Chapitre 45 : la Capuche

- Je t’avais bien dit qu’elle nous collerait dans la mouise, s’te fourbasse de Palouf !

La minuscule créature azure se tut sous le regard glacial que lui lança sa camarade à la fourrure ocre hérissée par la tension alors qu’elles approchaient de l’antre de celui qu’elles étaient venues rencontrer. Les deux tueuses avaient mené avec brio la première partie de leur dangereuse tâche en contournant habilement et sans se faire repérer les gardiens de l’antre du Chambellan. A un moment pourtant, Titetouffe la Valkyne avait bien crû leur dernière heure arrivée quand le Grand Chancelier Adremal, le redoutable cerbère aussi décharné que mauvais qui arpentait d’un pas menaçant le couloir menant aux quartiers de son Seigneur et Maître s’était écrié, son nez de rapace pointé droit sur l’endroit ou les Midgardiennes invisibles se terraient en tremblant :

- Y A QUELQU’UN ???
- Non, non, y a personne !
avait rétorqué sans même réfléchir la très pénible Chieuse Grave au grand dam de sa velue compagne qui hallucinait.
- Ouf je préfère ça… avait lâché avec soulagement l’horrible Adremal avant de repartir sous le regard abasourdi d’une Titetouffe se considérant déjà comme morte et oubliée.

Pendant quelques secondes qui semblèrent une éternité, la Valkyne avait contemplé en silence la Kobold toujours souriante avec une telle intensité que ce fut Chieuse – gênée – qui demanda timidement :

- Bah quoi… Keskia donc ?
- Incroyable… J’avais déjà rendu mon âme à Kelgor…
- Oula faut pas faire des trucs pareils ! Si je m’amusai à ça avec Loki, ce serait « tintin » ensuite pour la récupérer !!!
- Mais enfin Chieuse, te rends tu compte de ce qu’il vient d’arriver ?
- Ouais. L’autre neuneu a posé une question alors je lui ai répondu ! Y a pas de quoi en faire un cake… C’est pas un scoop dans les Royaumes que la seule chose qui dépasse la cruauté d’Adremal reste sa légendaire connerie !
- Franchement je n’en reviens pas…
- Oui ben remets toi, cocotte ! Il a beau être plus abruti qu’un fut en chêne, on va pas lui refaire le coup deux fois alors bougeons nous les fesses et sortons de ce couloir avant que l’info n’atteigne sa cervelle de limace !!!


Montrant l’exemple, la Bleue s’était carapaté souplement jusqu’à la gigantesque porte à doubles battants qui marquait l’entrée des appartements du Chambellan, la Valkyne encore sous le choc sur les talons. L’huis n’était pas fermée et elles s’étaient glissées avec précaution dans le vestibule avant de commencer leur repérage. C’est dans la chambre à coucher - grande comme la cathédrale de Camelot - qu’elles avaient découvert l’immense corps drapé dans sa longue tunique vautré sur un lit de la taille d’un drakkar de combat. Le Chambellan ! Et visiblement beurré comme une tartine, la terreur ! Une batterie de cruchons hauts comme deux Trolls adultes jonchait les abords de son pieux et il ronflait pire que le Drake. Ah il était beau tiens la terreur des Abysses, bitturé de frais et avachi comme un sac à navets !
Titetouffe se mit à gesticuler avec terreur comme Chieuse Grave tentait de siffler avec application.

- Mais qu’essst ssse que tu fais enfin ? Tu es complètement folle ou quoi ?
- T’inquiète, logiquement ça marche même sur les Nains !
- Arrête sssa tout de sssuite, pauvre maboule ! Que nous importe qu’il ronfle à faire écrouler les Abyssses, tu vas nous faire tuer !!!
- Faudrait savoir
, se renfrogna la Kobold. Puisqu’on s’est fait rouler dans la farine par la matuche d’Aèfkabio et qu’on doit causer à ce déchet, je vois pas où est le problème !
- Définisssons AVANT notre ssstratégie d’approche !
- Vas y toi, définis ! Moi j’dis qu’on peut définir sans avoir à se fâder les grognements craspouilles de cette outre à vinasse ! 


Les sifflements finirent par avoir l’effet escompté et le gisant se retourna sur le coté après un dernier borborygme écœurant, enfonçant comiquement un pouce aux ongles très limite niveau propreté sous sa capuche.

