Chapitre cinquante neuf : Nathan

Ils courent.
Aussi vite que leur masse leur permet de le faire et sans même se retourner.
Ils n’ont pas besoin de pouvoir mentaux spéciaux qui analyseraient avec certitude la nature du péril qui les talonne. Ce sont des vétérans suffisamment endurcis pour qu’ils sachent pertinemment quand ils doivent se battre et quand ils doivent fuir.
Alors ils courent.
Sans se faire beaucoup d’illusions sur leurs chances de s’en sortir cette fois ci.

- A droite ! ordonne la petite Punk.
- On ne réussira pas à les décrocher, patronne !!! se lamente Mortar.
- Tu préfères qu’on s’arrête ? siffle Clamor sans ralentir malgré le fardeau humain qu’elle porte en bandoulière comme un sac de sport. A gauche !!!
- Ah non hein !!! couine Antenne qui pisse de l’huile et projette des étincelles bleutées à chacun de ses pas. On continue ! J’ai pas envie de perdre mon deuxième bras, moi !!! Une pince presque neuve, putain !!! Quelle misère !!! Je suis pas né avec des influes dans les couches moi et ça va encore me coûter bonbon cette histoire !
- A gauche pis à droite ! lance la chef du petit groupe sans relever l’histoire de la mutilation mais encore sous le choc.

De fait, avant de tomber sur ces saletés, les Tankers Swipers se considéraient comme les plus mortelles machines de guerre qui soient. Véritables chars d’assaut sur pattes à la résistance inouïe, il n’existait pas une créature sur Terre qu’ils n’auraient affrontés au corps à corps sans sourire. Jusqu’à ce qu’ils ne tombent sur ces Choses… La confrontation avait eu lieue – heureusement – au détours d’un couloir étroit plongé dans le noir et c’est très uniquement grâce à cette configuration inespérée qu’ils avaient dû leur survie.
En terrain découvert, ils se seraient fait incontestablement tailler en pièces.

Ca faisait un bon quart d’heure qu’ils erraient sans trop savoir où aller après que O’Neill leur ait annoncé qu’il entrait en transe astrale pour contrer les manœuvres de la Maîtresse et qu’ils leur faudrait assurer la sécurité de son enveloppe. Consciente de la puissance de la Démone suite à sa dernière prestation où elle avait possédé durant quelques minutes le plus grand Contrôleur qui soit, Clamor avait admis que leur salut dépendait de la capacité du Héros à protéger leurs têtes et elle avait promis de se charger de son corps. Malheureusement, l’état de la base secrète après l’explosion qui avait frappé le hangar rendait les déplacements aussi périlleux qu’incertains. Surtout s’agissant de colosses aussi massifs et encombrants que ses compagnons. La Punk ne comptait plus les culs de sac, les éboulements ou les abîmes sans fond qui s’étaient creusés dans le complexe, les contraignant régulièrement à rebrousser chemin. Plusieurs fois, ses camarades lui avaient proposée de s’échapper avec l’Empathe mais elle n’aurait jamais pu se résoudre à abandonner ces deux grands crétins après tout ce qu’ils avaient traversés. Alors ils poursuivaient leur chemin en espérant que la chance veuille bien enfin leur sourire mais elle devait être de mauvaise humeur…

Le premier à avoir fait les frais de la rencontre avec ces redoutables adversaires avait été Antenne. Alors qu’il ouvrait la marche, lancé comme un boulet de canon dans le boyau obscure, il était entré en collision avec « un truc mou mais quand même dur qui avait fait « Grrrrrrrr !!!! » comme il aimait à le raconter depuis l’incident. Là où n’importe quel Héros aurait de prime abord tenté d’identifier l’obstacle, le Swiper ne s’était pas beaucoup posé de question et c’est ce premier réflexe peu social qui lui avait sauvé la vie : il avait abattu ses deux lames mortelles de toute ses forces dans « le truc », provoquant un second « Grrrrrrrr !!! » qui l’avait conforté dans son choix de doubler la mise. Puis de la tripler. Puis de n’arrêter de frapper que lorsque le Truc n’avait plus fait de « Grrrrr » du tout ce qui n’avait pas pris plus de trois secondes vu les moissonneuses batteuses à beigne que sont les Tankers Freakshows.   

