Chapitre quarante quatre : Nathan

- YAAAAAAAAAAAAAAAAAHHAAAAAAAAAAA !!! rugissent en même temps les trois tarés en déboulant de concert comme des furieux sur les nouveaux arrivants tétanisés.
- Tu devrais les tempérer un peu, Nat… tente MouMouMac en transformant en tentacules molles les bras d’ une demi douzaine de Gardes qui mettaient les excités en joue.
- Je doute qu’ils souhaitent m’écouter où soient en mesure de le faire, Mac ! se lamente l’aveugle en foudroyant un autre groupe ennemi d’une décharge Psy. Kalash et Magnum étaient déjà naturellement complètement dingos ; ils sont maintenant enragés depuis le massacre de leurs frangins et Montagne est totalement hors contrôle.

Comme pour prouver les dires de l’Aveugle, le gigantesque Tanker est au prise avec un quatuor de terrifiants Protecteurs. D’ordinaire, il ne pourrait espérer tenir tête à autant d’adversaires aussi redoutables mais Mac constate que ce sont les unités d’élite Crey qui reculent devant la sauvagerie démente du grand noir. L’un des Protos plante ses épines effilées profondément dans le flanc du Héros occupé à fracasser le crâne d’une petite Vilaine qui le bombardait de rayons mortels curieusement inefficaces mais il ne le sent même pas. Le temps que l’agresseur retire ses armes pour redoubler sa frappe, Montagne a abattu son poing énorme sur les longues pointes d’os qui se brisent net sous l’impact. Le Protecteur n’a pas le temps de s’étonner sur le ridicule pauvre moignon d’arme qui saille maintenant de son poignet qu’il reçoit un coup de boule dévastateur qui transforme son casque de combat en casserole bonne pour la casse. La blessure ne ralentit pas le Tanker une seconde qu’il se jette déjà sur les deux survivants tandis que déjà ses chairs se referment et rejettent les épines létal comme de vulgaires cure-dents.

- Mais c’est impossible… souffle le vieux Héros. Aucun pouvoir de régénération n’est capable d’une chose pareille…
- Louis est gavé de « boosters »… Il s’est enfilé au moins une dizaine de doses et ses pouvoirs sont démultipliés à un point que je n’ose même pas imaginer ! réponds avec angoisse le Contrôleur.
- Il est dingue ? Après trois doses, les lésions sont irréversibles !!! Prendre de telles saloperies finira pas…
- …le tuer ? propose O’Neill. Il est déjà mort. Il s’était implanté une Mind Nuke en prévision d’un combat au finish contre moi. C’est le dernier baroud d’honneur d’un grand Héros, Mac… Et je préfère de loin que mon vieil ami tombe sous les coups de ces ordures car tu sais aussi bien que moi ce qu’il adviendra et ce que nous serons amenés à faire s’il survivait…
- Bordel… crache le Latexien, la bouche soudain aussi sèche qu’un morceau de carton.
- RHOOOOO PUTAAAAAAAAAAIIIIIIN !!! vient de beugler l’immense Kalash en revenant du « front » à toute blinde, son minuscule frère sur les talons. PLANQUEEEEZ VOOOS MIIIICHES !!!

Les deux derniers survivants de la « Légion Hydra » plongent sur O’Neill et Mac une fraction de seconde avant que l’enfer ne se déchaîne en provenance du couloir. Ils retombent derrière les énormes armoires blindées renversées durant la bagarre comme des gros sacs juste à temps. La déflagration démentielle qui déchiquette tout ce qui se trouvait encore debout dans la pièce passe au dessus de leurs têtes et va frapper les murs en titane jusqu’à les enfoncer.

- C’était quoi ça ? tente de se redresser Mac en constatant que du raisiné lui coule de l’oreille gauche et qu’il n’entend plus qu’un grondement sourd.
- Les D.E.A.T.H !!! répond Kalash explosée de rire. On a juste eu le temps de les voir débouler avec un de ces connards de Démons qui sont toujours avec l’autre vieille peaux de Maîtresse.
- Et on connaît bien la subtilité de leur entrée en matière à ces minables, complète Magnum avec un clin d’œil tout en dirigeant ses mini-gatlings fumantes face à la porte en demeurant baissé.
- Bon sang, Montagne… gémit O‘Neill avant de se reprendre fermement. Au signal, on se redresse tous et on signale à ces messieurs que nous sommes toujours là…
- Pas b’soin d’signal !!! ricane Kalash en se dépliant de toute sa taille, sa mitrailleuse lourde plus trafiquée qu’un Swiper Freakshow déjà à l’horizontale.
- YEAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHH !!! l’imite son nabot de frère, ses deux rotatives lancées à pleins régime et sifflantes comme une batterie de missiles de croisière.

