Chapitre quarante sept : Kali

Pendant que Antenne – toujours encastré dans le mur comme une sculpture moderne improbable - tente de se faire tout petit, Clamor et Mortar s’apprêtent à encaisser l’attaque imminente de l’effroyable créature divine qu’est devenue leur ami. Le Swiper aveugle déclenche un borborygme infâme et amusé chez la monstruosité quand il lance pitoyablement son « ohlalalala on va prendre cher je le sens… » mais ce « rire » s’arrête instantanément quand une voix sensuelle mais au contenu surprenant retentit derrière Kali :

- Sors de Kali et laisse le tranquille, salope !!!
- Qui est suicidaire au point d’oser… gronde la déesse maléfique en faisant volte face.

- Moi j’ose !!! répond l’arrivante invisible pour les Freaks du même ton cassant et assuré.
- C’est qui donc ? demande timidement Mortar en « voyant » avec soulagement l’Horreur se diriger d’un pas décidé en direction de la voix.
- Je sais pas. C’est juste derrière le Kali pleins de bras et je suis trop petite pour voir… s’excuse Clamor figée dans sa position de combat. Pis j’hésite à bouger des fois que l’autre mocheté en profite… Antenne !!!
- Oui… gémit l’interpellé.
- C’est qui qu’arrive ?
- Je sais pas…
- Tu vois pas d’où tu es ?
- Non…
- C’est invisible, c’est ça ?
- Je sais pas… J’ai trop peur… J’ai le vertige, Kali est horrib’ alors j’ai coupé mon optique.
- Ben rallume la, patate !
- Nan je vais avoir peur…
- Antenne, rallume ton optique ou tu vas avoir peur pour quelque chose, crois moi ! menace Clamor.
- Nan…

- Mortar, donne un coup de pique sur la coquille à quéquette d’Antenne, tu veux…
- Tout de suite, patronne !!! jubile le Miro.
- Ouiiiiinnnn !!! c’est des méthodes de Tsoo ça, Clamor !!! Pas ma quéquette, merde !!!
- Alors rallume et dis-nous ce qui se passe au lieu de jouer l’autruche câblée, sale trouillard !!!
- Je rallume, je rallume… s’empresse de répondre le futur escouillé. WHAAAAAAAAAAAAAA !!!
- QUOI ? QU’EST CE QUE TU AS VU ???
- Je le savais !!! glapit le suspendu. J’ai le mal des hauteurs !!! J’ai des hallucinations !!!
- Mortar… Quéquette…
- NAAAN !!! Je raconte, je raconte…
- Dommage… se lamente l’ex-piqueur de coquille en remballant son arme à regret.
- La mocheté discute avec deux nanas. Y en a une qu’est toute bronzée, carrossée comme une Ferrari d’compêt’ et complètement à poil alors que l’autre elle est toute blanche et lumineuse comme un projo de stade.
- Une meuf à poil ?! glousse Mortar. Coooooooool ! Viens patronne, on va voir ça !
- Non. JE vais voir ça. Toi, t’en profites pour décrocher l’autre andouille, ça t’occupera. Je te déco de mon optique sinon ça va te distraire. Tu te brancheras sur la sienne quand il sera décroché…
- Pfffff…


Tandis que la Punkette se rapproche à pas de loup du trio étrange visiblement en pleine discussion, Mortar sourit de toutes ses dents et annonce en ricanant :