- C’était quoi ? avait demandé Clamor en passant devant le boucher qui ne disposait pas de module visuel nocturne depuis qu’il l’avait échangé contre une copie piratée du « Silence des Abos » qui s’était révélée être une connerie de version pour les Tsoos et les malcomprenants..
- Je sais pas… avait répondu l’Arnaqué. Mais ça grogne plus…
- Que je sois damnée… s’était étranglée la Tueuse maintenant capable de voir le Truc. C’est une de ces fameuses Super-Abominations… Berk quelle mocheté !!!
- Ah ben alors elles sont pas si « supers » que ça moi j’dis… avait ricané Antenne.
- Hin Hin Hin… était intervenu Mortar avec sa retenue habituelle. Super-Abo mon derche !!! Super-Ouik tiens !!!
- Ouèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèè !!! avait ricané à son tour le découpeur de Truc qui fait « Grrrrrr ! »
- Oulalalala !!! On décroche les garçons !!! Et à fond les ballons !!! avait hurlé Clamor à la surprise des deux idiots qui continuaient à glousser d’un air entendu.
- Mais ça fait plus « Grrrrrrrrr ! », patronne.
- Non mais celle là est en train de se recomposer sous mes yeux alors que tu l’avais coupé en une douzaines de morceaux !!!
- Ben je retronçonne, pas de soucis !!! Je peux même mâcher les bouts ensuite si ça peut aider ! avait proposé le Colosse tout sourire.
- On aura pas le temps ! Y en a d’autres qui arrivent au bout du couloir et c’est pas des culs de plomb !!! ON DEGAGE !!! MAINTENANT !!!

Sous le regard médusé de la Punk, l’effroyable créature qui commandait le groupe arrivant sur eux à une vitesse ahurissante pour sa masse s’était arrêtée un bref instant et sa poitrine s’était soudain illuminée d’un feu d’enfer. Une pluie d’obus explosifs s’était abattue sur l’endroit qu’ils venaient d’abandonner – pulvérisant pour le coup la Super-Abomination tailladée par Antenne qui se remettait déjà debout, et leur fournissant un rempart protecteur inespéré. En voyant ce que les projectiles venaient de causer à leur infortuné bouclier, les Freakshows avaient alors entamé une fuite éperdue. Comme d’habitude, il avait fallu que Antenne se laisse distraire et s’extasie une seconde de trop avant que l’info n’arrive au cerveau :

- Hahaha !!! Trop mortel !!! Mortar ? T’as vu ? Hihi j’y crois pas : la meuf elle nous tire dessus avec ses nichons !!!

La seconde volée d’obus ne lui avait miraculeusement emporté qu’un bras mais la perte avait été suffisante pour qu’il se rue à la suite des autres qui fuyaient en pestant contre « l’injustice d’être attaqué par des nénés explosifs ». Femme de tête et guerrière aguerrie, Clamor avait percuté immédiatement : jamais ils ne battraient pas ces choses de front. Ni à la course. Aussi la suite n’avait elle été qu’une succession de virages les plus rapides possibles dans le dédale sans fin des couloirs de la Base ennemie. Très vite, le petite groupe avait été complètement paumé, entamant un cache-cache mortel dont l’issue ne ferait aucun doute s’ils ne parvenaient à s’extraire de ce piège à rat.