Les D.E.A.T.H forment un groupe de mercenaires aussi respectés qu’impitoyables. Tous vétérans des unités de choc qui affrontaient les Riktis sur les théâtres d’opération les plus meurtriers lors de la première guerre, ce sont des combattants soumis à une discipline de fer et appuyant leur efficacité sur une organisation martiale sans faille. C’est paradoxalement ce qui cause leur perte ! Aucun ennemi normalement constitué ne prendrait le risque de se dresser à découvert pour affronter de front un adversaire six fois plus nombreux. Kalash et Magnum – il faut bien en convenir – sont tout sauf « normalement constitué »… Les balles trafiquées crachées par la sulfateuse de la géante frappe la masse des mercenaires à hauteur du torse, traversant le blindage des armures de la première ligne Tanker comme du beurre et finissant leurs courses dans la viande moins protégée des unités de soutien surprises. Pourtant, même les bastos spécialement traitées de la furieuse ne suffiraient d’ordinaire pas à stopper définitivement les chars d’assaut sur pattes que sont les colosses bardés d’acier de la première ligne D.E.A.T.H. , au mieux à les ralentir. Malgré les épouvantables blessures, les Tankers continuent à avancer et essuient le tir discontinu des Gatlings de Magnum. La grêle de projectiles les frappe apparemment sans dommage jusqu’à finir par s’insinuer dans les perforations causés par Kalash profondément à l’intérieur des Exo-squelettes où elles explosent, transformant la chair sans défense en une pâtée pour Abo. Malgré leurs pertes, les mercenaires restent de sacrés pros et une Defender se reprend, noyant ses compagnons survivants sous un bouclier d’énergie infranchissable. C’est sans compter sur la présence de O’Neill qui s’est enfin redressé et la terrasse, livrant les survivants de son groupe au déluge de feu qui continue de se déverser sans discontinuer.

- Vide… plonge à nouveau Kalash derrière l’armoire pour recharger fébrilement sans se préoccuper de savoir s’il reste quoi que ce soit de vivant en face.
- Pareil… l’imite Magnum dont les tubes mortels chauffés à blanc exhalent une fumée préoccupante.
- Nom de… commence MouMouMac en contemplant le carnage.
- Ca devrait faire réfléchir ceux que j’entends dans le couloir ! gronde Nathan en tentant d’isoler les signaux mentaux des blessés et des mourants entassés sur le pas de la porte. Mais faut pas rester là…
- Rechargé ! jette joyeusement la gigantesque brune aux cheveux ras à nouveau debout de toute sa taille.
- Pareil… siffle Magnum en crachant sur ses Gatlings car le « Pshiiit » qui en résulte semble à ses yeux du plus haut comique.
- Bon, par où on va passer ? se demande l’Aveugle en ouvrant un casier de l’armoire blindée qui leur sert d’abri pour en extirper ce qu’il reste de Fifi le Cyborg qui a la tronche toute violacée.
- Huuuuuuuuuck… siffle le Crey en absorbant goulûment l’air. VOUS AVEZ FAILLI ME TUER, BORDEL !!! F’EST COMPLETEMENT HERMETIQUE LA D’DANS !!!
- Arf, on a que failli… ricane méchamment Magnum.
- WHAAAAA… s’émerveille le Cyborg-tronc en contemplant le carnage. Y a la flotte Rikti qu’a atterri ici ou quoi ?
- On a pas le temps de t’expliquer, andouille ! Le sas Nord est bloqué par un groupe qui pourrait être celui des Tchernos. Et ils ne feront pas la même connerie que les D.E.A.T.H… Par où on passe pour les éviter et rallier la salle d’incantation ?
- Par là ! Par contre y aura un passage plutôt chiati… commence Fifi.
- On décroche par l’ouest avant que les autres ne se soient remis de leur surprise ! coupe le Contrôleur en lançant maladroitement Fifi à Mac qui rate la réception et croche le cabossé qui glapie par terre  par sa queue de cheval en le tirant derrière lui malgré ses protestations.
- C’est à droite ou à gauche ça l’ouest ? demande Magnum en déchargeant à nouveau ses effrayantes sulfateuses sur les rares survivants D.E.A.T.H. qui gémissaient encore.
- Arrête de jouer ! le gronde son aînée en le chopant par les aisselles comme un fétu de paille et en l’embarquant sous son bras à la suite du Contrôleur malgré ses couinement offusqués.
- Louis… lance d’une voix étranglée MouMouMac, incapable de bouger et tentant de repérer le grand corps de son ami dans l’immense merdier qu’est devenu la salle de stockage.
- MAC SORS D’ICI AVEC TON BOULET !!! ordonne l’Aveugle du couloir attenant.
- Mais Louis est peut être là dessous… supplie le vieux Héros en désignant les monceaux de corps mutilés. Il n’est peut être que blessé et…
- On doit fermer le sas sinon ils vont nous piéger ici ! crache Nathan en forçant son autorité à contre cœur. SORS !!! C’EST UN ORDRE !

