de Muspelheim sans une bonne raison.
- D’où notre présence ici à tous les trois
, répondit calmement le Guerrier de Midgard en mettant un genoux à terre avant d’ajouter en faisant mine de s’intéresser aux ferrures de son gigantesque bouclier : Dîtes moi compagnons, que savez-vous exactement des us et coutumes de la nation Géante ?
- Je sais que la dernière fois que j’ai combattu ceux qui la composent, j’étais au fait de ma puissance et j’ai bien failli être défait
, souffla Groboulé avec un rictus en retirant son heaume pour éponger son front moite.
- Pareil que l’ancêtre, acquiesça Seksy. Vu que ce sournois de Paladin s’était arrangé pour bloquer le pont lors de notre ultime affrontement, mes camarades et moi avions dû nous tailler un passage dans leurs rangs et bon nombre de mes amis y avaient laissé leur vie.
- C’était l’idée !
sourit le Paladin.
- Elle était excellente ! concéda la grande blonde, bonne joueuse.
- Curieux qu’aucun d’entre-vous n’ait été étonné à l’époque de voir les Géants rester à l’écart de votre bataille ? lança Muranbrik l’air de rien.
- Cette mauvaise bête et sa bande suffisaient amplement à me tenir occupé… rétorqua le Chevalier.
- Et vu la sauvagerie terrible du combat, je comprends aisément qu’ils n’aient pas souhaité s’en mêler ! compléta Seksy Tonic avec assurance.
- Je ne doute pas un instant de cet état de fait, Dame Seksy, reprit le Troll, mais au risque de vous décevoir, la raison de cette prudente neutralité était toute autre! A ce propos, pourquoi croyez-vous qu’ils vous aient laissée repartir après la mort de tous vos compagnons et de votre ennemi alors que vous étiez moribonde, votre santé mentale tout autant que votre beauté détruites par l’éclat de la Goutte ?
- Je… J’avoue que je ne me souviens pas clairement de ce qu’il est advenu après que le fragment m’ait blessée, c’est vrai. Juste de la douleur qui me rendait folle ! Mes premiers souvenirs clairs proviennent du moment ou la Vénérable s’est occupée de moi en tentant d’arrêter le pourrissement de mon visage. 
- Vous ne vous souvenez donc pas de la façon dont vous êtes parvenue à rallier les portes de la Forteresse de l’Ordre n’est ce pas ?
- Non. Je suppose que j’ai marché…
- Dans l’état où vous étiez, vous n’auriez pas franchie la Passe des Morts ! Même des créatures aussi lentes et stupides que des zombis ou des squelettes se seraient repues de votre pauvre corps ainsi fragilisé !  


Bien qu’il n’en laissa rien paraître, le Guerrier massif s’amusait beaucoup. Il attendit patiemment que Groboulé intervienne à nouveau en désignant les Géants :

- Ce sont eux qui l’ont transportée jusqu’à l’avant-poste de n’est ce pas.
- C’est exact !
confirma le Troll.
- Mais pour quelle raison ? s’étonna la Mercenaire. J’avais personnellement abattu plusieurs des leurs pour atteindre le pont et affronter Groboulé. Pourquoi ne m’ont ils donc pas achevée ?
- Tout simplement parce que chez les Géants, le Chef de Horde doit absolument être préservé s’il est blessé !
- Le chef de… Pardon ???