- Comment va le Héros ? demande Mortar sans quitter le bout de la galerie des yeux maintenant que ses modules de reconstruction lui ont rendu un semblant d’autonomie visuel même si l’œil droit est connecté au gauche ce qui lui donne un regard de caméléon bigleux.
- Il tient le coup… ahane péniblement la leader en reprenant son souffle plus par habitude nostalgique que par besoin réel. On peut pas continuer comme ça, les garçons ! On va finir par tomber dans leurs bras à cavaler comme des canards sans tête.
- Je préfère leur tomber dans les bras que de les voir m’arriver dans le derrière, patronne ! Vu ce que j’ai vu, ils vont pas me faire le sas d’accès façon tendresse… lance Antenne très content de lui.
- Hu Hu Hu… se marre connement l’ex-aveugle. Ils vont t’exploser la boite à vidange !!! T’auras les dents du font qui baignent !!!
- Ouèèèèèèèèèèèèèèèèèè !!! Tu vas te faire décalaminer le conduit à lubrifiant par le…
- La ferme, les poètes ! Je réfléchis ! gronde la Punkette.
- Et ça marche ? en profite Antenne maintenant qu’il est lancé sur son sujet préféré. Nan paske faut pas croire qu’ils vont pas te forer le pipeline à déchet sous prétexte que t’es une nana, hein…
- Hin hin hin naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan !!! T’as bien fait de te faire reconstruire un coffre à bébé, patronne, mais ça va pas attendrir l’autre fêlée avec les mamelles qui Kaboomisent !!!
- Rhaaaaaaaaa ouèèèèèèèèèèèèèè !!! Putééééééééé ! Des sulfateuses dans les nibars ! Fallait oser sans dec ! C’est vrai quoi… Tu t’méfies pas avant d’avoir enlevé le soustingue et là « PAF », une praline dans le museau … C’est méga-rusé quand on y pense…
- Arf ouais… Si ça s’trouve, son abricot c’est un lance-flamme !!!
- Ouèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèè !!! Pis son trou de balle un canon d’artillerie lourde !!!
- C’est une Boooooooooombe cette meuf !!!
- Ouèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèè !!! Hahahahaha !!!
- J’ai trouvé ! Je sais comment détruire ces saletés !!! interrompt Clamor.
- Ah ouais ? Ben cause à mon bras… grince Antenne, dubitatif en désignant le tas de ferraille fumant de son épaule mutilée.
- Si on récapitule, elles se régénèrent, sont aussi blindées que vous deux réunis, sont équipés d’une puissance de feu comparable à l’infanterie lourde Rikti et se déplacent avec la vélocité d’un Ninja Tsoo mais rien de plus !
- Effectivement, tout va bien… acquiesce Mortar. Une ou deux opérations rapides chez Crey avec du matos de première main et on se les fait les pinces dans l’nez !
- Me saoulez pas les garçons ! Maintenant qu’on sait ce qu’elles FONT, que ne font elles PAS ?
- Hum… Les massages ? Ou alors mal ! propose Antenne.
- La vaisselle… ? murmure Mortar en levant les bras pour éviter d’en manger une.
- Des fois, je me demande si vous êtres vraiment aussi cons que vous en avez l’air et ça me rassure…
- Rhooo Clamor, si on peut plus rigoler alors… Dis nous plutôt au lieu de te la péter bêcheuse !
- Elles ne travaillent pas EN EQUIPE ! J’ajoute qu’elles sont en plus visiblement complètement abruties ce qui ne gâte rien. Z’avez vu l’Abo aux seins trafiqués ? Elle n’a pas hésité un instant à défourailler malgré la présence d’une autre Abo parmi nous ! Et c’est grâce à ça que nous allons les baiser car on peut les regrouper sur nous comme des aimants.
- Ah ben oui que je suis quiche : on va aller voir « Néné d’enfer » et on va lui demander GENTIMENT d’exploser ses potes à coups de mamelles ! Je vois pas pourquoi j’y avais pas pensé… Ca doit être à cause de mon bras…
- Tu sais que tu n’est pas bien loin de ce que j’ai en tête… sourit Clamor.
- Ben alors va falloir la changer rapido ta trombine paske « Poumons d’acier » nous transformera en carpaccio à l’instant même ou on viendra lui proposer ton deal génial.
- C’est pour ça que je vais avoir besoin de vous, les copains ! Car je ne vais rien lui dire à cette saleté ! Ca va être une surprise. Mais va falloir que vous payez de vos personnes…
- Je le sens pas ce coup là, je le sens pas… gémit Antenne.
- Meuh t’inquiète donc pas, taquine Mortar. Elle a peut être des petits Roberts, la Clamor, mais coté tronche elle fait du « 110 bonnets E » !
- Depuis quand tu t’y connais en taille de nichon toi ?
- Ben… Depuis que j’achète des dessous à Boudina… hésite l’Attentionné dispendieux sur la défensive.
- Si tu veux vraiment lui faire plaisir, achète lui un nécessaire de rasage et des séances de liposuccion du triple menton à ton Yeti femelle !!! ricane Antenne.
- S’pèce d’enfoiré !!! On avait dit « pas les copines » !!!
- Pas « on », « tu » !!! Moi j’m’en branle, j’en ai pas de nana !