- Bon ben au travail hein !!! Je vais sauter à ton niveau et planter ma pique dans ta carcasse. Avec nos poids conjugués, ça devrait le faire. Au besoin, je tirerai un bon coup pour te décoller du mur et…
- Saloooooooooooooooo !!! Tu vas me faire du maaaaaaaaaaaal !!! gémit Antenne.
- Ouèèèèèèèèèèèè… se marre le bigleux en s’accroupissant en prévision du saut dans un bruit de pompes hydrauliques torturées. Prépaaaaaare toi… Je vais sauteeeeer…
- Fais pas le con hein… Plante pas ton machin dans ma coquille…
- Vu la taille de la cible, ça serait pas d’bol moi j’dis… Hin Hin Hin…
- Surtout si j’survis… Paske vu que t’es miro et pas moi, j’peux t’assurer que ma pince ratera pas la tienne après…
- Bon on dit « pas la quéquette » alors…
- Hin Hin Hin ouèèèèèèèèèèèè d’accord…
- Arf pourvu que je tape pas dedans sans faire gaffe, tu voudras jamais m’croire sinon…
- Hé hé non… jamais…
- J’hésite du coup…
- Ah ben c’est normal hein… du coup…
- Mais je le fais quand même !!! explose de rire Mortar en s’élançant à la verticale, la pique levée. S‘pas tous les jours que j’peux t’défoncer l’chignon gratos !!!


En entendant le bruit de ferraille torturé, le cri de douleur et le ricanement hystérique qui suit, Clamor est un instant distraite dans sa prudente progression. Les bruits de tôles couvrent cependant salutairement son avancée et elle parvient enfin à portée d’oreille du curieux trio.

- …et si tu lui fait du mal, je t’arrache les bras un par un, boudin ! gronde la superbe créature aux reflets cuivrés, sa main sensuelle pointée sur Kali qui la défie, tous ses poings sur les hanches.
- Tu ne te tireras pas indemne d’un combat contre moi, traînée ! Affronter Kali est autrement plus risqué pour ta petite gueule d’amour que tripoter tes serviteurs dans ton royaume de débauchés !!! crache l’Abomination en faisant siffler sa langue bifide. Je suis une Guerrière ! Je suis la destruction et la Mort ! Tu n’es qu’une punaise jouisseuse et tes supposés talents de séduction n’opèrent pas sur moi. Retourne à la niche, Lilith ! Rentre chez toi ou tu vas vraiment savoir ce que souffrir veut dire…
- Mmmmm… susurre la Reine démoniaque, moqueuse. J’avoue que je suis tentée là… Les fessées m’ont toujours excitée à un point…
- Dépravée ! s’étrangle la Déesse Noire. Je vais t’en donner moi des fessées ! Je vais te mettre les os à nus et j’en sucerai la moelle encore tiède !
- Tu prends des risques, Kali… Après ce qui s’est déroulé entre Shiva et moi… commence Lilith.
- Ah c’est facile, ça ! Tu penses que sous prétexte que tu t’es envoyée l’intégralité de mon Panthéon…
- Je ne me suis pas « envoyée » Ganesh ! corrige la Démone d’un air offusqué. Même si j’avoue que sa grosse trompe épaisse m’avait bien donnée quelques idées…
- Putain !
- Tarée !
- Vicieuse !
- Maboule !
- SAUTE AU PAF !!!
-  ZINZIN !!!
- Mesdames s’il vous plaît… tente la grande femme auréolée d’une lumière aveuglante.
- Toi tu la fermes, Albédo !!! rugit Kali en reportant son regard furieux sur l’intervenante. Tu enfreints les règles les plus sacrées du Pacte qui te lie aux Limbes en revenant ici au coté de cette catin ! Tu n’es tolérée chez nous qu’à cause des Larves de l’Apocalypse que tu as traîtreusement ramené avec toi jadis pour épargner ta minable planète !!! Mais si le Haut Seigneur apprend que tu as quitté ta Tour en les laissant sans surveillance, l’accord sera caduque et tu sais ce qu’il adviendra.
- Si le Héros que tu parasites n’est pas en mesure d’assumer son rôle dans la lutte qui déchire la Terre en ce moment, mon monde d’origine disparaîtra. J’estime donc que la menace représentée par les Larves ne me concernera plus et tu expliqueras toi même au Haut Seigneur la raison pour laquelle ces monstruosités déferlent sur son Univers.
- Mais c’est du chantage ça…
- Non, c’est une promesse…
- Comment la quintessence de la pureté que tu représentes s’autorise t’elle à menacer la survie d’une dimension entière au mépris de ses plus sacrés engagements.
- Au même titre que tu te permets de bafouer les accords d’équilibre concernant ton hôte ! Dans son monde, Kali le Héros est protégé ! Tu n’as pas le DROIT d’y reprendre l’ascendant !
- Cet humain sournois m’a humiliée… Il m’a trompée et maintenant je devrai l’épargner alors qu’il est faible et que je tiens enfin ma revanche !?
- Pourquoi pas… Moi je lui ai bien pardonné… croit bon de préciser Lilith.
- Oh toi ça va hein !!! Avec la promesse d’avoir une queue bien dure plantée entre tes cuisses béantes, tu pardonnerais une invasion d’angelots au plus profond des Limbes !!!
- Les anges n’ont pas de sexe… glousse la taquine.
- Je te crois sur parole ! Nul doute que MÊME CA, tu as été le vérifier de visu !!! raille la tueuse aux bras multiples.
- Je n’y peux rien si je suis curieuse de nature…
- Cochonne !!!
- Malade !

