Chapitre 44 : Guerre Totale

- Y sont quand même une foutue chiée !

L’expression – bien que peu conforme aux standards en vogue dans les Hauts Conseils stratégiques – déclencha des signes de tête d’approbation chez les compagnons de l’immense Celte tatouée aux cheveux en bataille. Le petit groupe était posté sur la plus haute colline qui surplombait la Forteresse de l’Ordre de la Goutte. Inquiets et silencieux, ils regardaient l’armée ennemie se déverser sans cesse dans l’immense plaine fumante qui faisait face au quartier général de la société secrète. Une fois les monumentales portes de pierre franchies, les unités bardées d’acier et de cuir partaient se ranger en silence et dans une discipline impeccable sur les emplacements désignés avec des gestes précis par leurs officiers respectifs. Le flot incessant se poursuivait maintenant sur les troupes légères et les soutiens et Gwenyl O’Cairn ajouta avec un style un peu plus  « Celtique » :

- Bizarre… Je vois bien les Rugissants de Garok en première ligne aux cotés des Fer-Vêtus du Duc Abraxas, ainsi que les Fléaux d’Arawn et les encapuchonnés de Toth de Gara, mais pas ces saletés de Lurikeens  ou les Invisibles de Dame Ariel…
- Vu le nom, c’est peut être logique aussi Commandeur O’Cairn
, se marra Will Kinson le Sauvage en balançant une bourrade complice à Muranbrik le Troll avant de frotter son coude devenu douloureux.
- Le nom de cette unité vient de sa capacité à vous faire passer de vie à trépas avec leurs satanées flèches sans que vous ayez pu les apercevoir, pas de leur compétence furtive, Maître Sauvage, précisa Tronchaclac songeur en tripotant son épaisse barbe tressée de cuir et d’argent.
- Pour ce qui est des Cohortes Lurikeens de Giliban, ajouta Morgana la Moniale, elles sont sur l’aile droite. Juste à coté d’une légion bizarre que j’ai du mal à identifier…
- On dirait des cantinières et des marmitons…
gloussa Will en mettant à profit son regard acéré.
- S’ils en sont à incorporer ces malheureux c’est qu’ils prennent la menace que nous représentons vraiment au sérieux ! sourit tristement le Commandeur de Midgard. Nous devions faire diversion, c’est gagné ! Mais j’avoue cependant que l’absence de l’Elfe et de ses diables d’archers est préoccupante.
- Personnellement, je les trouve déjà bien assez nombreux
, intervint Carmina Bartaba la Berzerker avec une moue inquiète.
- Plus on est de fous… susurra le Commandeur d’Albion en repoussant la capuche de sa robe de bure avec une gourmandise peu adaptée à son statut de Moniale.
- Que cette garce de Ariel et ses oreilles pointues soient là ou pas importe peu, ricana méchamment la redoutée Seksy Tonic en caressant les pommeaux de ses sabres croisés. Descendons dans la plaine, sortons leur les tripes du ventre puis allons fêter notre victoire dans la taverne la plus proche.
- Sans un minimum de finesse, ce seront nos entrailles qui rougiront la terre sombre de Muspelheim
, intervint enfin le chevalier Groboulé, le front plissé. Nous allons lutter à deux contre un et bien que nos hommes soient galvanisés par vos présences à tous, il n’en demeure pas moins que nous manquons cruellement d’unités d’élites à aligner en face des troupes de Garok et Abraxas. Sans même parler des autres qui – s’ils n’affichent pas la même brutalité basique – représentent aussi de formidables opposants…
- Coupons les têtes des meneurs et ce sera la débandade !
siffla la Mercenaire, méprisante.
- J’en doute, ma vieille ennemie… grimaça Groboulé. Et tu le sais très bien malgré tes bravades !!! Si par miracle nous parvenions à atteindre leurs commandants et à les tuer – ce qui apparaît déjà en l’état comme hautement improbable - ni les Rugissants, ni les autres sections de vétérans ne rompront le combat. Le Troll ou le Duc – pour ne parler que d’eux - ont bien pris soin de s’entourer d’officiers très compétents qui tiendront la ligne.
- Passons par les flancs dans ce cas
, proposa timidement Will Kinson en désignant les ailes de l’armée adverse. Avec une poignée de Sauvages bien entraînés et motivés, je me fais fort de porter le fer au cœur même de leur dispositif et de le disloquer de l’intérieur.
- Aucun de ceux qui tenteraient la manœuvre n’aurait la moindre chance d’en réchapper…
rétorqua le Paladin.
- Ca je dis pas le contraire mais ça foutrait un sacré merdier, vous pouvez me croire !
insista l’humain en agitant ses terribles lames de guerre.
- De toute façon, vous êtes malheureusement à ma connaissance le seul Sauvage dans nos rangs suffisamment aguerri pour mener à bien ce genre d’action, Maître Will
, trancha sèchement Groboulé, indiquant clairement qu’il pouvait se passer des interventions du jeune homme s’agissant de stratégie.
- Nos hommes sont courageux et fermement décidés à en découdre mais il faut le reconnaître, ils n’ont pas l’expérience de nos opposants
, dit Tronchaclac sobrement. Malgré leur détermination, ils ne résisteront pas longtemps à un choc frontal contre des ennemis disciplinés ayant foulé les pires champs de bataille des Royaumes. Non mes amis, affronter cette coalition sur un mode classique ne débouchera que sur un écrasement rapide et total de nos forces, j’en ai peur…
- Dans ce cas, et bien que ce genre de manœuvre ne me plaise guère, retranchons nous sur les hauteurs et laissons leur le soin de donner l’assaut !
proposa Gwenyl O’Cairn en désignant les collines nues cerclées de lave qui composaient le paysage inquiétant du territoire de Muspelheim.
- L’absence de végétation nous serait fatale
, contra à regret Tronchaclac. La terre rongée par la lave de cette maudite région n’offre aucune protection défensive digne de ce nom et le sol y est aussi dur que le crâne d’un Troll. Nous ne pourrons pas creuser la moindre tranchée et nos troupes seront noyés sous les traits de leurs archers et les sorts de leurs magiciens avant même que les premières unités de contact ne parviennent à porter d’épée. Nous sommes moins nombreux et moins aguerris, il va donc falloir ruser !
- Ruser ici ?
se remit à rire Seksy Tonic. Franchement camarades, à moins de faire pousser une forteresse du sol et de nous y retrancher…
- Sans des renforts de qualité pour supporter la première charge, ça ne changera rien !
intervint à nouveau le Paladin décidément de bien vilaine humeur.
- Le nombre peut être plus une gêne qu’un atout… murmura pour la première fois et presque en s’excusant le monumental Muranbrik, le visage fermé.
- Dans le cas présent, ça ressemble plutôt à une avantage décisif ! rétorqua Groboulé de plus en désagréable sans même regarder le Troll.