- Ah ouais !? Ben c’est con pour toi paske quand j’en aurai terminé avec ta face de groin, tu seras certain que si t’en dégotte une par miracle, ça sera pas pour ton physique !!!
- Fais pas l’con, j’ai plus qu’un bras !!!
- Flippe pas, j’vais massacrer que ta sale gueule !
- Temps mort, les garçons ! intervient Clamor.
- Toi et ta futur tronche à faire chialer les mioches vous perdez rien pour attendre, fumier chaud ! se renfrogne Mortar en abaissant ses pioches de combat.
- Ah mais écoute donc un peu la chef ! balance le fayot en sursis sans pouvoir s’empêcher d’ajouter : C’est vrai quoi… T’es vraiment un violent… C’est pas ma faute si tu câlines un thon velu… Vas y Clamor, explique ! Je t’écoute MOI !
- Gros salopard…
- Vous allez vous planquer dans la pièce de stockage qui est au sud avec le Héros et je retournerai dans la grande salle de dispatching qui borde le hangar, ajoute la Punkette.
- Seule ? Il y a cinq ou six de ces monstres à nos trousses et nous ne sommes pas assurés d’en démonter une à nous trois !!! Tu as pris un éclat dans le ciboulot quand l’autre débile à paumé son bras où quoi ?
- T’inquiète ! Vous allez me filer vos capsules d’énergie une fois cachés d’où l’importance de planquer vos carcasses avant car vous ne pourrez plus vous défendre le temps que vos batteries de secours ne se rechargent et ne prennent le relais. Ca me donnera la rapidité nécessaire pour mener mon plan à bien.
- Tu vas être en surcharge, Clamor ! Tes composants ne résisteront pas et tu risques d’ exploser si tu fais ça !!!
- Je n’ai besoin que d’une dizaine de secondes et… s’entête la jeune femme.
- Je te vois venir, cocotte : c’est du baratin tout ça ! Tu veux te faire péter au milieu de ces enfoirés en espérant que la déflagration sera suffisante pour les détruire alors nous raconte pas de bobards !!!
- C’est vrai, Clam ? C’est ça que tu as en tête ?
- Il n’y a pas d’autres moyens, les garçons… avoue la Punkette après un long silence sans desserrer les dents. Mettez-vous à l’abri avec O’Neill ! J’ai retourné le problème dans tous les sens et nous n’avons pas d’autre option alors obéissez moi sans discuter pour une fois, merde !
- Tu peux t’brosser ! gronde Mortar.
- Ca c’est clair… ajoute Antenne en tentant de faire un bras d’honneur avant de se souvenir qu’il n’en est plus capable quand il se colle sa pince dans la figure.
- Mais merde !!! s’emporte la Kamikaze. C’est ça ou on y passe tous alors arrêtez un peu d’être cons et faites ce que je dis !!! C’est moi la chef d’abord !!!
- Ah ouais . Ben j’démissione !!! provoque Antenne. Pis l’autre nazouille aussi donc t’es plus que chef de toi et tu l’as dans l’oigne !!!
- Attendez ! jubile Mortar. Je réfléchissais à ce Clamor disait concernant les Abos qui ne sont pas en équipe et tout ça…
- C’était juste pour nous enfumer et nous piquer nos modules pour faire la bombe, s’pèce de Fungus !!! coupe le manchot.
- Ouais peut être mais c’est vrai quand même !!! Et p’t’être que finalement y a un truc qui peut marcher mais faudra quand même filer nos modules à Clamor pour que ça fonctionne et ça va être méga chaud…
- On t’écoute ! dit Clamor plus tendue qu’une arbalète Vahzi.
- Tes fonctions de téléportation sont réparées ?
- Elle ne sont pas très fiables mais je peux encore dériver quelques circuits secondaires pour les stabiliser un peu plus oui…
- Alors voilà ce que je propose : vous vous souvenez de la scène d’intro de « Z-Men 2 » quand l’espèce de mutant bleu tatoué se frite avec la sécurité de Paragon pour buter Madame le Maire…
 