- Whahaha s’te crise !!! s’esclaffa Chieuse Grave en agitant un doigt dénonciateur. Voilà t’y pas que l’Chambellan c’est rien qu’un tétouilleur !!! Quand je raconterai ça aux copains…
- Sssi tu continues à te comporter comme une sssale Kobi, ssse sssera au Valhalla que tu feras tes révélations, vilaine folle !
- Mais je suis une sale kobi…
ricana la Bleue en tirant la langue.
- Aucun doute à ssse sssujet… se renfrogna la Valkyne, agacée.
- Rholala ce que tu peux être « service service » quand tu t’y mets sans dec’…
- Sssa compenssse ta capasssité à ne rien prendre au sssérieux !
coupa la Tueuse velue sèchement.
- N’empêche qu’il ne ronfle plus, Môssieur Murgé ! rétorqua sur le même ton la Bleue triomphante.

Un Ange probablement complètement paumé passa et Titetouffe en profita pour s’asseoir confortablement sur un des nombreux coussins larges comme un stade qui parsemaient le sol de la chambre à coucher. Puis sans un mot, elle tapota le tissu à coté d’elle pour inviter la boudeuse à la rejoindre avant de déclarer, tendue :

- J’essspère que les deux autres vont bien…

Elle faisait référence à la séparation qu’ils avaient dû opérer lorsque Valériane avait « senti » les méchants Ouiks lancés à leur recherche qui se rapprochaient. La Paladine avait proposé que son fils et elle entraînent les deux menaces dans leur sillage pour permettre aux Tueuses d’aller s’entretenir avec le Chambellan. Sur le coup, l’idée avait semblé judicieuse car les Midgardiennes n’attiraient pas leurs poursuivants comme des aimants. Ensuite, progresser jusque dans les quartiers du Maître des Abysses avait nécessité concentration et habileté mais maintenant qu’elles avaient enfin atteint leur but, l’étrange duo se demandait bien COMMENT elles allaient aborder le sujet vu que la Ouikette n’avait pas eu le temps de leur faire part de son fameux « plan subtil ». Hors si d’après Chieuse, « c’était une chance ! », Titetouffe aurait bien aimé quand même pouvoir juger d’elle même car là, elle n’avait pas la moindre idée pour convaincre la pire monstruosité qui soit de leur venir en aide.

- Il est hyper grand… murmura Chieuse Grave avant de se gondoler en désignant la forme toujours prostrée. Non mais t’as VU la taille de ses panards !!! T’imagine s’il coince des pinceaux ??? Si l’odeur est proportionnelle, il a même pas à te talocher pour te dézinguer : il te balance une pompe sur le groin et tu crèves asphyxiée ! PIRE ! Imagine son slip…
- Chieuse
, tenta la Valkyne, peu portée sur les réflexions olfactives rapidement scatologiques de sa camarade, ferme là sss’il te plaît, je réfléchis !  
- Ben et moi je fais quoi d’après toi ?
se rebiffa la Kobold. Tiens… Imagine que…
- Non !
- Rhaaa mais si !!!
insista la lourdingue. Imagine qu’on lui colle une de ses godasse sur le museau !!! Pendant qu’il défaille à cause que c’est trop horrib’, on peut lui causer !
- Sssa ne marchera pas Chieuse
, se rendit la Velue qui savait que maintenant que la Bleue avait une idée fixe, elle ne lâcherait plus le morceau. Regarde toi : tu pues et pourtant…
- Oui mais c’est paske j’ai la peau sensible… L’eau ça m’assèche la fourrure…
- Là n’est pas la question… Tu pues ausssi donc, disais-je, et sssa ne t’empêche pas pour autant, même le sssachant, de couper tes ongles de pieds avec tes dents comme une grosse dégueulassse !
- T’es jalouse paske t’es pas assez souple pour le faire s’tout !
- Non pas du tout ! Je sssuis sssuffisamment agile pour faire ssse genre de sssingeries MAIS je trouve sssa tout sssimplement répugnant !
- Ah mais c’est rien que mes petits petons à moi… Pis ça donne du goût, les trucs entre les orteils…
- Ssse sssont TES pieds, en effet !
rebondit la Velue en éludant prudemment le dernier commentaire avec une moue affligée. N’importe qui d’autre que toi qui approcherait ssson pauvre nez à moins d’un mètre de tes immondes panards tomberait raide mort SSSAUF toi. Et bien il en va de même pour le Chambellan et ssses chaussses. Je te fais grâssse de tes réflexions inhérentes à ssses sous-vêtements et du parallèle éventuel avec ton infecte personne puisque tu n’en portes même pas et te prie  donc de sssessser de me sssaouler avec tes idées à la noix et de me laisser réfléchir !!!

La logique implacable tint enfin la Nuisible bleue coite et elle se contenta de regarder la Valkyne avec le respect né des démonstrations imparables.