Le flot ennemi se tarissait un peu et les premières unités faisaient mouvement. Les sept compagnons restaient muets, chacun réfléchissant au meilleur moyen d’éviter une débâcle évidente. Ce fut Morgana la Moniale qui rompit le silence angoissant de sa voix suave :
  
- Attendez une minute : qu’avons-nous dans nos rangs qu’ils n’ont pas ?
- Pas des cantinières en tout cas
, se marra Will Kinson avant de redevenir sérieux sous le regard réprobateur de Carmina.
- Au lieu de nous focaliser sur leurs points forts – facilement identifiables – concentrons nous plutôt sur les nôtres… poursuivit le Commandeur d’Albion. Tout avantage a son contraire ! Le feu est dévastateur mais il n’est rien contre le calme de l’eau. Tout comme la pierre la plus dure finira par disparaître sous les caresses patientes mais incessantes du vent ! Nous connaissons bien notre ennemi. Et nous l’avons toujours combattu selon les mêmes règles : la force contre la force, la magie contre la magie ! A chaque Champion de l’Ordre, la Confrérie opposait son contraire. Groboulé et Seksy en sont la parfaite illustration, Abraxas et Garok aussi. Il est donc temps de changer notre façon de penser si nous voulons espérer l’emporter !
- Que voilà un beau discours, ma belle amie
, acquiesça Tronchaclac avec douceur, mais nous sommes aussi incapables de modifier notre comportement après des siècles de guerre menées de la même façon que nos adversaires, je le crains. D’autant que je te le rappelle, aucuns d’entre-nous n’a mené une bataille de cette ampleur depuis bien longtemps. Ca fait des siècles que nos affrontements se limitent à des escarmouches - certes violentes et répétées - mais qui sont sans commune mesure avec le combat que nous nous apprêtons à livrer ! 
- Précisément !
exulta la moniale, enchantée en faisant signe aux autres Commandeurs ainsi qu’à Groboulé et Seksy de se rapprocher avant de reprendre plus doucement. Car c’est justement LA qu’est notre avantage ! Je le demande à nouveau : qu’avons nous dans nos rangs qu’ils n’ont pas ?