La stupéfaction qui se lisait sur le visage de l’Avalonienne arracha un gloussement satisfait au colosse minérale qui ajouta avec emphase après avoir embrassé de la main le paysage environnant :

- Muspelheim ! Terre de lave et de cendre, patrie des terrifiants Géants des Montagnes ! Et accessoirement le théâtre d’un précédent unique dans toute l’histoire de ce peuple si particulier depuis la création de la Nation Géante par Radogar « la Langue » il y a sept siècles !
- Ne le prends pas mal, Maître Muranbrik, mais je ne comprends RIEN à ce que tu racontes…
s’excusa Groboulé.
- Pareil !!! ricana Seksy. L’espace d’un instant, j’ai même crû que tu sous-entendais que c’était moi la patronne de ces collines sur pattes !
- Je n’ai rien sous-entendu, Dame Seksy : vous êtes – par le sang versé – la quinzième monarque de la Nation Géante ! C’est même tout le problème ! Et l’avantage… Je conçois que ce soit un peu déstabilisant !
- Ca n’est pas UN PEU déstabilisant ! C’est n’importe quoi !!!
se rebella la Blonde, les mains écartées, presque effrayée.
- Au contraire ! D’où ma question relative à votre connaissance de ce peuple… Mais vos réactions conjointes m’éclairent sur ce point : vous êtes tous deux – à l’instar de la majorité des habitants des Royaumes – complètement ignorants en ce qui concerne les rites des Géants. Pour ma part, une éternité d’affrontements entre mon clan et eux m’a permis d’être parfaitement au fait des Lois qui les gouvernent. Hors quand le bruit a couru à l’époque que le Commandement de Radogar était rompu, je n’avais pas trouvé d’explication à ce bouleversement. Il aura fallut que je vous rencontre et que j’apprenne l’histoire de la Goutte pour comprendre enfin ce qui m’avait tant troublé à l’époque. Que je vous explique…

Le Colosse de pierre cessa de feindre de se préoccuper de son précieux bouclier et se tourna vers ses deux compagnons. Lui qui était d’habitude si pleins de retenue, il en tremblait presque d’excitation tellement le sujet le passionnait :