- Mesdames…
- Mais enfin qu’est ce qu’il a de si spécial cet humain pour que vous veniez m’emmerder jusqu’ici alors que je suis dans mon bon droit !? s’indigne la déesse malfaisante. C’est vrai quoi ! Il est légitime de me VENGER de celui qui m’a humiliée devant mes Pairs en s’appropriant mes pouvoirs de façon scandaleuse ! Il s’est… foutu de moi !!! Carrément !
- Ah ça, il faut bien avouer qu’il t’a drôlement niquée ! Note que ça a pas du te faire de mal non plus pour une fois… glousse Lilith avant de se taire en voyant le regard courroucé d’Albédo.
- Si je repars maintenant sans rien avoir commis d’immonde, poursuit l’Horreur en gémissant, je vais être à nouveau la risée de tous !!!
- Ben tu n’as qu’à massacrer les trois idiots qui étaient avec toi quand on est arrivés… propose Lilith avec légèreté. Tu les dépèces, tu les écorches, tu les mâchouilles et puis comme ça tu peux repartir sans trop te chier la honte mais tu laisse mon amoureux tranquille. Je t’aide tiens si tu veux…
- Très élégant, Dame Lilith… commente Albédo les yeux au ciel. Franchement… Vous vous humanisez décidément de plus en plus ! Ca en devient… remarquable !!!
- Merci ! se rengorge très sérieusement l’ordurière occasionnelle. Hé, c’est qu’on a bricolé des capteurs au palais ! Pour la télé… Maintenant je peux me taper « Sex & the Paragon City », « 24 heures Abo » ou « Super-Friends » alors je m’entraîne ! Y sont trop ces humains sans rire… Ca nous change un peu de « Massacre Academy », « l’île de la pendaison » ou « à la recherche de la nouvelle tare » faut bien l’avouer !
- Certes, certes… se lamente Albédo.
- Ca suffirait tu crois ? demande Kali avec espoir après réflexion. Juste un trio de pauvres crétins d’humains ?
- Si tu les supplicies vraiment très fort, l’honneur sera sauf ! la rassure la Démone avec un grand sourire complice.
- Ca va, on vous dérange pas trop ? intervient Clamor que la fureur fait sortir de sa prudente réserve.
- Qu’est ce qu’elle fait là celle là ? s’étonne Lilith en pointant un doigt dégoutté sur la Punkette. Veux tu bien retourner auprès de tes gros camarades le temps que nous déterminions la meilleure façon de vous torturer subtilement, misérable créature !
- Vas donc mettre une culotte, ensuite tu pourras causer ! ricane Clamor, déclenchant chez sa cible un début d’apoplexie. Quand on se pavane dans les égouts avec l’abricot à l’air, on a au moins la décence de mettre ses mains devant ! D’autant que c’est pas poli de montrer du doigt !
- Et toc ! s’esclaffe Kali. « l’abricot à l’air ! » Ahaha ! Elle me plait bien, cette humaine !
- Oh toi ça va hein le gros thon à la langue pendante ! Tu crois que tu nous impressionnes sans déconner ?
- Je pense que oui, répond très calmement la Déesse Sombre, amusée.
- Ok… C’est vrai que tu dois assurer mais comme tu disais toute à l’heure à la nudiste, si tu veux te la donner avec nous, prépare déjà les pansements parce qu’on va pas se laisser faire ! On est des Freakshows, saleté ! Au bout du compte, tu vas peut être nous faire la peau mais j’espère pour toi que tu as une bonne mutuelle car tu seras pas être volée sur l’addition!
- Elle me… menace ? demande Kali, éberluée, aux deux autres. Vous avez entendu ? Cette ridicule et chétive créature me menace ! Mais tu devrais me supplier pour que ta mort soit rapide, petite sotte !!! Me provoquer ainsi ne fera qu’attiser mon courroux, le comprends-tu ? Je pense que cette humain n’a pas tout son compte… Ca expliquerait les étranges peintures clownesques qui lui barbouillent la figure et le fait qu’elle drape ses jambes dans des filets à orange et le reste dans des loques rapiécées… Sans parler du fait qu’elle est coiffée comme un dessous de bras !!! Ah tiens !!! Voilà ses deux compagnons qui arrivent ! Par le Haut Seigneur, qu’ils sont vilains eux aussi ! Regardez moi ça ! Des Golems de fer avec une toute petite tête ! C’est d’un risible !