Tronchaclac fut le premier à comprendre et un grand sourire franc barrait son visage buriné quand il embrassa du regard l’étrange trio qui restait maintenant prudemment en retrait du débat tactique vu l’accueil qui lui était fait. Will taquinait Carmina qui feignait de le gifler en minaudant et Muranbrik le Troll s’était abîmé dans ses pensées, ses yeux d’onyx embrassant l’armée de l’Ordre qui s’ébranlait lentement.

- A l’exception de la jeune Zerk qui est des nôtres, je ne vois qu’un Maître Sauvage et un Guerrier Troll ?! tenta la musculeuse Celte avec étonnement.
- Non, tête d’épingles ! répondit Morgana faussement outrée. Ce que tu vois là ce sont les deux armes secrètes étrangères à notre guerre millénaire ! Deux Héros des Royaumes habitués à survivre de toutes les façons possibles et qui – contrairement à nous qui sommes engoncés dans des habitudes martiales qui tiennent d’un carcan – sont capables de créativité pour sauver leur peau ! Ces combattants livrent des guerres pareilles à celle ci tous les jours où presque ! Il est par ailleurs acquis que les Midgardiens sont régulièrement et dramatiquement en sous-nombre. Et pourtant ils sont toujours là ! Et ni Albion, ni Hibernia ne commettent l’erreur fatale de les considérer comme une quantité négligeable. Dans le conflit des Royaumes, être en infériorité numérique n’empêche pas la victoire si l’excellence, la détermination et la ruse compensent… Hors les Mids sont féroces et sournois, ils le prouvent constamment. De plus, nous sommes actuellement sur leurs terres qu’ils connaissent mieux que quiconque !
- N’y vois aucun mépris supérieur de ma part
, se renfrogna Groboulé, mais tu souhaiterais que nous remettions le commandement de l’armée de la Confrérie entre les mains de deux… aventuriers, Morgana ?
- C’est exactement ce que je propose, Chevalier !     
- Mais ils n’ont aucune compétence en stratégie militaire ! Je ne discute pas leurs talents personnels le moins du monde mais il y a une différence entre se battre dans la mêlée et coordonner les actions de plusieurs milliers de soldats ! Une seule erreur et c’est la mort ! Celle de ceux qui avaient confiance dans les décisions de leur chef !
- On ne s’improvise peut être pas général mais la Moniale est dans le vrai !!!
se lâcha sèchement Seksy Tonic à la surprise générale. En face, ils sont plus nombreux, mieux armés et mieux entraînés donc nous DEVONS trouver un moyen de les surprendre ce dont aucun d’entre nous n’est capable ! A ce propos, depuis toute à l’heure, tu assènes des rebuffades et une mauvaise humeur systématique à tout ce que nos deux alliés peuvent dire ! C’est non seulement injuste à leur encontre - car rien ne les contraint à être ici avec nous - mais c’est surtout indigne du commandant que tu es !
- Je pense à mes hommes !
- Ce ne sont pas TES hommes mais les guerriers de la Confrérie ! Je t’accorde volontiers qu’ils se sont lancés dans cette dernière folie uniquement parce que les Commandeurs et toi même les avez exhortés à marcher sur la forteresse de l’Ordre mais il n’empêche qu’il va te falloir voir les choses en face : tu n’es plus le Paladin héroïque d’hier ! Alors cesse de te comporter comme une vieille ganache aigrie et accepte de passer la main à meilleur que toi lorsque notre salut à tous en dépend !