- Comme il en fut de même pour toutes les peuplades des Royaumes qui ont perduré, les Géants ont troqué un jour un mode tribal auto-destructeur pour une approche unie contre les autres créatures. Celui qui fédéra les Géants – accessoirement contre les Trolls d’ailleurs – était Radogar « la Langue ». Son surnom lui viendrait d’une vilaine habitude à lécher avidement les blessures mortelles de ses ennemis vaincus et…
- Au fait !
gronda l’Avalonienne visiblement peu portée sur l’histoire des Royaumes.
- Oui pardon ! sourit Muranbrik. Comme vous l’imaginez probablement, la technique qu’utilisa Radogar pour s’inféoder les autres Clans ne fut pas à proprement parler très démocratique ! S’il évita les massacres inutiles en instituant des duels entre les chefs de tribu à la place des batailles rangées, il dut aussi – pour garantir sa sécurité après un combat qui l’aurait laissé blessé ou affaibli – poser UNE règle absolue admise de tous : le Commandement du Sang Versé ! Ce Commandement impliquait que tout nouveau monarque Géant diminué à la suite d’un duel devait être impérativement soigné et protégé avant d’être à nouveau défié !
- Jusqu’ici je te suis, Caillasse,
tempéra la Mercenaire, mais je t’assure que je n’ai JAMAIS affronté une seule de ces créatures en duel…
- J’ai bien peur que si, Dame Seksy ! Je peux même vous affirmer que vous avez combattu et tué Morkor « le poing », quatorzième monarque du Peuple des géants, lorsque vous avez traversé leur territoire pour aller tuer le Général Groboulé sur ce pont de pierre. Et vous l’avez abattue après avoir accompli le rituel du Duel de Commandement habituellement connu des seuls Géants à la grande stupeur de vos adversaires…
- Les singeries !!!
s’esclaffa la blonde. Tu fais référence aux singeries !!! C’était la Vénérable qui m’avait inculqué ces gesticulations idiotes avant que nous ne partions en mission ! Elle avait insisté pour que je me lance dans cette série de grimaces ridicules si je venais à tomber face à un Géant arborant une masse d’arme à la place de la main gauche.
- La caractéristique unique de Morkor comme vous vous en doutez…
glissa Muranbrik.
- Je comprends mieux maintenant pourquoi elle m’avait dit à l’époque que de mon attention dépendrait notre salut à tous… Voilà donc pourquoi les hordes Géantes s’étaient évanouis comme par enchantement une fois ce monstrueux machot défait.
- Précisément ! Hors ce faisant, vous avez créé un précédent ingérable : une non-Géante était devenue la Chef de Guerre des Tribus de Muspelheim ! Le temps que les Géants qui accompagnaient Morkor ne retournent  demander conseil aux Sages du Clan, vous aviez combattu Groboulé et étiez mourante. Aucune créature n’aurait dû survivre à vos blessures et les shamans Géants préférèrent vous rendre aux vôtres plutôt que de remettre en cause le Commandement qui permettait à la Nation Géante de conserver son unité. Ils vous marquèrent magiquement afin de prendre les mesures nécessaires pour vous trouver un successeur lorsque vous passeriez enfin de vie à trépas mais…
- …mais j’ai survécu !
- Et oui… Et cela, personne ne l’avait prévu ! L’affaire ne fut pas simple à gérer pour le Conseil des Sages ! La frêle humaine moribonde était – par le Sang – leur souveraine de droit ! Des années durant, ils attendirent  fébrilement son retour.
- Seksy Tonic la Tueuse implacable, Reine des Géants !!!
railla le Paladin en mimant l’effroi, les doigts s’agitant.
- Oh non, Seigneur groboulé, corrigea le Guerrier de Midgard. Ne pensez pas un instant qu’ils auraient considéré Dame Seksy comme leur Reine… S’il est une race que les Géants haïssent au moins autant que les Trolls, c’est bien celle des humains ! Cependant, ils DEVAIENT attendre son retour pour que les prétendants puissent la défier. Et la tuer. Afin que tout redevienne comme avant ! C’est alors qu’il y a quelques jours, cette Reine si embarrassante est enfin morte…
- Qui ça, moi ? s’étrangla l’Avalonienne, une main sur la poitrine.
- Oui vous ! confirma le troll. Lorsque l’éclat de la Goutte qui vous habitait a disparu, neutralisé par les pouvoirs que Boxikor vous avait insufflé, le marqueur magique des Shamans Géants qui y était associé est lui aussi revenu à la source. Hors pour les Veilleurs, c’était la preuve tant attendu ! Les premiers duels purent avoir lieu immédiatement pour déterminer qui deviendrait le seizième Monarque de la Nation Géante. La boucherie dura deux jours complets et se solda à ma connaissance par la mort d’une centaine de prétendants et l’accession au pouvoir de Grouik « l’équarrisseur ». 
- …qui tient son nom de ses talents d’artisan en produits carnés…