- Bon et bien puisqu’ils viennent vers nous, je propose que nous les écrabouillons rapidement – mais dans d’atroces souffrance quand même – puis que tu libères enfin mon cher Kali, lance joyeusement Lilith. Notre escapade sur ce monde puant a assez duré et je commencerai bien à me peler un peu les miches pour tout vous dire… La folle mal coiffée n’a pas tort, j’aurai dû prendre une petite laine…
- J’ai bien peur de ne pas pouvoir vous laisser mettre à mort les Freakshows… intervient Albédo.
- Déjà va falloir pouvoir le faire ! grogne Clamor qui regagne en confiance maintenant qu’elle est flanquée de ses deux abrutis préférés qui restent stupidement la bouche ouverte en regardant Lilith.
- Vous faire trépasser tient de l’anecdotique, moucherons ! coupe Kali la Noire. Par contre, j’aimerai que la mystérieuse Albédo nous éclaire sur cette impossibilité à éliminer cette négligeable engeance.
- Le rôle que Kali doit jouer ne pourra être complet qu’avec le concours de ses trois camarades, répond l’Héroïne lumineuse.
- Ah bon ? s’étonne Lilith. Et comment on sait ça ?
- Moi je le sais, tranche Albédo, définitive.
- Et comment peut on savoir que tu sais ? reprend Kali, fine mouche.
- Parce que je l’ai lu !
- Ah oui ?
- Oui.
- Et où donc ?
- Dans le Grand Livre Cosmique !
- Dans le Grand Livre Cosmique ?
- Oui.
- Ben voyons… doute Lilith.
- Il a bon dos le Grand Livre Cosmique… renchérit Kali.
- Ca m’étonnerait que deux imbéciles colosses en ferraille et une rase-motte maquillée comme une voiture volée se soient vus accordés un seul mot dans le Grand Livre Cosmique… poursuit Lilith.
- Pourtant c’est le cas, dit la grande femme nimbée de blanc sans se départir de son flegme. En tant que Lectrice du Grand Livre Cosmique pour cette réalité, je vous l’affirme ! Et comme aucune d’entre-vous n’est une Lectrice autorisée de vos Panthéons respectifs, vous vous devez de vous incliner.
- Tu as du bol que Ganesh l’éléphant ne soit pas ici pour te contredire… crache Kali.
- Oui tu as de la chance… D’autant que ça aurait pu être sympa car je me demande si la trompe de Ganesh… commence Lilith, les yeux brillants.
- Je m’en fiche du Grand Livre Cosmique !!! se rebelle la Déesse de la Mort. Je ne repartirai pas à la maison sans avoir massacré un truc ! Peu importe ce qu’il m’en coûtera ! Hors de question que je repasse encore pour une andouille…
- C’est pour cela que j’ai une alternative à proposer, Noire Kali, sourit A1bédo. Tu restes maîtresse de l’enveloppe corporelle de ton hôte et tu accompagnes le trio sur le lieu où cette histoire rocambolesque trouvera sa conclusion. Je t’y promets une moisson de crânes et des rivières de sang. Tu en sortiras grandie et ton honneur sera sauf. Mais en retour, tu t’engages sur le Haut Seigneur à quitter l’enveloppe à l’instant précis où tu seras confrontée au Karma d’un Juste ! Tel est l’accord, l’accepte-tu ?
- Tu m’assures que j’aurai mon quotas de meurtre et de massacre…
- Je te le jure solennellement sur ce que j’ai de plus Sacré !
- Tu jurerais aussi solennellement sur ce que tu as de plus Sacré que tu ne nous as pas enfumées concernant le Grand Livre Cosmique et les trois idiots ? taquine la Déesse maléfique.
- Heu… Je ne pense pas… s’empourpre comiquement l’Héroïne.
- Dans ce cas je suis rassurée et je te crois ! lance la Monstrueuse créature avec un rictus jovial. Tu es une admirable bluffeuse, Albédo la Pure.
- Elle nous avait menties ?! Rhoooooo c’est pas bien ça, Albédo !!! glousse Lilith. T’as pas honte franchement ! Attention hein : on commence par un petit baratin de rien du tout et on se retrouve rapidement avec deux cornes sur le front et une queue fourchue ! Et je sais de quoi je parle…
- Le temps presse ! reprend Albédo. Je vais indiquer à Dame Lilith où il convient de vous transporter magiquement pour que vous jouiez votre rôle. Le reste dépendra de vous. Je sens que les Larves s’agitent à nouveau et je dois rentrer assumer mon rôle de Sentinelle.
 