Un instant, les Commandeurs se demandèrent si la Mercenaire n’avait pas été trop loin. Aucun d’entre eux n’aurait été capable de proférer un tel bilan même s’ils le partageaient de tout cœur en silence. Groboulé affichait un visage blême et sa main tremblait sur le manche de son marteau Roc Titan. Puis un voile imperceptible passa devant ses yeux et il acquiesça de la tête, ses larges épaules s’affaissant légèrement. Consciente de la peine qu’elle venait de causer à son meilleur ennemi, Seksy donna une bourrade amicale au vieux soldat :

- Nous sommes des anachronismes livrant leur dernier combat, Paladin Groboulé. Faisons confiance en ceux là même qui nous ont supplantés afin que cette ultime bataille reste notre plus grande victoire !

Maintenant que les dernières dissensions étaient soldées, les cinq plus vieux regardaient en silence les trois plus jeunes. Interdit de se voir ainsi l’objet de toutes les attentions, Will Kinson demanda d’un ton de petit garçon pris la main dans un pot de miel :

- J’ai encore dit une bêtise ?      
- Maître Will
, éluda doucement Morgana avec un sourire encourageant, et vous aussi, Muranbrik le Guerrier, nous sommes parvenus à une conclusion commune : nous ne vaincrons pas nos ennemis en suivant les tactiques qui sont aujourd’hui les nôtres. Nous avons décidé de remettre le commandement de l’armée entre vos mains. Vous connaissez le terrain et vous êtes des légendes parmi les combattants des Royaumes. Comment dirigeriez vous la bataille ?
- Franchement Dame Morgana, vous savez moi à part rusher…
s’excusa le Sauvage ce qui fit même sourire sincèrement Groboulé.
- Je commencerai par renvoyer les troupes novices, gronda le Troll de son ton sépulcrale, son attention toujours dirigée sur l’ennemi.
- Mais en dehors des Chevaliers de Lumière du général Groboulé et des trois unités de vétérans que nous commandons, nos soldats n’ont jamais connu un champ de bataille… avoua Gwenyl O’Cairn à regret.
- Qu’ils regagnent la forteresse de la Confrérie et s’y retranchent ! rétorqua le colosse de pierre calmement et sans se retourner. Dîtes leur que c’est pour préparer un replis tactique afin de ménager leur orgueil mais faîtes partir ces gosses, ils n’ont rien à faire ici. Au premier choc, ils se débanderont et leur sacrifice aura été vain. Sans compter qu’ils deviendront une gêne pour nous lorsqu’ils tenteront de fuir pour sauver leur vie.
- Vous mettez en doute le courage de nos jeunes recrues ?
demanda la Celte, plus peinée que choquée.
- Non. Je connais simplement Garok et son clan : quand ils chargeront, rien ni personne dans les trois Royaumes ne sera en mesure de les arrêter à l’exception d’une seule chose. Et cette chose est ici même, à Muspelheim !


Personne n’osa demander de quoi il s’agissait puisque le surprenant Troll ne semblait pas décider à être plus précis. Il y avait dans la voix du Guerrier, une fermeté qui n’appartient qu’aux vrais chefs de guerre et tous attendirent – même Will Kinson qui restait bouche bée de stupeur – qu’il poursuive son discours, un bras épais comme un tronc d’arbre embrassant le paysage devant lui :