- Comment allons nous faire ? se lamentait Titetouffe en désignant avec lassitude le dormeur. Nous sssommes chez lui, il y est tout puisssant et nous n’avons RIEN à offrir en échange de ssson aide… Dés qu’il nous verra, il nous aplatira comme des insssectes négligeables avant même que nous n’ayons ouvert la bouche et notre ami Aèfkabio sssera condamné.
- Bah peut être que si les méchants Ouiks se bagarrent avec Valériane, il leur arrivera ce qu’elle a expliqué ! Tu sais le truc que s’ils utilisent trop leurs pouvoirs, ils resteront ici pour toujours ! Avec un peu de chance, ils tueront cette saleté de Paladine en bonus et Aèfkabio en profitera pour se sauver ! Et tout sera bien qui finira bien et tout ça…
- Aèfkabio ne laisssera pas sssa mère ssseule fassse à la menassse et tu le sssais ausssi bien que moi !
- C’est vrai qu’il reste une sacrée quiche dans son genre, le Trollinou…


Le lourd battant de la chambre du Chambellan s’ouvrit alors à la volée, faisant sursauter les deux Tueuses qui se précipitèrent sous le coussin salvateur. Le bruit de la porte s’écrasant sur le mur avait tiré le Chambellan de sa torpeur avinée et il commençait à se redresser quand le hurlement de joie hystérique à l’entrée de la pièce le fit à nouveau s’effondrer sur sa paillasse en gémissant un « Nooon pas luiiiii !!! » déchirant.

- LA CAPUCHE !!! beuglait le nouvel arrivant. Faut te lever, vilaine feignasse !!! Y a tout pleins de trucs comme moi dedans les Abysses !!!

Titetouffe et Chieuse Grave étaient recroquevillées l’une contre l’autre et tremblaient de tous leurs petits corps. Une forme massive aux contours nébuleux se tenait dans l’encadrement de la porte, ses centaines de membres et de bouches brassant l’air de façon grotesque : Légion le Gluant !

- CHAMBYYYYYY !!! reprenait la monstruosité protoplasmique. T’as entendu ce que je te dis ou bien ? Ca bastonne sec dans la baraque et si tu tardes trop, tu vas rater la fête !!!
- Fous moi la paix, Légion…
suppliait la pauvre forme encapuchonnée en se recroquevillant. T’as rien à faire ici déjà ! Attends que j’attrape cette nouille d’Adremal qui est censé garder ma lourde et il va le sentir passer, ce glandu !
- Ah oui Adremal…
commença une des grosse bouches lippue du Gluant avant qu’une autre placée plus bas ne continue : il est comme qui dirait souffrant !
- T’AS TUE ADREMAL ???
beugla le Chambellan maintenant complètement réveillé en se redressant comme sous un tir de catapulte.
- Mais non je l’ai pas tué rhalala !!! minauda Légion. C’est juste que ce gland voulait pas que je passe ! Il m’a dit « y a quelqu’un ? » et quand j’ai dit « ben oui y a moi », il a répondu « ah je préfère ce coup ci » et il m’a foncé dessus en agitant ses poings. Vu qu’il en a que deux, il était mal barré à ce petit jeu et je lui en ai collé une douzaine sur le chignon !
- Je t’ai déja dit de ne PAS frapper mes employés, Légion ! T’es une croix sans rire !!! Tu sais comment c’est compliqué de trouver de BONS serviteurs qui acceptent de rester dans ce trou sans que tu leur fasses du mal ? Bah non… Tu sais pas ! Tu sais pas parce que toi t’es déjà pleins de trucs dans ton dedans que tu peux latter comme tu veux vu qu’ils ne peuvent pas sortir de dedans toi ! Mais moi, je gère le petit personnel, mon bonhomme ! Alors si tu te mets à leur meuler la face, ils vont avoir des velléités revendicatives à la noix qui vont m’agacer ! Et quand on m’agace, ça m’énerve ! Et quand je m’énerve, c’est affreux comment c’est terrible !!!
- Oui bon ok, j’ai pas assuré avec l’autre prétentieux mais c’est fait alors tu vas pas me faire un trentième trou de balle pour autant ! J’y ferai des excuses, tiens !
- Bon, passons… Alors c’est quoi encore que tu as fait comme connerie pour que je ne puisse même plus cuver en paix…
- Ouais tiens à ce propos et piske t’en causes : c’est pas très sympa d’inviter les Princes et les Grands-Démons à ta petite sauterie en m’oubliant…
- Je ne t’ai pas oublié, je t’ai évité, nuance ! Moi les machins dans ton genre qui trimballent entre deux et trois cents bouches suivant le jour, j’en veux plus à ma table ! T’es un parasite à litrons, Légion ! Un massacreur de cave à pif ! En plus tu pisses sur place et ça c’est vraiment cradô alors tant que t’auras pas appris à te tenir, t’iras biberonner du sirop dans ta grotte moisie ! Accouche plutôt de ton histoire, pique-bouteilles !
- Ah ben merci tiens ! Ca donne envie d’aider quand on est accueilli comme un miséreux sous prétexte que j’arrive pas encore bien à gérer mes vessies et mes biroutes !
- Lâche moi la capuche avec tes chouineries et crache le morceau, enflûre ! J’ai la tête comme un chaudron de mago et je goutterai pas trop d’avoir été tiré du page pour des nèfles…
- Bon been y s’passe un bidule incroyab’ : y a QUATRE trucs presque comme moi qu’on déboulé dans les Abysses et qui foutent un brin que t’y croiras pas ! Je les ai senti ! Y sont comme mes frangins ! Des presque comme moi mais pas pareils, t’y crois toi !?
- C’est affreux cette capacité que tu as à TOUJOURS me raconter des trucs incompréhensibles… Ou alors quand je comprends, c’est jamais intéressant ! T’es un boulet de la conversation, Légion ! Tu sais ça ?
- Ohla je vois ! Je viens icite pour te rendre service à cause que tu m’avais dit que si y en avait deux comme moi, tu te tirerais une flèches dans le capuchon alors je me suis dix que quatre… Mais puisque tu chiques au vilain en me traitant comme si j’étais un pôv’ crouteux , ben démouise toi tout seul, na ! Ca m’apprendra à rendre service !!!