Les larmes aux yeux, le vieux Héros rejoint le trio en traînant tristement à sa suite un Fifi qui comprend qu’il vaut mieux la fermer. L’énorme porte blindée se referme dans un bruit de tombeau à l’instant où les premiers Tankers Tchernos à l’abri des boucliers des Defenders et précédés par une horde de Familiers commandés par les Contrôleurs prudemment restés à l’extérieur envahissent l’endroit transformé en abattoir. Les Tchernos représentent un groupe totalement à part dans le milieu du mercenariat. Contrairement aux D.E.A.T.H., aux Cœurs de Cendre et jusqu’aux Epines Pourpres - pourtant transfuges des sanguinaires CoT - ils acceptent toutes les missions possibles – et impossibles - sans état d’âme et regroupent tout ce que le monde des Super-Hommes comprend de durs uniquement gouvernés par l’appât du gain. Le pouvoir n’intéresse pas un Tcherno. Pas plus qu’une cause. Un Tcherno est un tueur sociopathe sans attache qui supporte ses collègues uniquement parce qu’il est moins risqué de satisfaire ses pulsions meurtrières à plusieurs et que c’est aussi bien souvent plus rentable. Dans la mesure ou la cible principale des Tchernos – prioritaire et gratuite celle ci qui plus est ! – reste les maboules qui n’auraient pas intégré leurs rangs et risqueraient de leur faire de l’ombre, c’est aussi plus sur pour la santé… Le taux de mortalité chez les Tchernos est proportionnel aux fortunes que leurs rapportent les missions qu’il mènent à bien. Leur adage – « Si c’est infaisable, ça rapporte ! Si ça rapporte, c’est un boulot pour les Tcherno ! » - trouvé par le limité mais carrément violent Raspoutine, Leader et fondateur du Super-Groupe, représente subtilement l’orientation peu complexe de l’organisation.
Aucun groupe de Héros ne va au baston contre les Tchernos avec le sourire car une affrontement se solde systématiquement par de lourdes pertes de part et d’autres. Les Tchernos - qui ont rarement le temps de tisser des liens d’amitié entre eux si tant est qu’ils en aient envie - s’en foutent royalement. Pas les Héros. La Hero Corps elle même a parfois préféré fermer les yeux sur certains de leurs agissements estimant que l’adition pour les contrer n’était pas acceptable et les nombreux politiques où agences gouvernementales qui ont eu la stupidité de céder à la facilité en les employant leurs ont à force conférer une forme d’immunité tacite aussi infecte qu’avérée. Lorsque la Maîtresse a monté l’opération « Invasion », le premier groupe de mercenaires qu’elle a recruté fut celui des Tchernos qu’elle préférait avoir de son coté qu’en face. Les Tchernos c’est un peu Hero Corps chez les dingues. En pas forcément plus puissant mais en vachement plus méchant…

- Ils sont passés où ? demande timidement le Marchand de Sable à personne en particulier en déglutissant quand il constate le résultat du premier choc et l’état du commando D.E.A.T.H.
- Une porte fermée ! siffle Raspoutine de sa voix insupportable avant de s’adresser à une espèce de montagne de muscles. Hammerstein ! Défonce là ! Tous les autres avec moi, on retourne dans le couloir.
- Heu… Pourquoi moi ? s’enquiert le balaise.
- Parce que si tu défonces pas cette lourde, c’est toi que je défonce… sourit Raspoutine.
- Mais c’est peut être piégé…
- Ben oui… C’est pour ça qu’on va dans le couloir…

