Chapitre 5 : Roxy

- Oh les gamines, là : On touche avec les yeux ! J’aimerai bien ne pas avoir à le répéter une troisième fois, ok ?
- Qui elle traite de gamine l’autre frimeuse sapée comme cette crevure de Comtesse Crey ?
siffle la petite rouquine en reposant le lourd bustier en Carbocuir noir clouté avec jarretelles intégrées.
- Laisse tomber, Lou !
sourit la jeune punkette maquillée comme une voiture volée qui accompagne la coléreuse. De toute façon, ça t’aurait donné mauvais genre et je doute que ce soit le style de la Hero Corps.
- A cause de la couleur noire ?
- Plutôt la découpe avant qui laisse les tétons apparents !
- Ah oui tiens, j’avais pas vu !
glousse Lou LaSalle AKA Montagne en vérifiant manuellement et en faisant jouer ses doigts fins dans les trous coquins du costume ce qui déclenche l’hilarité de sa camarade et l’arrivée en trombe de la vendeuse.
- Dis donc toi, tu serais pas du genre sourdingue ?
s’emporte la commerçante engoncée dans son tailleur strict. ICON est réservé à l’élite des Super-héros, pas à des gosses qui devraient être à l’école au lieu de faire les boutiques en bavant sur des articles pour adultes avertis.
- Je bave pas, j’mate !
rétorque la rouquine avec les yeux pétillants avant d’ajouter : ça se vend le machin avec le bout des nichons dehors ? Z’auriez les noms des Sup’Héroïnes qui achètent ?

Tandis que la vendeuse cramoisie bat en retraite en quête de son responsable en regardant Lou comme si elle était la réincarnation de Lilith en personne, sa camarade explosée de rire l’entraîne à sa suite vers la sortie malgré ses « allons bon ?! qu’est ce que j’ai encore dit d’mal ? » vexés. Une fois sur le trottoir, Mélanie Kirby – aussi connue sous le nom de Roxy du temps où elle frayait avec les Krâne et toujours sœur du respecté inspecteur Sam Kirby - accessoirement héroïne primordiale de « l’affaire Social », repart à rire devant la mine contrite de Montagne qui – ses cinq secondes de bouderie réglementaires enfin effectuées – se joint à elle de bon cœur sous l’œil intrigué des passants et des Héros.