Toujours le derrière sur son lit et le regard encore nébuleux, le Chambellan regardait partir la masse informe. Puis ses idées se mirent enfin en place et c’est d’une voix éteinte qu’il parvint enfin à bégayer, les yeux agrandis d’effroi :

- Quatre comme… Rhoputééé ! LEGION ! REVIENS, MON POTE ! Ah mais attends, sois pas soupe au lait comme ça enfin ! Je t’inviterai à la prochaine sauterie, c’est promis ! LEGION ? T’es là mon Gluant ? Et merdeuuuuu…

Le Chambellan était maintenant complètement réveillé. Il maugréait méchamment des « t’vas voir si y vont m’gonfler longtemps…. » en fouillant dans les tiroirs de la monumentale commode qui jouxtait son lit, balançant dans la pièce en pestant baguettes chatoyantes, armes diverses et artefacts millénaires. Surprise, Titetouffe n’eut pas le temps d’attraper la Kobold qui sortait prestement de la relative protection offerte par le coussin que déjà Chieuse escaladait rapidement le coté du meuble pour apparaître à moins d’un mètre du Maître des Abysses, les poings fermement plantés sur les hanches :

- Hé m’sieur le Chambellan ! l’apostropha la teigne tandis que la Valkyne fermait les yeux et s’enfonçait deux doigts dans les oreilles pour ne pas entendre l’horrible bruit que la pauvrette ferait quand le méchant l’aplatirait sur le meuble.

Trente secondes plus tard, la Tueuse velue - déjà en pleurs - regardait l’endroit ou Chieuse avait été affreusement écrabouillée pour constater – ébahie – qu’elle trônait en fait sur l’épaule droite de la terreur encapuchonnée qui l’écoutait déblatérer comme à son habitude. A la stupéfaction de Titetouffe, le Monstre ricanait d’un air mauvais, lançant des œillades entendues à la Bleue qui poursuivait son babillage. Enfin, le Chambellan se fendit d’un laïus indistinct s’achevant sur un « Marché conclu, Kobold ! » puis déposa avec douceur le cauchemar azur - à priori très fière d’elle - sur le plateau de la commode. Enfin, il quitta la pièce d’un pas décidé en prenant soin de refermer la porte à clef derrière lui. Après s’être assurée que le pas du monstre allait en décroissant, la Valkyne se précipita vers le meuble ou l’attendait une Chieuse au visage habité d’une prétention pompeuse occupée à épousseter une invisible saleté sur son justaucorps de cuir.