Chapitre soixante : Monsieur Social

- Je ne discute pas la qualité des enveloppes, je dis seulement que c’est pas le tout d’avoir un corps sain, il faudrait déjà trouver un moyen de sortir d’ici… s’entête Maître Wan.
- C’est dingue, moi je bande… s’extasie Boris en exhibant à la cantonade son bas ventre comme un gros dégueulasse exhibitionniste qu’il est. Depuis le début hein !!! C’est fou comment c’est bien foutu ces Ultra-Abos nan ? Même Feral c’est un canon, c’est dire !!! D’ailleurs Feral, à ce propos, ça te dirait pas de tester vite fait sur le gaz ta capacité à…
- Quel crétin franchement ce docteur Vahzilok !!! se lamente Dame Feral peut attentive aux propositions subtiles du priapique fou. On va pas me dire qu’il ne faut pas être un abruti complet pour créer le summum de la destruction ultime tout en lui conservant des besoins aussi crétins que la soif et la faim quand même !!!
- Mais cessez de vous plaindre une minute enfin !!! s’emporte Monsieur Social.
- Je me plains pas, Social, je proposai juste à une vieille camarade de… commence Boris.
- Toi, remballe ton matériel où je te promets que je teste dessus mes capacités polimorphiques !!! menace le leader des Prétoriens.
- M’en fous je sais pas ce que ça veut dire…
- Tu vas pas aimer…
- Ah… ?

- Oh ça non…
- Ca risque d’impacter le bon fonctionnement de ma nouvelle zézette ?
- Sans aucun doute !
- Bon ben je la range alors…
- C’est préférable… sourit sadiquement Social avant de partir dans une de ses légendaires diatribes. Franchement, pour des Maîtres du monde, vous êtes de vrais boulets !!! Ces extraordinaires créations sont de fantastiques opportunités, compagnons : une apparence parfaite et dénuée des traits caractéristiques d’une Abomination classique – odeur comprise heureusement - lui permettant de se fondre dans la masse des paragoniens couplée à une puissance inégalée. Nous avons ENFIN ce à quoi nous avons toujours aspirés : la possibilité de passer inaperçus et un corps virtuellement immortel ! La vie est belle !!!
- Oui mais on est bloqués cent mètres sous terre comme des taupes molles… couine Maître Wan. Pis je suis noir !!! J’ai rien contre les noirs mais j’imagine que c’est tout un bousin à coiffer ces tifs crépus alors ça me perturbe beaucoup… Si Boris ne m’avait pas piqué l’enveloppe de l’asiatique, je serai moins contrarié, je vous l’avoue !
- Mais je veux bien changer, moi !!! gémit Boris. Je bande, certes, mais j’ai un tout petit schmurtz !!! Si j’aurai su qu’il y avait un noir, je me serai pas précipité, juré ! Dis donc Wan, tu voudrais pas me montrer si c’est vrai qu’ils ont une très grosse birou…
- Je me taperai bien un menu Maxi-Blaster avec des Abotatoes au vinaigre et de la confiture d’oignon sucré moi… rêve tout haut Dame Feral.
- Moi j’me taperai bien une tite nana avec des groooooooooos nich… renchérit Boris en se renculotant de son mieux et le plus rapidement possible vu la trombine excédée de Social.
- Je vous jure sur le Code Sacré de notre Ordre que c’est vous que je vais taper si vous ne vous reprenez pas !!! siffle le chef ulcéré. Chaque chose en son temps !!! Comportez vous en Prétoriens, bordel de merde !!! Dés qu’on sera sortis d’ici, nous travaillerons sur un moyen d’inverser les enveloppes de Wan et Boris puis nous nous ferons un gueuleton à tout casser chez Ouik ou chez M’Abo avant de régner sur le Monde, c’est promis !!! Et c’est moi qui invite !
- Je pourrai prendre des suppléments sauce Gerbouille… ? tente Feral.
- Oui…
- Et une Magie-box avec le Sorcier Tsoo articulé ?
- Oui…
- Cool alors !!! Dépêchons-nous !!!

Le quatuor de choc remotivé déboule enfin à l’aplomb des énormes conduits d’ascenseurs et l’espoir renaît.