- Franchement t’es grave, Lou !
- Mais je vois pas ce que j’ai fait de choquant sans dec’ !!!
- Je sais bien… C’est ça qui me tue de rire !
- Ouais ben tu pourrais m’expliquer n’empêche… Je compte sur toi pour m’affranchir sur la façon dont un black presque quadra réincarné en mouflette blanche de seize piges doit se comporter et toi tu passes ton temps à te payer ma trombine ! T’es pas cool des fois, Roxy !
- Mais si je suis cool… C’est seulement que tu te prends la tête pour rien. Tu essaies à toutes forces de te comporter comme une ado mais faut pas rêver, tu sais : tu es Louis LaSalle et j’ai bien peur que tous tes beaux efforts n’y changent rien ! TIENS !!! REGARDE CE QUE TU VIENS DE FAIRE !!!
- Qu’est ce que je viens de faire ?
- Tu as regardé les fesses de cette Héroïne qui vient de passer !
- Ah… Ca s’est vu ?
- C’est pire quand tu tentes d’être discrète, Lou !
- Franchement je sais plus quoi faire j’te jure…
se lamente la rouquine. Cette foutue carcasse est capable des transformations les plus hallucinantes mais elle revient toujours à sa forme initiale. D’après les toubibs de la Hero Corps, mes capacités de régénérations sont telles que je ne peux pas vieillir car mes cellules considèrent le vieillissement comme une maladie. Je suis humaine mais plus seulement et je commence à franchement dévisser du ciboulot !
- Tu as commencé tes séances avec les spécialistes de la nouvelle division Psy de la Métro comme te l’a conseillée Lady Oméga ?
- Cette garce de Lady ne m’a rien conseillé du tout : après le foutoir que j’ai fichu dans l’escouade en révélant mes origines, elle m’a collé un rendez-vous d’office pour ce soir ! 
- Elle pouvait pas laisser passer ça, Lou… Non seulement tu mets cette pauvre Luciole dans le caca mais en plus tu dévoiles un pan d’une affaire ultra-confidentielle à des novices !
- De toute façon il ne me croient pas…
- C’est assez incroyable, conviens en…
- Etoile Noire croit que je suis une mytho…
- Qui c’est ça Etoile Noire ?
- Une Blaster…
- Ah…
- Hyper mignonne avec un cul pas croyable et…
- Tu vois : tu recommences !
- Rhaaa mince c’est vrai ! C’est peut être pas si couillon finalement le Psy,
se rend la poil de carotte tristement.
- Ca résout pas tout mais ça peut aider, je suppose. Moi je sais que les séances avec Nathan O’Neill pour contrôler mon très pénible occupant  m’ont fait beaucoup de bien par exemple.
- Ah oui tiens ? T’en es où avec cette saleté de parasite infernal ?
- Ca va mieux. Je suis la patronne chez moi. Il n’essaie plus trop de prendre le commandement sinon je lui pince l’Aura jusqu’à ce qu’il couine comme la saleté vicieuse qu’il est. Même si je sais bien que c’est dans sa nature démoniaque de Tentateur et que c’est finalement plus fort que lui. En ce moment, il boude par exemple. Il est là mais il se planque.
- Finalement on fait un sacré duo, toi et moi…
- Une possédée et une réincarnée ? M’en cause pas ! Oula ! T’as vu l’heure ??? On a intérêt à se dépêcher si on veut pas être à la bourre pour le déjeuner avec Marada ! Viens, on fonce au métro !
- T’aurai du lui dire de nous rejoindre à Founder’s Fall !
couine Lou en cavalant à la suite de sa copine. J’aime pas Atlas ! C’est pleins de frimeurs qui viennent se la jouer devant les Héros débutants…
- Elle avait pas longtemps pour manger,
précise Mélanie en bondissant par dessus un groupe de touristes arborant des T-Shirts ridicules « I LOVE PARAGON » qui applaudissent en poussant des cris de joie. Monsieur O’Neill lui a demandé d’auditionner pour les recrutements de la Brigade Improbable et ça me semblait normal que ce soient deux glandeuses comme nous qui fassent le trajet. Pis je peux pas la rappeler en activant mon CommPhone pour fixer un autre rencart sinon je prends le risque que Samuel me repère et s’aperçoive que je sèche au lieu d’être en cours !
- Il va être furax ton frangin s’il s’aperçoit que t’as désactivé cet engin… En bon flicard qu’il est, il est capable de te lancer des condés aux fesses…
- T’as bien fait la même chose avec ton récepteur de la Hero Corps alors pour les leçons…
- J’ai pas le choix sinon je peux même plus aller faire caca avec ces boulets là !!!
- Oui ben pareil : toi tu as ton Super-groupe et moi j’ai Sam ! Chacun sa croix !
- Ah mince…
gémit Montagne en gravissant la rampe qui mène au quai de départ.
- Quoi encore ?
- Tu me files un ticket pour le métro ? J’ai laissé ma carte de la HC dans mon plastron de combat…
- Tu resquilles pas ?
- T’es pas folle ? Je me suis déjà fait chopper deux fois ce mois ci et Oméga m’a prévenu que si ça se reproduisait encore, je serai de corvée administrative avec Appariteur pendant une semaine complète…
- Dur…
- Clair !
- Bon ben tiens et magnons-nous, voilà une rame qu’arrive !!!

Chapitre 6 : Kirby

Ravage le Vigilant est maintenant convaincu d’avoir mis le doigt sur un très gros truc pas sain du tout.
D’une ruade brutale, il accroche la passerelle métallique d’évacuation de l’immeuble désaffecté et se rétabli sans un bruit avant de gravir les escaliers rouillés avec précaution. Samuel Kirby a fait tout ce que sa compétence de flic autorisait et il est temps de passer la main à son alter ego. Puisque la Rue reste muette devant sa plaque de policier et que ses meilleurs informateurs semblent plus terrorisés par ce qu’ils pourraient révéler que par les menaces qu’il exerce à leur encontre, il va taper un cran au dessus. Même s’il faut pour cela franchir les limites de la légalité auxquelles un lieutenant de la Crim’ est tenu.
Il aura ses infos à la manière de Ravage car le Vigilant n’a pas de limites.
La Rue le sait.
Et il va en profiter…