Une fois que la grande Héroïne a terminé de discuter avec la Reine Démon, elle pose ses mains diaphanes sur les épaules de Clamor et murmure :

- Je ne sais pas du tout dans quoi je vous ai embarqués, mon enfant ! Je sens que la personne que j’aime le plus au monde est en grand danger. Cet ami s’appelle Mac et j’ai utilisé ce stratagème pour vous sauver la vie à tous en espérant que vos talents contribueront l’aider dans son épreuve mais il très est probable que vous tombiez de Charybde en Scylla…
- La Chose qui contrôle Kali nous aurait tués de toute façon, je le sais. Nous vous sommes redevables et les Freakshows paient toujours leurs dettes, madame. Quel qu’en soit le prix. Nous protégerons ce Mac.
- Je me suis mal expliquée… J’ai bien peur que malgré votre courage, vous ne puissiez rien faire pour lui malheureusement. Son Aura s’estompe lentement et je sais que les Nornes surveillent son fil de très près…
- Comment ça ?!
- En bien je doute qu’il survive à cette nouvelle bataille… précise Albédo devant l’œil suspicieux de Clamor. 
- Qu’attendez-vous de nous alors ?
- Passez lui un simple message. Dîtes lui que je suis fière de lui. De ce qu’il est redevenu. Dîtes lui aussi que… je l’aime plus que tout au monde et que je l’attends si les choses tournaient mal.
- Ce sera fait, madame.
- Encore une chose : méfie toi de Kali !
- Elle ne va pas nous aider ? Elle a promis pourtant !
- Oh mais bien sur qu’elle va vous aider. Mais je la connais : elle ne s’est pas engagée à ce que la moisson de crânes que je lui ai promis ne comporte pas les votre tout en haut de la pile éventuellement ! C’est une Déesse très puissante mais qui peine à distinguer ses alliés de ses ennemis dés lors qu’elle déchaîne ses pouvoirs alors gardez un œil sur elle, c’est préférable.
- Vous savez… Je pense que tout se passera bien… glisse Clamor en rougissant.
- Ah oui et pourquoi cela ?
- Ben… ça peut paraître prétentieux mais je pense qu’elle m’aime bien…
- Et tu as tout à fait raison ! C’est d’ailleurs pour cela que je m’inquiète pour vous, acquiesce Albédo avec un clin d’œil complice.
- Heu ? Ca devrait pourtant contribuer à ce qu’elle n’oublie pas que nous sommes du même coté non ?
- Chez les personnes normalement constituées, ça devrait en effet. Concernant Kali, c’est plus compliqué : elle adore avoir auprès d’elle ceux qui lui tiennent à cœur. Très près.
- Je ne vois personne auprès d’elle là…
- Et pourtant ils sont tous là : le collier de crânes sanglants qui décore sa poitrine est justement constitué de tous ceux qu’elle a jugé digne d’intérêt. Tu noteras que tu peux être flattée car il n’y en à pas tant de têtes que ça mais je pense que tu apprécierais de garder la tienne sur tes épaules non ?