proposa avec espoir l’Avalonienne.
- Heu non pas vraiment ! se rembrunit Muranbrik. Je dirai plutôt qu’il tient son nom de ses extraordinaires talents de massacreur !
- C’est ce que je craignais… Donc je suppose que ton plan est de me faire combattre ce Grouik ?
- C’est l’idée ! Le problème va être de faire comprendre aux Géants que malgré votre mort, vous êtes bien « la Chétive » !
- Ce qui est - je suppose - mon surnom de Reine chez ces crétins…
- En effet.
- J’aurai préféré choisir moi même !
se renfrogna Seksy après avoir lancé un regard assassin à un Groboulé hilare.
- Vous n’étiez pas en état de le faire et le Conseil des Sages le fit pour vous avec le pragmatisme propre à leur peuple, expliqua le Guerrier amusé.
- Ca risque effectivement d’être un sacré problème ! reprit la Mercenaire. Non seulement la marque dont tu parlais n’est plus en moi mais j’ai surtout beaucoup changé depuis cette époque. Ils vont avoir des difficultés à accepter que la maigre sorcière drapée de noir se soit muée en une Mercenaire pur jus.
- Le caractère est resté le même…
ricana sournoisement Groboulé.
- Je doute qu’ils me laissent parler assez longtemps pour le prouver ! répondit Seksy, piquée.
- D’où la présence à vos cotés du Général Groboulé ! compléta Muranbrik joyeusement.
- Je suis ici pour servir de caution à cette demi-folle ? se lamenta le vieux soldat, les mains sur le crâne et l’air contrit.
- Oui da, Chevalier ! confirma le Troll. Tous les géants sont d’accord sur le fait que l’ennemi de « la Chétive » est tombé lors de la bataille du pont. S’il est capable de revenir d’entre les morts, elle le peut aussi.
- Sans vouloir te peiner, c’est une logique plutôt tirée par les cheveux, Midgardien !
grimaça l’Albionaise.
- A l’instar de mon peuple, les Géants sont des êtres simples. Ils croient aux Signes ! Et le retour du « Lumineux » - c’est ainsi que le Seigneur Groboulé est entré dans leurs Légendes…
- Y a de la chance que pour la canaille…
murmura Seksy.
- …donne toute légitimité au retour de « la Chétive » ! Car pour les Géants, toute chose a une raison.
- Bon admettons !
coupa la Mercenaire. Si je résume, on va voir ces malades dont le plus petit mesure cinq mètre de haut, on les convainc que je suis « la Chétive » revenue de l’au delà grâce à l’autre Conserve, je tue Grouik puis je les envoie ensuite démouler l’armée de l’Ordre vu que je suis la chef !
- C’est presque ça oui !
tempéra le colosse de pierre.
- J’aime pas les « presque » !
- Je vous l’ai dit : jamais les Géants n’accepteront une monarque humaine à leur tête…
- Elle n’a qu’à se marier avec un Géant ensuite !!!
explosa de rire Groboulé. D’après les bruits qui courent, les partenaires bien « pourvus » ont sa préférence…
- Très chevaleresque cette remarque, vieux bouc !
siffla la blonde.
- J’avoue que je n’avais pas creusé cette possibilité, reprit Muranbrik, faussement songeur, avant d’ajouter avec sérieux : Mais vu qu’un mariage Géant dure trois semaines et que le temps nous presse, je propose que nous en restions à mon idée originale.
- Qui est ?
se dépêcha l’infortunée promise, trop heureuse de saisir la providentielle perche.
- Qui est tout d’abord d’abattre Grouik comme vous l’avez compris PUIS de nous sauver aussi vite que possible avec les nouveaux prétendants assoiffés de sang aux fesses.
- Ca implique que je gagne – ce qui est en soit déjà incertain – et que je ne sois pas blessée puisque sinon, conformément au Commandement dont tu nous a parlé, ils attendront que je sois rétablie pour m’aplatir de plus belle. Ce qui ne fait pas du tout notre affaire avec les copains qui doivent déjà en prendre pleins le museau à l’heure ou nous parlons… 
- Voilà qui est admirablement résumé !
applaudit le Guerrier, radieux.
- Admettons… Ben au travail alors ! souffla longuement Seksy Tonic en se remettant debout avec la tête d’une condamnée à mort. Commençons déjà par dénicher ce fameux Grouik !
- Oh ce point ne va pas être le plus compliqué
, gloussa Muranbrik en désignant une horde grouillante de Géants qui faisait grand bruit à l’entrée du pont de pierre bien connu. C’est celui qui dépasse tous les autres de deux têtes avec la barbe tressée de tibias humains, l’armure intégrale en cuir de Drake et un gourdin clouté d’au moins cent livres dans chaque main. Celui qu’on voit le mieux d’ici en fait…
- Fais pas cette tête, « la Chétive »
, intervint Groboulé d’un ton qui se voulait rassurant, plus c’est grand, plus ça fait du bruit quand ça tombe !
- Ah ouais ?
grimaça la Mercenaire : Alors vu la taille de cet enfoiré, on va l’entendre jusqu’à Camelot !


Prochain épisode : Harcèlement