Enfin parvenu sur le toit, la haute silhouette en armure sombre se faufile comme un fantôme entre les sentinelles du Gang, passant d’une zone d’ombre à l’autre avec une célérité logiquement impossible pour son impressionnant gabarit. Kirby jouit naturellement de talents guerriers incroyables mais c’est ce fantastique costume de combat unique qui fait de lui un bagarreur aussi redoutable. Il pourrait éliminer les gardes Freakshows sans problème mais il est là pour avoir des réponses, pas provoquer celui qui reste son seul allié potentiel parmi les Factions. Le seul aussi qui osera peut être parler en souvenir « du bon vieux temps » même si le Héros ne se fait pas beaucoup d’illusions sur cette possibilité avec l’interlocuteur qu’il va revoir.
Le conduit d’aération est en vu et Ravage se coule à l’intérieur avec souplesse, assurant ses prises avant d’entamer sa reptation la tête en bas. Il parcourt quelques mètres puis s’arrête et met à profit le module audio sophistiqué de son casque pour repérer la voix de celui qu’il est venu rencontré. Son attente est de courte durée et il bifurque sur la droite en souriant pour se laisse glisser dans l’étroite cheminée avec une grâce toute féline. Ils sont deux dans la pièce. Peut être trois. Il n’a pas le temps d’attendre que sa cible soit seul et balance un formidable coup de pied dans la grille qui vole en éclat en se laissant tomber à terre.

Le duo fait volte face, déjà en position de combat : les leaders Freakshows ne conservent pas leur position au sein du Gang après des élections démocratiques mais bien sur la base de leurs compétences martiales.
Et sur leur capacité à les réfréner si la situation l’exige…

- Ravage ! se détend le colosse bardé d’implants – la surprise initiale passée - en faisant signe à son camarade de retenir son attaque.
- Dreck… salue le Vigilant d’un hochement de tête avant de désigner l’autre Freak et d’ajouter : navré de vous déranger en plein câlin mais…
- Foutaises… coupe sèchement le chef des Punks. Et j’espère que t’as pas crevé mes gars pour arriver jusqu’à moi…
- J’ai pas touché à un seul cheveux de leurs crêtes, juré…
sourit le Héros.
- Quel mauvais vent t’amène ici, salopard ? ne sourit pas le Punk.
- J’aurai quelques questions urgentes auxquelles tu dois pouvoir répondre !
poursuit Kirby calmement. En privé…

D’un coup d’œil, le Punk tatoué fait comprendre à son second qu’il ne le retient pas et l’homme quitte la pièce en refermant la porte derrière lui. Dreck se déplace jusqu’à la table qui trône au centre de la pièce et remplit deux verres d’une substance émeraude :

- Un petit boost, Héros ? Elle est diluée…
- Je ne touche pas à cette merde de Supéradyne, Dreck. Et tu devrais faire de même…
- Je suppose que tu n’es pas venu ici pour t’inquiéter de ma santé alors viens en au fait, Boucher !

Le fait que le Punk emploie le surnom peu glorieux que les Factions donnaient au Vigilant du temps où il était infecté par le parasite démoniaque qui habite aujourd’hui sa jeune sœur est clair : Ravage est toléré mais il en faudra peu pour que la trêve ne soit rompue. Aussi Samuel Kirby ne s’embarrasse t’il  pas de préliminaires :

- Qu’est ce que tu sais sur le massacre de trois flics dans les quartiers rouges ?
- Peu de choses… J’entends des trucs mais rien de confirmé !
- Commence pas, Dreck ! Cette affaire pue ! Et tu me connais : j’ai un sacré flair pour dénicher les pires embrouilles…
- Pourquoi le Freakshow t’aiderait il, Boucher ? Qu’est ce que nous aurions à gagner à t’affranchir alors que tu n’es qu’un enfoiré de Vigilant dix fois plus teigneux pour nous qu’un Héros classique ?
- Quelque chose tue des Policiers dehors, mec ! Hors tu sais comment les choses se déroulent : celui qui est capable de transformer froidement un flic en tas de viande froide respectera encore moins la vie des minables qui composent les Gangs.
- Le freakshow sait prendre soin des siens, Ravage !
hésite le chef de Faction avant de terminer son verre d’un geste brusque. Si nous devions attendre que tu te bouges le cul à chaque fois que notre existence est menacée, ça fait un bail que notre faction aurait été rayée de la surface de Paragon. Hors c’est l’inverse, mon pote : on s’étend !
- J’ai entendu parler de la guerre qui vous oppose à la Famille et au Conseil, Dreck ! Jusqu’à présent, je ne m’en suis pas mêlé car vous réglez vos comptes entre vous. Mais je suis sur que tu n’aimerais pas beaucoup que je vienne mettre la merde dans vos arrangements…
- Tu aiderais ces enculés de fachos ou ces ordures de maffieux ???
s’étrangle le grand type câblé. Même après qu’ils aient profité du foutoir que la Maîtresse avait collé à Paragon alors que NOUS T’AIDIONS, toi et tes potes pendant « l’affaire Sociale » ???
- Pas de ça avec moi, fumier ! En m’aidant, vous aidiez aussi le Freakshow alors garde tes mimiques scandalisés pour tes potes et me joue pas l’air des vieux compagnons d’arme, tu veux ! D’autant que tu me connais assez pour savoir que je n’aide aucuns des enfoirés dans votre genre en particulier ! Surtout quand vous vous exterminez aussi efficacement !
- Si tu t’en mêles… Si tu… interfères… Tu fragiliseras l’équilibre des trois parties et ce sont les Creys qui en tireront profit !!!
- Ben au moins ce sont des salopards qui ont pignon sur rue…