- Ah tiens, Titetouffe… fit la Plaie, mielleuse.
- Oui bon ben sssa va hein ! Pour une fois que sss’est toi qui fait preuve de courage et d’à propos…
- Ratata !!!
coupa la Bleue. « Cette fois » ci, c’est pas de la gnognotte ! Pendant que certaines – que je ne nommeraient pas mais qui en ont encore les poils humides de trouille - se déballonnaient honteusement planquées sous les coussins, JE sauvais la situation au péril de ma vie ! Et pas contre des pauvres Hibbies en rotin ou des Albis en carton, non ! Je pactisais avec rien de moins que le Chambellan !!! A ma pogne que je l’avais, la Terreur des Abysses !!!
- Ok Chieuse… Je te consssède que sssur ssse coup, tu as été brillante !
- Je suis la meilleure ?
- Tu es la meilleure !
- Je suis la plus forte ?
- Tu es la plus forte !
- Je suis…
- Oui, oui, OUI, Voilà !!! Tu es TOUT CA et plusss encore mais maintenant tu m’expliques ssse que tu as convenu avec l’autre sournois à cagoule, je t’en prie !
- Bah en fait, j’ai raccroché les wagons sur ce que disait Légion, tu vois… Comme quoi des « comme-Légions » – mais en plus sournois et en plus petits – venaient s’emparer des Abysses ! J’y ai expliqué qu’il y avait deux « comme-légion » – Aèfkabio et l’autre pimbêche – qu’étaient pas des dangereux mais que les deux autres par contre, même le Gluant à coté il faisait office de Luri chauve !
- Bien joué, Chieuse !!! Donc le Chambellan va éliminer les méchants Ouiks !
- Heu… Je pense qu’on peut dire ça oui !
- Ah… Et on peut dire quoi d’autre ?
- On peut dire qu’il va aussi un peu tuer tout le monde !
- Ah…
- Pour être sur !
- Bien entendu…
- …et éviter d’autres nouveaux Légions dans les Abysses…
- Voilà, voilà…
- Oui mais le bon coté c’est que il va commencer par les méchants PUIS par Valériane DONC Aèfkabio aura le temps de se carapater !
- Chieuse… On en a déjà causé… Notre ami ne quittera PAS sa mère pour sauver sa vie !
- Ah oui mince ! Rhaaa c’est ballot ! D’autant qu’en le disant, je SAVAIS que j’avais oublié un petit détail…
- Sss’est trois fois rien voyons… 
- Si, si, j’avoue… Ca peut causer des soucis, je l’admets ! Mais tu as noté quand même  que j’ai causé au Chambellan sans qu’il ne nous écrabouille ! C’est pas de la crotte ça hein !
- J’ai noté ! Par contre, ce que je m’explique mal c’est pourquoi il est sorti en nous enfermant ici, ton nouvel ami ?!
- Il tient à vérifier avant !
- Avant quoi ?
- Avant de me récompenser pour l’avoir informé ! 
- Chieuse… Qu’est ce que le Chambellan t’a dit EXACTEMENT à ce sujet ?
- Ah ça je m’en souviens parfaitement !!! Il m’a dit « Petite Kobi, reste ici pendant que je vais vérifier tes dires ! Sois assurée que tu seras ensuite récompensée comme tu le mérites ! »
- Sssa ne veut rien dire de bon sssa…
- Meuh si !!! Vu que je mérite vachement !!!


Tietouffe dodelinait de la tête, l’air dubitatif, quand le bruit d’une lourde clef joua dans la serrure.

- Planquons-nous !!! glapit la Valkyne en basculant en mode furtif.
- Ah mais non, c’est pour ma récompense !!! protesta la Kobold sans pouvoir résister à la poigne de la Velue qui la faisait verser dans le tiroir resté ouvert et plaquait une main de fer sur sa bouche.

La maigre trombine olivâtre encore cabossée de frais du Grand Chancelier Adremal apparut dans l’ouverture. Ses yeux cruels balayèrent la pièce et il se glissa aussi prestement qu’il le put dans la chambre en prenant soin de refermer l’issue derrière lui. Chieuse continuait de se débattre mais elle se calma complètement en voyant l’autre sortir sournoisement deux gigantesques coutelas de sa ceinture en susurrant d’un ton gourmand :

- Petite Kobi… Où es-tu donc, petite Kobi ? J’ai des jolies choses pour toi, tite Kobi…
- OhlalalalaçaÊtrePasBonDuToutNononononon…
gémit la Flouée en disparaissant à son tour avant de se recroqueviller contre son amie toute aussi effrayée qui s’agitait dans tous les sens avec des regards de bête traquée.

Le barouf commit par les Midgardiennes pétées de trouille dans la commode ne manqua pas d’attirer fatalement l’œil scrutateur du nouvel arrivant qui se dirigea droit sur le tiroir-cachette.

- Chieuse, puisssque sssa semble être TON jour pour les idées géniales, j’essspère qu’il t’en ressste une en magasin car je crois bien qu’on est repérées !!!
- Oh pour ça oui, j’ai même la meilleure idée qu’on puisse trouver : ON COURT !!!


Prochain épisode : un plan géant !