Un spectateur non averti trouverait étrange de voir le renommé Hammerstein trembler devant ce type malingre qui lui arrive au nombril. On ne compte plus les Héros et les Vilains qui ont fait l’erreur de juger l’impitoyable Raspoutine sur son apparence et n’ont pas eu le temps de regretter leur erreur. Pendant que le Tanker s’attaque au chambranle blindé en pestant, le Marchand jette un œil circonspect sur un corps qui a été projeté jusque dans le couloir où les Tchernos sont à nouveau massés et demande :

- Mais qu’est ce qui leur est arrivé ? Ils sont percés comme des passoires… Jamais l’aveugle, le gros traître et le vioque n’ont été capables de faire un truc pareil enfin !
- C’est signé Hydra ça, patron ! répond le petit maigre avec amusement en tripotant sa barbichette filasse. Faut croire que les bouchers Vahziloks ont pas rétamé toute la famille… Puis il met un genoux à terre, inspecte les blessures de la victime et précise : Kalash et Magnum… Les deux pires salopards de la famille !
- A quoi vous voyez ça ? demande le Marchand. Y a plus que des morceaux… Ca vous aide de mettre le doigt dans les trous comme ça ?
- Nan ça c’est paske j’aime bien… grasseye Raspoutine avant de lécher avec délectation ses doigts gluants et de préciser :C’est pas compliqué en fait ! Y a que cette pute de Kalash pour traiter ses bastos avec le jus pourri qui lui coule dans les veines. Les fluides corporelles de cette fichue déviante sont si corrosifs qu’ils feraient fondre un blindage Rikti simplement en l’effleurant. Alors les Exo-Squelettes de ces pauvres nuls de D.E.A.T.H. de plein fouet, j’en parle même pas…
- Vous voulez dire qu’elle… qu’elle traite ses projectiles avec son sang ?
- Son sang, sa salive, le jus de sa chatte… qu’est ce que j’en sais moi ?! En tout cas je peux vous assurer que si elle commence à vous mettre en joue, vaut mieux planquer vos miches ou prier Dieu !
- Prier Dieu…?! sourit le Marchand un peu gêné. Je me demande si ce… fluide peut me causer des dommages ?!
- Ah ben on verra ça, patron ! Quand on va les rattraper, tous ceux qui seront trop lents pour éviter les tirs vomis par la sulfateuse de cette foldingue auront intérêt à avoir un autre tour dans leur manche s’ils espèrent s’en tirer ! D’autant qu’y a pas que la grande frangine… Y a aussi le cadet… Moi, c’est même lui qui m’inquiète le plus en fait !
- Il fait quoi ? Il trempe ses balles dans son rectum ?
- Naaaan !!! explose de rire le Tueur. Mais faudrait pas lui donner l’idée vu le malade… En fait, le petit Magnum a bricolé deux gatlings de DCA interdites par tous les organismes possibles et imaginables pour leur dangerosité et leur instabilité. Il est haut comme trois pommes, le Magnum, mais il a une masse corporelle d’une telle densité s’il le souhaite qu’il porte ses flingues sur les épaules comme un pied de mitrailleuses vivant sans souffrir du moindre recul. C’est un truc pas croyable à voir quand on sait qu’un mec – même câblé jusqu’aux oreilles – serait pas capable de tenir ses pétards sans s’envoler d’un coté et regardant ses bras partir de l’autre… Son duo de tromblons balancent des centaines de micro-balles qui s’insinuent dans les moindres interstices et explosent dés qu’ils entrent en contact avec un organisme vivant. S’il tire sur des robots, il est baisé et pourra simplement espérer les ralentir mais s’il touche une créature vivante ben… il désigne le torse du cadavre retourné comme une chaussette : …ça donne ça ! Ah on a touché le gros lot, c’est certain : entre la barge qui fait des trous dans n’importe quoi  et l’autre qu’à besoin de rien d’autre pour faire péter ce qu’il y a à l’intérieur ensuite, ça va pas être une mince affaire !
- Gloups ! déglutit le Démon sous le regard amusé de son employé. Et le reste de la famille ?
- J’préfère pas répondre, vous avez un drôle de couleur et j’ai pas envie que vous niquiez mes pompes…
- Et vous avez pas peur ?
- Bien sur que si j’ai peur ! Je suis pas complètement maboule au point de ne pas me faire dessus quand je dois affronter les Hydras !!! Même s’il en manque un morceau maintenant…
- Mais vous y allez quand même ?
- Bien sur ! On me paie pour ça et si on les dézingue, ça sera bon pour notre image de marque… et nos tarifs ! Pis faut savoir que eux aussi n’en mènent pas large de savoir qu’ils ont les Tchernos aux miches, patron ! C’est pas le tout de sulfater tout ce qui bouge mais faut aussi toucher sa cible et ce rôle était assumé par le trio que les Mortis semblent avoir tronçonné. Faut dire aussi que pour appuyer sur une gâchette,ça suppose d’avoir un cerveau pour donner l’ordre au doigt et  on ne manque pas d’emmerdeurs qui leurs mettront le ciboulot en miette avant ! Pis y a moi…
- Vous êtes Contrôleur « Mind » ?
- Nan.  Je suis ce qui se fait de plus rapide et de plus mortel sur cette Terre s’agissant des bastons au corps à corps. A égalité - et encore - avec deux où trois autres salopards de Héros mais guère plus… Faut dire que j’ai considérablement réduit les effectifs de la concurrence depuis le temps… Le tout est de bien choisir les cibles et pour ça, mes gars sont champions : on attaque pas un Empathe si on est un paquet de muscles à moins d’avoir envie de finir ses jours en bouffant de la bouillie à mâchouiller sa langue en se chiant dessus comme un gros bébé. Pas plus qu’on ne prend de front un mec capable de raser un immeuble d’une seule décharge si on peut le shooter proprement et à distance. On a tout ce qu’il faut chez les Tchernos. Et on connaît bien nos cibles ! Mais assez causé : dés que ce gros sac de Hammerstein aura terminé de se tirer sur la nouille au lieu de faire ce que je lui ai dit, on pourra y aller. HAMMER !!! MAGNE TOI LES MICHES CAR JE TE JURE QUE SI JE VIENS TE MOTIVER, TES FESSES VONT PAS AIMER L’ENCOURAGEMENT !!!
- Hammer a eu un petit empêchement ! ricane une voix lugubre de l’intérieur. Et concernant son derrière, il a la tête dedans alors ça nuie un peu à son audition! J’ajoute que c’est pas juste une expression…
- C’est quoi cette connerie… gronde le chef des Tchernos en se ruant à l’intérieur.