Un lourd silence s’abat sur la pièce et Dreck en profite pour siffler le godet qu’il destinait initialement à son encombrant invité surprise sans le quitter des yeux.

- Je peux pas t’aider sans contre-partie, Ravage... Et tu le sais, enfoiré ! Alors dis moi ce que tu proposes au lieu de m’emmerder et de me menacer dans mon propre QG !
- En secouant mes indics’, j’ai appris qu’un Raid du Conseil est en préparation contre certains de vos entrepôts !
- Bordel !!! Quand ça ?

- Ce soir…
- Ou ?
- Dis donc, bonhomme : faut miser pour voir !
- Ok… Bon, je peux te dire de sources sures que le meurtre des flics n’est l’œuvre d’aucune Faction classique !
- C‘est de la daube, ton info, Dreck ! Tu sais très bien que s’il y avait une seule chance de trouver une piste qui relie cette affaire à un Gang ou à une quelconque organisation existante de Paragon, je l’aurai appris compte tenu de mes méthodes ! Y a autre chose ! Un truc si pourri que même les pires ventre-mous préfèrent se faire massacrer par moi plutôt que de m’affranchir alors arrête de me prendre pour un con et accouche !
- Putain Ravage… Si jamais on apprend que je t’ai parlé…
murmure le colosse tatoué avec ce qui ressemble à de la crainte ce qui a pour effet de motiver encore plus le Vigilant.
- Je vais finir par apprendre ce qui se trame… Question de temps ! Et je ferai payer au Freakshow ce temps précieux que j’aurai perdu en déclarant à la Rue que la fuite venait de vous !
- T’es qu’un enculé, Boucher !
- Moi aussi je t’aime, Punk… en attendant, balance !

- Je te l’ai dit… Y a rien de sur !!!
- Dreck…
- Y a une rumeur qui courre parmi les Gangs mineurs… Chez les Krânes et ces bouffons de Hellions notamment… Ils parlent d’une mystérieuse menace qui attaquerait leurs membres isolés et les réduirait en charpie !
- Pourquoi la Police n’en a pas entendu parler ?
- Genre !!!
glousse le Punk. Tu vois Brise-Genoux débarquer dans un commissariat pour déclarer une agression mortelle sur un de ses potes ?
- Continue… sourit Kirby, amusé de sa propre intervention candide.
- J’ai entendu parler de cette histoire il y a deux semaines environs. Mais il semblerait que les attaques se fassent plus nombreuses et qu’elles se déroulent maintenant de plus en plus près des zones de patrouille des flicards.
- Les meurtres des flics ne seraient donc pas ciblées ?
- Je pense que tes collègues étaient au mauvais endroit eu mauvais moment…
- Admettons ! Et qui sont les enfoirés qui peuvent massacrer un être humain de cette façon ?
- C’est là que ça se complique, mec : d’après ceux qui sont parvenus à échapper aux attaques, ils auraient été attaqués par des Serviteurs !
- Des serviteurs de quoi ?
- Des Serviteurs de Contrôleurs, putain ! Pas des larbins dans un restau !!! T’es bouché ou quoi ?
- Des Contros renégats utiliseraient leurs Serviteurs pour tuer des gens ?
- T’écoute pas, Ravage : qui parle d’un Contrôleur derrière ses « Pets » ? Les Krânes les auraient traqués un soir et c’est justement Brise-Genoux qui était à leur tête. Tu le connais ce grand couillon là : pas le genre de mec à se déballonner ! Les rares survivants du raid disent qu’ils ont acculé les Serviteurs dans les avenues latérales qui bordent Perez Parc. Y avait de tout ! Du singe en feu, des crottes en terre, ces enfoirés de Fantasmes… Tout ce que les Contrôleurs sont capables de créer pour les épauler ! Plus d’autres bestioles bardées d’acier jamais vu avant et même ces machin brumeux gavés d’énergie négative qui sont à la solde de certains Défenseurs…
- Je vois oui… Continue…
- Brise-Genoux n’est pas un débutant, tu le sais aussi bien que moi : sa première action a été de rechercher les Héros derrière les Serviteurs ! Il avait a sa dispo des foutus traceurs créés exprès pour ça ! Du matos  militaire ultra sophistiqué qu’il s’était procuré sur le marché parallèle à prix d’or. Queue dalle !!! Pas de Contros ! Pas même un fichu Héros vu qu’ils sont tous agglutinés aux Crevasses à démouler du Troll à la chaîne depuis quelques temps. Juste une meute de Serviteurs déchaînés et parfaitement autonomes !!!