- Amis Prétoriens, commence Social avec emphase en désignant les larges galeries verticales, voici notre salut ! Le temps de passer en mode polimorphique et nous retrouverons la surface !
- Tu peux expliquer à nouveau s’il te plaît ? minaude Dame Feral relayée par ses deux compagnons affichant des sourires gênés.
- Vous êtres vraiment gonflants sans rire… Entre une ex-baleine obnubilée par la bouffe, un nouveau Black traumatisé par ses tifs et un malheureusement toujours obsédé sexuel allégé du zob, je me dis quand même que je suis bien mal entouré et que c’est pas gagné la domination mondiale. Bon… Je recommence mais vous avez intérêt à bien écouter cette fois ci ok ? Alors, le polimorphisme est un pouvoir…

Alors qu’il est enfin parvenu à capter l’attention de son difficile auditoire, Monsieur Social s’interrompt avec une moue contrariée en constatant qu’une demi-douzaine de Super-Abominations conduites par Grobabar déboule à fond les gamelles d’un couloir adjacent. Son rictus agacé est de courte durée et il se transforme finalement en un grand sourire radieux :

- Une démonstration vaut mieux qu’un grand discours !!! reprend il en faisant craquer ses phalanges et en lançant un clin d’œil complice à ses camarades qui applaudissent en l’encourageant de « oh oui, oh oui ! » tout à fait exagérés. 
- Vous là bas !!! gronde Grobabar avec un ton de reproche peiné, z’êtes de quel Cercle ? On croyait qu’aucun Dem’Sup n’était parvenu à se transférer dans les Ultras ! Quand la Maîtresse va apprendre que vous vous étiez barrés sans l’attendre, vous allez salement vous faire tirer les cornes, les mecs, j’préfère vous l’dire !!!
- Vous regardez hein… frime Social en jetant un dernier regard au trio tremblant d’excitation. Bon… J’y vais… Mais je maîtrise pas encore à fond alors faut pas vous moquer…

L’enveloppe actuelle du leader des Prétoriens est celle d’un homme caucasien d’une trentaine d’années. Musclé mais sans excès, il ne dépasse pas le mètre quatre-vingt et reste d’une neutralité physique agréable à regarder sans pour autant attirer l’attention ce qui reste le but premier d’une Ultra-Abo qui – sans être énormément plus destructrices qu’un Super-Abo au niveau des pouvoirs qu’elle renferme – est destinée à l’infiltration en milieu hostile et à l’espionnage. Il n’empêche que le début de la « démonstration » déclenche chez les spectateurs déjà conquis un torrent de « Oh » et de « Ah » dignes du feu d’artifice qui commémore la fin de la première invasion Rikti. Lorsque ses pieds se transforment en affûts d’artillerie qui se plantent dans le béton renforcé, c’est l’extase ! Quand le haut du corps s’efface pour réapparaître sous la forme d’une espèce de vieux canon à baleine tout naze surmonté d’une bouche démesurée qui demande avec angoisse « Alors ? ça donne quoi ? », il y a quelques ricanements retenus. Mais lorsque le canon pourri envoie un pauvre plomb de la taille d’un confetti de fête foraine mollement dans le front de Gorbabar au lieu du gros arpon mortel espéré, les applaudissements polis se muent en poilade généralisée :

- Chier… ça demande encore une prise en main mais bon, vous saisissez l’idée là ? s’excuse Social.
- Je veux !!! rugit Boris qui se concentre à son tour jusqu’à devenir une boule métallique hérissées de pointes menaçantes.
- Heu… A quoi vous jouez les mecs ? demande Grobabar en décollant le « plomb » qui s’avère être plutôt une crotte de nez rance et qui sent bien que ses troupes s’agitent et menacent de sortir flingues de toutes sortes et armes de poing.
- C’est trooooooooooop géniaaaaaaaaaaaaal !!! éclate de rire Dame Feral en constatant qu’elle n’a eu qu’à y penser pour devenir un maillet géant monté sur ressors.
- Les mecs… insiste le Démon multi-race. Vous jouez à quoi là, les mecs ?
- Yooouuuhhhooouuuu !!! exulte Maître Wan en faisant claquer ses bras transformés en gigantesques ciseaux au tranchant redoutable.
- Z’êtes pas des Démons !!! comprend enfin l’infortuné Grobabar avant d’avoir la tronche emportée par un nouveau projectile qui n’a plus rien d’une crotte de nez tiré par le canon-Social dans un fracas à réveiller un mezzé.