- En plaine, ils nous écraseront. Adopter une position défensive a déjà été évoqué et n’aboutira effectivement qu’à un massacre encore plus terrible. Nous avons besoin d’une force pour les défaire alors je vais aller vous la trouver. J’aurai besoin pour cela du concours du Général Groboulé et de la Mercenaire aux yeux étranges. Will et Carmina, vous mettez à contribution une ou deux unités légères puis vous vous débrouillez pour attirer l’armée ennemie vers la passe à l’entrée de Muspelheim que les Commandeurs et le gros des troupes investiront et prépareront pour la défense. L’endroit est en hauteur, bordé de falaises infranchissables qui empêcheront tout débordement et il a été fortifié par les Nains. Hors croyez moi, s’il y a une chose que ces nabots font encore mieux que s’enivrer, c’est ériger des fortifications ! L’endroit n’est plus défendu depuis que mes semblables et les Nains se sont alliés mais il a contribué à repousser les Hordes Trolls durant des siècles lors des Guerres des montagnes. Même à dix contre un, vous pourrez vous y retrancher le temps que nous revenions avec nos nouveaux… alliés. Si nous échouons, faîtes honneur à cet endroit car le sang de mes ancêtres en a scellé chaque pierre ! Vous souhaitez voir comment les créatures des Royaumes commandent, montrez nous alors comment celles du conflit de la Goutte savent mourir !

Tous se regardaient. Plus qu’impressionnés, ils étaient galvanisés. L’assurance du colossal Troll agissait sur eux comme la plus formidable des potions de bravoure et les trois Commandeurs gonflés à bloc saluèrent le Colosse de pierre à l’ancienne mode, le poing fermé sur le cœur, puis ils tournèrent les talons comme un seul homme pour retourner organiser les soldats selon les commandements du Guerrier. En retrait, à nouveau droit et solide, Groboulé attendait au coté de Seksy qui grommelait des propos probablement peu sympathiques à propos de ce « gros sac » et de ses « yeux étranges ». Carmina serra avec émotion le grand Troll contre elle puis rejoignit l’armée afin de laisser pudiquement les deux camarades seuls. Will Kinson se dandinait d’un pied sur l’autre, mal à l’aise et le Caillou le regardait avec gravité sans parler :

- Ben dis donc, ça rigole pas quand tu joues le patron… pouffa le Sauvage en voyant la lueur complice inégalable apparaître à nouveau dans les yeux étranges de son ami.
- Ouais ben tu vas moins rigoler quand il va s’agir de rejoindre les vioques avec ces enfoirées de la Goutte au derrière, mon coco ! Fais gaffe à tes fesses et à celles de ta chérie, joli cœur !
- Oh bonhomme ! T’oublie à qui tu parles là ! Je suis le plus jeune Maître Sauvage de Midgard, tu te souviens ?
- Justement ! Evite aussi de trop te la péter si tu n’as pas envie d’être le plus jeune Maître Sauvage de Midgard mort… Une fois dans la passe, ça va être une boucherie sans nom alors garde la tête froide !  
- Bah je serai dans mon élément là bas, vieux paveton ! Les pieds dans la tripaille et les lames dans la viande !!! Par contre ça m’aiderait si tu me disais ce que tu vas aller foutre avec le duo de choc, sans rire ! J’ai suffisamment traîné mes guêtres ici pour savoir qu’il n’y a pas plus d’armée susceptible de nous aider à Muspelheim que d’honnêteté chez Chieuse Grave !!! Allez accouche : c’est quoi l’idée ?
- J’ai jamais parlé d’une armée ! Ni même d’un truc qui allait nous aider. J’ai juste dit que j’allais ramener quelque chose qui arrêterait nos ennemis… Je ne te cache pas que si j’y parviens, va falloir cavaler sec ensuite et dégager de la passe à la vitesse grand « V » car j’ai oublié de préciser un petit détail…
- Genre ?
- Les Nains ont peut être construits la forteresse de la passe pour refouler les Trolls hors de leur territoire à l’origine mais depuis la fin de la guerre entre nos deux peuples, les Seigneurs de Jordheim l’ont aussi considérablement renforcée au lieu de la laisser à l’abandon. Et ce fut fait à la demande de mon peuple. Pour conserver ici les seules créatures présentes dans les trois Royaumes susceptibles de faire naître la peur dans le cœur des miens…
- C’est possible ça ?
- Oh que oui !
- Attends tu me fait flipper là !


Et soudain le jeune Viking blêmit car il venait de comprendre. Il regarda son ami qui dodelinait de la tête en signe de confirmation et c’est d’une voix éteinte qu’il parvint enfin à dire :

- Oh non c’est pas vrai, ce taré de caillasse veut rameuter les Géants !!!

Prochain épisode : la Capuche