- Mais enfin, Dreck… s’emporte Ravage.
- ATTENDS MERDE !!! explose à son tour le chef du Freakshow. POURQUOI tu crois que je t’ai DIT que tu me croirais pas, hein ? Tu me prends pour un con, c’est ça ? Tu crois que j’ignore que les Serviteurs sont dépendants de leurs Maîtres ? Ben si je me réfère à ce que les Krânes ont dit, ces saletés ont trouvé un moyen de vivre leur vie et elles ont fait de Paragon leur terrain de chasse !
- Franchement…
grimace le Vigilant. Bon… Je vais aller voir Brise-Genoux et on verra bien si tu t’es foutu de ma gueule ou pas !
- Ca risque de pas être évident : sur plus de trois cents Krânes partis au baston, y a eu que deux survivants ! Et pas beaux à voir paraît il… Brise-Genoux n’en fait pas partie.
- Tu espères que je vais croire un délire pareil sur la seule base de…
- J’ai pas terminé, Boucher ! Attends le meilleur ! Puisque tu m’as gonflé pour tout savoir, profite du délire jusqu’au bout !!!


Avant d’être Ravage, Samuel Kirby est un flic. Un excellent flic. Et Il n‘aime pas la vilaine sueur grasse qui coule entre ses omoplates. C’est la bouche sèche qu’il déclare doucement :

- Ok, Dreck : c’est quoi la surprise du chef ?
- Quand la bataille a été finie, y avait de la viande partout sur l’avenue ! Trois gros FlyTrucks sans signes distinctifs sont arrivés. Une flopée de types sont descendus et ont embarqué les Serviteurs qui s’acharnaient sur les corps des Krânes avant de faire disparaître les traces du carnage carrément à la FireNuke. C’est te dire si les mecs étaient pressés…
- C’était qui ces gars, Dreck ?
- C’est ça le plus beau ! Et c’est pour ça que personne n’a voulu se mouiller : c’étaient des commandos des Unités Spéciales d’Intervention !
- L’U.S.I. ? Putain mais t’es pas bien ?! Tu voudrais me faire croire que ceux qui sont derrière ce bordel sont…
- Des flics ! Ouais mon pote, c’est exactement ce que je veux dire !

Chapitre 7 : Montagne

Une des grandes curiosité de Paragon City pour un visiteur reste ces lignes de métro inter-quartiers mises en place depuis la création des boucliers de sécurité après la première guerre Rikti. Afin d’éviter une invasion massive et incontrôlée, chaque zone de la ville est cloisonnée hermétiquement par une barrière d’énergie impénétrable et Héros comme citoyens « normaux » n’ont pas d’autre choix que d’emprunter « le tube » pour circuler d’un point à l’autre de la ville. Hors aux environs de midi, force est de constater que les wagons sont bondés :

- Faut quand même être vraiment con…
grogne Lou qui n’est pas parvenue à se dégotter une place assise et a l’impression d’être une asperge dans sa botte trop serrée.
- Quoi donc ?
demande Mélanie, pliée préalablement.
- Regarde moi l’autre abruti avec son casque là ! On a pas idée de se balader avec des putains de planches sur l’épaule pendant les heures de pointes ! Ca donne envie d’être un Ravageur « épines » et de se lâcher rien que pour lui apprendre à ce gros nase !
- Ca sert à rien de t’exciter comme ça alors qu’il y a les ISEC.