Bien que privé de leur chef désigné qui tâtonne pour retrouver sa tête sans le soutien de ses yeux, les Super-Abominations qui n’attendaient elles aussi qu’une occasion pour pouvoir tester l’efficacité de leurs enveloppes se jettent sur les très enthousiastes Prétoriens. Dame Feral écrabouille « proprement » l’Abo qui se précipitait sur elle en la sulfatant sans discontinuer de ses deux poings mitrailleuses et s’effondre en couinant, plus trouée qu’une passoire. Boris qui roule à une vitesse infernale et parvient enfin à rattraper et à passer sur le ventre de l’Abo qui tentait de lui échapper est stoppé net par un coup phénoménal balancé par une Super-Abo dotée de marteaux titanesques qui transforment la boule piquante en un pauvre ballon crevé. Seul Maître Wan s’en sort plutôt pas mal et entame l’équarrissage consciencieux de son second adversaire quand il reçoit en pleine figure la tête de Grobabar qu’un de ses compagnons Super-étourdi a pris pour un inespéré parpaing. Rapidement, le carnage devient général ! Entre les Super-Abos qui tentent de se régénérer plus vite que les Ultras ne se transforment en bidules meurtriers pour les déchiqueter et les pauvres installations alentours déjà bien instables après l’explosion du hangar, il devient vite évident pour tout le monde qu’il ne restera que des perdants si personne ne calme le jeu. Presque simultanément, Social et Grobabar – qui est enfin parvenu à arracher sa caboche des mains d’un copain qui s’en servait pour aplatir le museau de Feral métamorphosée en râpe à gruyère géante – se mettent à brailler comme des porteuses de sac à main menacées :

- STOOOOOOOOOOOOOOOOOP !!!

Les excités se figent – qui à moitié recomposé, qui en cours de transformation – et les deux leaders s’observent avec une moue contrite.
C’est Grobabar qui brise le pesant silence le premier :     

- Par le cul velu de Jézabel, vous êtes quoi à la fin ?
- Nous sommes les Prétoriens, ex-futur Maîtres du Monde !
- Ouais ben vous vous faîtes pas chier franchement… T’imagine si tout le monde faisait comme vous ? Piquer des enveloppe d’Ultra-Abos comme ça sans prévenir ?
- Oh ça va hein, c’est nous qu’avons eu l’idée des Ultras, mon p’tit Démon alors tu le prends sur un autre ton s’il te plait ! Si on avait pas été là pour souffler l’idée à la Maîtresse, y aurait eu que des grosses mochetés comme vous et rien pour l’infiltration alors ça va bien de donner des leçons !
- Bon…se calme Grobabar les mains levées en signe de bonne volonté. Moi, je veux pas d’histoire, mon pote… Il n’est nul part stipulé dans le contrat qu’on doit latter des Maîtres du Monde alors voilà ce que je te propose : toi et tes potes vous dégagez avant que la Maîtresse ne s’aperçoive de votre présence ici et vous nous laissez tataner les Héros qui nous posent problème.
- Tope la ! jette Social en présentant une main qui ressemble à une tapette à mouches géantes avant de la remballer en rosissant. Pas encore au point cette connerie… Ah mais mince, pourquoi elle redevient pas une main normale cette foutue tapette là ?!
- Ah je vois… T’as même pas lu le manuel comme c’est là en plus…
- Heu non… J’ai pas eu trop le temps en fait ! On était occupés à mater une rébellion d’Identités rebelles pendant la formation alors du coup on tâtonne un poil là…
- Je vois… ment allègrement Grobabar qui n’a pas du tout envie de compliquer encore la situation. Alors je vous explique mais après vous caltez sans rire ! On a du boulot nous, et la patronne est pas vraiment une tendre alors je voudrai pas avoir de pépins tu comprends.