Même un habitué de l’horreur comme Raspoutine se statufie en vérifiant de visu que le colossale serrurier est effectivement dans la position décrite aussi improbable que cela puisse paraître. La surprise passée, il lève les yeux et son regard se fige sur une espèce de monstruosité d’ébène à l’épiderme horriblement brûlée mais qui se recompose sous ses yeux à une vitesse hallucinante. Le costume de combat de la Hero Corps partiellement calciné ne masque plus les muscles hypertrophiés de la créature qui sont tellement bandés que d’effroyables réseaux veineux palpitent sur toute la surface dermique du gigantesque corps comme des milliers de serpents pris de panique. Mais c’est surtout les yeux qui clouent le Tueur de stupeur : exorbités, rouges comme le sang et l’iris réduite à une tête d’épingle tout juste visible.
Un Berserker !
Raspoutine en a vu suffisamment durant le temps où il a travaillé pour les pires organismes légaux ou non : des brutes ignorant la douleur au cerveau grillé par la drogue et qui se consument en massacrant tout ce qui passe à leur portée jusqu’à ce qu’ils s’effondrent enfin, vidés de leur énergie vitale, ratatinés comme de vieilles patates.
Des morts sur pied indestructibles.
Invincibles. 
Le Marchand qui a pénétré à la suite de Raspoutine ne peut que balbutier à son tour :

- Mais… On dirait le gros patapouf… Montagne ?
- Gagné ! rugit le Héros en levant ses énormes paluches pour planter avec une rapidité stupéfiante les deux dernières seringues de « Booster » dans son cou de taureau avant de charger le duo tétanisé.
       

Chapitre quarante cinq : Lady Oméga

- J’espère sincèrement que quelqu’un a une explication à ça… suffoque la grande blonde échevelée et au costume de combat en loques lorsqu’elle pénètre dans la salle de commandement.
- Ah ben keskia qui va pas, ma poule ! répond Nyme le décoiffé avec un immense sourire franc plaqué sur la figure. Tu dis même pas « bonjour » aux copains ?
- « Keskia » ? singe l’Officier en chef de la Hero Corps à Paragon City. NON MAIS TU TE FOUTRAIS PAS EN PLUS DE MA GUEULE LA, NYME ??? explose t’elle, blanche comme de la craie.
- Franchement j’vois pas… glousse le dévasté des tifs en détournant son regard sur le centre de la pièce pour éviter d’éclater de rire.