Les ISEC – ou inhibiteurs sécuritaires– sont ces modules technologiques développés par Crey Industries après les combats sanglants qui avaient dévastés les galeries du métro lors de la sinistre « Affaire Sociale ». Sans parler des Héros et des Vilains impliqués dans les batailles, des centaines de Paragoniens - pris entre deux feux - avaient été blessés où tués et la municipalité avait depuis truffé les tunnels et les rames de ces modules qui détournent toutes formes d’agression - Super-Pouvoirs ou armements de toutes sortes - contre leurs détenteurs qui feraient l’erreur d’en user. 

- Parlons en de ces damnés gadgets 
!!! intervient un grand et beau héros aux yeux brillants d’une éclatante flamme verdâtre drapé dans sa cape noire et or. Une mienne amie fut hier moquée par un groupe d’adolescents fort mal élevés. Elle commit l’erreur de tenter d’en calotter un qui s’était permis une remarque déplacée sur ses superbes rondeurs et s’est retrouvée avec le visage marqué à la place de l’impudent !
- Elle avait qu’à l’attraper à l’arrivée pour lui meuler la face, cette cruche !
glousse Lou en faisant un clin d’œil à Mélanie.
- Ce ne sont pas là des comportements très héroïques, jeune fille !
se renfrogne l’Important.
- Faudrait savoir !!! Quitte à claquer le museau d’un môme taquin, autant le faire là où ça évite les surprise,
ricane Montagne avant d’ajouter : Et je dis pas ça sous prétexte que je me trimballe cette fichue enveloppe !!! Enfin pas seulement…
- Pareil !
acquiesce Roxy. N’empêche que si les héros se mettent à coller des gnons aux ados, faudra pas s’étonner de voir les rangs des Krânes grossir… Et je sais de quoi je parle !

Le grand et beau héros lève un sourcil courroucé et va pour fermement remettre ces deux insolentes à leur place lorsque la rame de métro est stoppée net dans le tunnel comme si elle venait de percuter un mur en titanium. Dans un bruit de tôles torturées et de vitres qui explosent, les occupants sont propulsés comme des fétus de paille vers l’avant du wagon, s’écrasant les uns sur les autres, transformant les premières couches de voyageurs en pantins désarticulés sanguinolents. La seconde suivante, les rames qui composent le train viennent s’encastrer les unes dans les autres et c’est tout l’ensemble qui se transforme en un accordéon mortel avant de dérailler dans un fracas de fin du monde. La rame du centre - dans laquelle se trouve les deux jeunes filles et le Héros courroucé - est immobilisée et réduite de moitié, transformée en un spectacle terrifiant. Ajoutant à l’horreur ambiante, les lumières de secours prennent le relais des éclairages classiques et dispensent leur lueur rougeâtre sur la catastrophe. Parmi les hurlements de douleur des blessés, les gémissements plaintifs des mourants et les lamentations des survivants hébétés, Mélanie Kirby se relève et constate que le grand et beau Héros a amorti le choc la concernant. Force est de constater qu’il est maintenant beaucoup moins héroïque avec son abdomen défoncé…

- Ne bougez pas…
tente Mélanie en posant la tête du pauvre garçon sur ses cuisses.
- Vu son état, y a peu de chances !
intervient Montagne qui arrive à quatre pattes en tentant d’enjamber les victimes sans dommages vers sa copine soulagée de la voir intacte.
- Qu’est ce qu’il s’est passé, Lou ?
demande Roxy en constatant que les yeux du héros deviennent vitreux et que la flamme qui luit dans son regard vacille avant de s’éteindre. Mince… Je crois qu’il est mort.
- Si c’est pas le cas, c’est un sacré bon imitateur !
confirme Montagne en guise d’épitaphe. Et pour ta question, aucune idée mais c’est une sacrée merde…
- Que tout le monde garde son calme,
lance un immense type costumé en se relevant avant d’écarter les bras pour attirer l’attention des passagers. Je suis HypraNovaBlastor, Super-Chef des Pulsateurs Mirifiques !