- Oui t’inquiète ! C’est sympa de ta part déjà…
- Evitons de blablater pour rien : qu’est ce que tu sais des ultras exactement  ?
- Je sais ce que j’avais mis dans le cahier des charges initial : ce sont des créatures polimorphiques faites pour passer inaperçues et spécialisées dans l’espionnage. 
- La base est bonne, c’est déjà ça. On a pu voir que tes copains et toi vous avez saisis le coté modif des enveloppes mais ce qui vous fout dedans c’est l’aspect énergie, mon vieux. Si vous utilisez vos pouvoirs comme des maboules, y a un moment ou ça marche plus et comme vous avez gardé une base humaine contrairement à nous, faudra bouffer ou vous reposer pour reprendre votre cohésion. Tu piges ?
- Oui je pige… C’est pas parce que j’ai une paluche en tapette à mouches que je suis abruti… Mais pourquoi on peut pas se transformer en flingue ou en bombe sinon ? J’ai essayé mais ça déconne.
- Vos transformations ne peuvent être que mécanique. Tu ne peux pas synthétiser de la poudre ou un carburant par exemple. C’est pour ça que tu es même si vous pouvez faire des trucs très complexes, vous restez cantonné à des choses plutôt basiques. Tu pourras te transformer en aile delta et planer mais n’espère pas te la jouer missile de croisière.
- Même si je bois le carburant ?
- Aussi étonnant que ça puisse paraître, ça t’empoisonnera aussi sûrement qu’un humain classique ! Autant tu pourras jouer sur ta densité, ta résistance voir même générer un champ de force ou balancer deux trois saloperies électriques en utilisant tes synapses internes et restructurer tes morceaux tranchés, autant tu ne pourras pas par exemple devenir un lance-flamme. C’est plus clair ?
- Oui je crois… En fait on est pas si balèzes que je l’espérait !!! Cet enfoiré de Vahzilok nous a carotté sur la commande d’origine, le fumier !!! Vous, vous avez tout un arsenal de dingue avec des guns de folie et tout mais nous on doit se cantonner au registre médiéval.
- Oui mais nous on passe pas vraiment inaperçus non plus t’avoueras… On fait pas le même boulot, c’est tout ! Pis on a aussi nos contraintes : faut recharger tout ce merdier et si on exagère coté régénération, ça fini par plus marcher tant qu’on a pas absorber le fluide vital d’un humain.
- C’est pour ça que tes deux potes bougent plus là ? demande Social avec une moue d’excuse en désignant les Super-Abos transformées en spaghettis après être passée dans la râpe à gruyère Feral.
- Ben ouais…
- Ils sont morts ceux là ?
- Carrément.
- Ah mince…
- Bah vous saviez pas, s’pas grave !
- Ous mais quand même… J’ai un peu honte maintenant…
- Bah s’pas grave j’te dis ! sourit en retour Grobabar. Ca peut arriver à tout le monde de râper une Super-Abo à mort hein… Bonne maîtrise du monde et à la revoyure, les Prétoriens. Allez vous autres, on repart : vous vous régénérerez en chemin !!!
- Merci pour tout, Démon ! sourit Social en saluant le départ des Super-Abos d’un grand mouvement de tapette-main. On se repose encore un petit moment histoire de pouvoir escalader les colonnes d’ascenseurs avec les bonnes transformations et on met les voiles. Et navré pour ta tête, hein !

Tandis que le quatuor de Super-Abominations survivantes disparaissent par le couloir le plus proche, les prétoriens s’assoient à même le sol pour souffler un peu.

- C’est pour ça que j’avais la dalle… gémit Feral qui voudrait bien se débarrasser des deux cornes de bouc gigantesque qui déforment son front et l’empêchent de relever la tête. On avait pas fait le pleins d’énergie…
- Je dirai plutôt que c’est simplement parce que tu restes la même grosse vache vorace malgré ta nouvelle enveloppe mais bon… ricane méchamment Maître Wan.
- Moi je dis que c’est MEGA-COOL en tout cas ces histoires de polyphonies !!! Ca veut dire que je si j’veux, je peux avoir une super grosse bi… s’illumine Boris avant de prendre un coup de tapette sur le chignon.
- Vraiment sympas ces gars, murmure Monsieur Social. Surtout l’autre là… Gronanar ! Pis pas rancuniers. Ca fait plaisir de temps en temps une bonne mentalité… Bon ben on récupère pis on s’éclipse « à la Prétorien », les amis !
- Avec Style !
- Et Classe !
- Oui mais pas trop vite quand même car ça promet d’être sport l’escalade avec une tapette à mouches à la place des pognes…


Prochainement : Kali