- Oui… C’est idiot mais même si j’ai les cheveux un peu furieux, je m’y suis attachée à ma bobine. Je ferai attention. D’autant que je suppose qu’espérer tuer une Déesse n’est pas dans mes possibilités.
- La tuer non. Mais la vaincre…
- Ah bon ?
- Tout est faisable. Mais tout à un prix. Et parfois l’addition est bien longue à payer.
- Cette monstruosité a déjà été défaite ?
- Mais oui. Je pensais d’ailleurs que tu l’avais compris. Pourquoi crois–tu qu’elle voue une haine si farouche à ton ami Héros dont elle occupe le corps : il l’a terrassée en combat singulier et reste le seul à ce jour à pouvoir se targuer d’y être parvenu. La Déesse et lui sont maintenant intimement liés dans une forme d’osmose dont le Scraper se passerait bien, j’en ai peur…
- Kali a battu un Dieu. Whao ! On le dirait pas qu’il est aussi balaise avec son turban tout nase et son pagne ridicule…
- L’être et le paraître, ma chère amie… A ce propos, je me permets de te donner justement un dernier conseil. Parmi les adversaires que vous allez combattre, il en est un qui reste le plus redoutable de tous malgré sa fragile apparence. C’est une vieille femme dont tu ne te méfieras probablement pas mais qui vous détruira tous si vous la laissez s’adresser à vous.
- Je ne suis pas certaine de bien vous suivre…
- Je ne peux pas être plus précise sans m’attirer les foudres de ses Supérieurs car la bataille qui se livre sur Terre en ce moment même n’est que l’arbre qui cache la forêt. De nombreuses Puissances très influentes sont à l’œuvre et j’ai déjà très allègrement outrepassé les libertés auxquelles je peux prétendre en venant ici et en te précisant tout cela.
- Je ne comprends rien…
-  Le moment venu, je suis certaine que tu te rappelleras de cette conversation et que tu feras… le nécessaire.
- Je n’ai jamais été très portée sur les énigmes mais j’essaierai de faire un effort pour une fois. Pour en revenir à cette vieille femme, je suis ennuyée car les mots n’ont jamais tués personne, Dame Albédo.
- Tout comme les Sirènes représentaient l’amour et la volupté pour les marins avant qu’elles ne les dévorent ! Face à elle, tu devras faire comme Ulysse, ma jeune amie. Seuls toi et tes amis en seront capables et l’ami d’hier sera l’ennemi de demain. Maintenant va !

Comme Clamor rejoint Kali et les deux Tankers accueillie par un « Ah ben tout d’même !!! » agacé d’une Lilith qui sautille sur place et commence à virer au bleu, elle se penche vers Mortar et Antenne et leur murmure :

- Dites les gars… Ca vous dit quelques chose Ulysse ?
- C’est pas un Boss Warrior avec un blaze comme ça ? propose Mortar.
- Je connais bien une « Cul Lisse » qui opère du coté de Thalos et s’est spécialisée dans la proctologie coquine… tente Antenne.
- Je me disais bien que c’était pas gagnée cette histoire… se lamente la Punkette en disparaissant dans une débauche d’énergie électrique bleutée.
       

Prochainement : Sabra