La déclaration est accueillie par des murmures de soulagement chez les passagers et le balaise reprend sous de timides applaudissements en désignant une jeune femme casquée et un mec aux épaules monstrueuses qui arborent les mêmes couleurs de Super-Groupe que lui :

- Voici FireHell d’Enfer et MégaGigaTopBash, mes compagnons ! D’autres puissants membres de notre SG sont présents dans les deux wagons restant aussi tranquillisez-vous, Paragoniens ! Sachez enfin que nous avons informé les autorités compétentes du déraillement via nos RadioComms personnels et que les secours arrivent ! Que tout le monde reste calme pendant que nous descendons sur les voies pour essayer de comprendre ce qui a bien pu arriver !
- En parlant de RadioComms, contacte Samuel, Mélanie !
murmure Montagne.
- Ah non ! Il va me tuer !!! T’as qu’à contacter la Hero Corps toi d’abord !!! glapit la jeune Punk.
- Mon appareil s’est brisé pendant la catastrophe… Fais ce que je te dis s’il te plait : je sens pas DU TOUT cette histoire…
- Comme tu veux, Lou, mais tu me défendras quand il me grondera hein !!!

Pendant que Roxy peste contre son VidComm qui confirme que Samuel n’est pas joignable, les trois héros qui se sont superbement présentés serrent les rangs, mettent leurs mains droites l’une au dessus de l’autre, poussent un « Pulsateurs Mirifiques, à la rescousse !!! » tonitruant puis s’arrêtent en constatant que Lou et Mélanie s’avancent vers eux en enfilant leurs mini-masques fournis pour garantir leur identité secrète dans ce genre d’imprévus :
 
- Oh les gamines là,
gronde HypraNovaBlastor en désignant Montagne et Roxy, vous allez où ? On est pas au carnaval là !!!
- Ben on vient vous aider…
dit Mélanie Kirby en assénant son plus beau sourire. Je suis Roxy – héroïne indépendante tant que je n’aurai pas eu mon bac’ sinon mon frère sera furieux -  et voici ma copine Montagne de la Hero Corps !
- Ecoutez les enfants,
reprend le Super-Chef des Pulsateurs Mirifiques visiblement très agacé, on a pas le temps de jouer, ok ? Nous sommes confrontés à une situation de crise alors merci de retourner faire des pâtés dans votre bac à sable !
- Super-Chef,
intervient MégaGigaTopBash en activant ses boucliers de défense, il semblerait que les ISEC soient désactivés !
- Ah ben merde alors
… n’en revient pas Montagne entre rire et colère, voilà que je me fais jeter par des Héros à la noix qui n’ont même pas d’accréditation niveau 20 !!!
- Voilà qui est fâcheux,
tonne HypraNovaBlastor, ignorant royalement cette mini-rouquine. Camarades Pulsateurs Mirifiques, préparons nous au pire : Un déraillement logiquement impossible et la suppression des ISEC, voilà qui ressemble étrangement à un complot Super-Vilainesque probablement fomenté par nos ennemis jurés, l’infâme Tortureuse Sombre  et ses Fouetteuses en Latex Bubo…

D’effroyables déglutitions immondes retentissent et la tête du leader des Pulsateurs Mirifiques disparaît sous une demi-douzaine de jet de bave acide verdâtre. La très racée FireHell d’Enfer fait volte face, ses doigts traçant déjà des circonvolutions enflammé dans l’air quand une volée de carreaux d’acier frappent sa poitrine, la clouant mortellement contre la tôle ravagée du wagon avec un bruit mat. Le balaise MégaGigaTopBash se rue sur sa camarade pour lui venir en aide quand le rayon d’énergie obscure le touche dans le dos, le transformant en statue immobile et tremblante.

- VAHZILOKS !!!
hurle Montagne en se précipitant sur le Tanker sans défense et dont les boucliers de défense viennent de tomber.

A l’instant ou la petite rouquine et le colosse roulent à terre, une nouvelle pluie de traits d’arbalète frappent l’endroit que MégaGigaTopBash occupait. Dans le wagon, la panique est à son comble. A l’extérieur, une horde d’Ombres inquiétantes pousse des grondements de cauchemar et approche de la rame immobilisée. Le visage dément d’un Mortificateur apparaît à une fenêtre en ricanant, ajoutant à la panique des passagers horrifiés :

- La gosse est là !!!
exulte le maniaque en désignant Roxy avec son hachoir.
- On s’connaît ?!
gronde la punkette en se propulsant sur le Vilain les genoux en avant dans un écœurant bruit d’os écrasés.

Le Boucher au visage fracassé n’a pas touché le sol que Mélanie s’est déjà précipité par la fenêtre explosée. Elle atterrit souplement pour découvrir une meute de Vahziloks, toutes spécialités confondues, qui se déverse d’une galerie creusée à même le tunnel du métro et accourent de partout en rugissant. Dans les carcasses désarticulées du wagon de tête, de courageux Héros tentent de s’opposer à l’avancée de cette marée ignoble mais ils se font rapidement submerger et disparaissent dans le flot des cadavres vivants en hurlant. La ligne qui relie Steel à Atlas ne transporte généralement que de jeunes Super-Héros sans grande expérience et – sauf miracle – les séides de l’abominable Docteur Vahzilok sont assurés de l’emporter. Même si deux sales gamines dont l’apparence ne reflète pas vraiment les compétences sont bien décidés à vendre chèrement leur peau…
D’une formidable coup de pied circulaire, Mélanie Kirby envoie la première vague ennemi voler tout en hurlant à destination de Montagne :

- LOU !!! FAIS EVACUER LES PASSAGERS PAR L’ARRIERE !!! CES SALETES ARRIVENT PAR UN TUNNEL LATTERAL CREUSE A L’AVANT ! JE NE POURRAIS PAS LES RETENIR BIEN LONGTEMPS !!!
- On est mal, cocotte !!!
lâche Montagne. Je t’avais pas attendu mais je fais remonter tout le monde là : il doit y avoir aussi un foutu passage à l’arrière qui charrie son quotas de macchabées pourris et j’ai bien peur que les rames de queue soient déjà perdues !!!
- Les civils s’en sortiront pas  si on reste là !
lance Mélanie Kirby en repoussant un nouvel assaut de justesse à grands coups de latte dévastateurs avant de constater  que les redoutables Eidolons la prennent pour cible. Faut évacuer…
- Trop de gens blessés !!!
gémit Lou LaSalle en transformant ses bras en gigantesque porte de titane garnie de pointes sur laquelle vient s’empaler une flopée d’Abominations poussées par leurs infectes semblables qui n’en finissent pas de se déverser dans la galerie comme un pus suintant en glapissant toujours plus affreusement.
- Ahhhhh !!!
laisse échapper Roxy en recevant des éclaboussures de gerbouille sur le flanc. Fichues Abominations !!! Un costume tout propre !!! Nous n’avons aucune protection contre leurs projections acides ! Elles ont beau exploser comme des pommes pourries par demi-douzaine à chacune de mes frappes, elles m’auront à l’usure avec leurs crachats dégueulasses !!!
- Je paierai ta note de pressing,
siffle Lou en rejetant une autre vague de cadavres immédiatement remplacée sur la voie.
- Faut s’arracher d’ici !
crache Mélanie avec le pragmatisme froid qui la caractérise en reculant souplement avant de basculer sur le toit du wagon d’une superbe pirouette pour dominer le champ de bataille et estimer la situation.
- Je ne laisserait pas des civils entre les mains de ces fumiers !!! jette Montagne, définitive en projetant les épines qui parsemaient ses « bras-porte » dans la masse compacte des Abos ce qui a pour effet de les stopper un instant.
- Nom d’un Sorcier Tsoo…
gémit Mélanie du haut de son perchoir en constatant que les deux accès du tunnel sont maintenant noyés par une horde innombrable de Vahziloks.

Aussi loin que son regard porte, la galerie grouille de monstres fétides qui convergent tout droit sur leur rame immobilisée en se jetant sur les rares braves Héros qui luttent encore. Plusieurs horribles Eidolons la désignent de leurs poings gantés de cuir noir en grondant jusqu’à ce que Dépeceurs et Abominations abandonnent leurs proies pour foncer sur elle.

- Montagne !!! Je crois… Je crois que c’est moi la cible !!!
- Et alors ? T’affole pas, ma puce : on est assez balaises pour venir à bout de quelques dizaines de Vahziloks en supportant deux ou trois bobos acides le temps que la cavalerie arrive !
- Quelques dizaines oui, mais ils sont des centaines !
s’étrangle Roxy alors qu’une multitude de membres pourris aux ongles décharnés se tendent pour l’agripper et ouvrent leurs bouches fétides de concert, encouragés par les Mortificateurs. Cette fois ci, on est foutues…

Prochainement : Lady Oméga