Dire que la salle de commandement est un bordel sans nom reviendrait à considérer une Abomination Vahzilok comme un représentant pour parfum français : c’est carrément le délire !
Tout ce que les Super-Groupes indépendants comptent de représentants – si tant est qu’il en existe d’élus dans ses communautés régies par le désordre… - est vautré dans tous les coins à occuper son temps d’une bien personnelle manière. Agenouillée, la minuscule The Joke gronde avec véhémence un interlocuteur qui n’existe visiblement que sous son scalp perturbé, Morbrindor tente de convaincre Coffy que continuer à tenter de baisser son masque est non seulement très agaçant mais lui vaudra un séjour prolongé chez le coiffeur pendant que Varagh et Super-Buzard semblent engagés dans un débat houleux sur l’obésité chez les Héros avec Merel qui leur désigne son ventre indubitablement plat et qu’au fond – peu visibles mais clairement identifiables - Dany Moonstar fait un concours de cri de Guerre hystérique avec une Neves qui a décidément bien changée...
Furieuse, elle cesse de dénombrer ces insupportables énergumènes hilares ou occupés à s’attraper par le colback comme de vulgaires matelots en goguette car il y a pire…
Pire que tout pour Lady Oméga…
L’infect Kneecracker des Skulls est occupé à glousser comme un vieux camarade avec Marada et le détestable Héraklès des Warriors alors que Stonic disserte de la façon de se protéger mentalement contre les dégâts psychiques avec une Aberration Lost au nom imprononçable. La syncope manque de terrasser Catherine Thorgal lorsqu’elle voit Nathan Kirby, masque de Ravage baissé, en train de rire au larmes devant les gesticulations débiles de Dreck le Freakshow.

- Vous faites quoi exactement ? tente de se maîtriser désespérément Lady Oméga.
- Heu… Un conseil de guerre ? tente Nyme vu que les autres ne se sont même pas interrompus pour daigner s’apercevoir que la maîtresse des lieu était de retour.
- Et ça avance bien ? raille t’elle, menaçante.

Le « HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!! » joyeux de tous les occupants de la pièce – mademoiselle Thorgal exceptée – sauve probablement Nyme d’une nouvelle coupe à la Kojak. Le cri du cœur salue l’arrivée d’une demi-douzaine de cadets de la Hero Corps souriants et les bras chargés de sandwichs et de boissons diverses sur lesquels la meute affamée se jette dans un désordre total à l’exception de The Joke indiquant à sa créature invisible « Tiens, ramène moi donc un Thon crudité, tu seras mignon… ». Un silence serein et inespéré fait suite à la charge des impitoyables tueurs de casse-croûtes occupés à tronçonner leurs prises de guerre à coups de dent rageurs et Lady Oméga en profite :

- Quelqu’un ici – Nyme mis à part…
- Mais heu… parvient à s’indigner le Décoiffé malgré sa bouche pleine.
- …peut il me dire à quoi rime ce FOUTOIR ?! COMMENT CE FAIT IL QUE DES ADVERSAIRES RECHERCHES PAR LA HK SOIENT VAUTRES DANS LA SALLE DE COMMANDEMENT DE L’ORGANISATION ???
- C’est le professeur Sabra qui… tente la timide Luciole, son petit doigt levé.
- SABRA !!! explose Lady Oméga. Ouiiiiiiiiiiiiii… OU EST CETTE RENEGAT ? OU SE PLANQUE CETTE TRAITRESSE AFFILIEE AUX PIRES REBUTS DE PARAGON QUE JE LA SAQUE COMME LA DERNIERE DES ABOS POUR AVOIR AUTORISE CA ???
- Ben on sait pas trop, Madame la Directrice… gémit Luciole.
- Mais enfin qui commande ici ? supplie la grande héroïne anéantie.
- Je crois que c’est moi… s’excuse Luciole avant de tendre gentiment un goblet fumant à Lady Oméga qui l’est toute autant : Café ?
- Oui merci, répond spontanément Catherine Thorgal en se laissant tomber sur une chaise que la cadette inquiète lui a glissé sous les fesses et de murmurer avec fébrilité : Offici… Heu… Cadette Luciole… Par pitié que se passe t’il ici ?
- J’ai lancé un ordre de regroupement total, Madame. Lorsque le Professeur Sabra s’est précipité jusqu’à la centrale principale des Boucliers de Quartier…
- ELLE A FAIT QUOI ? rugit la directrice retrouvant sa naturelle velléité à s’emporter.
- AH LA FERME MAINTENANT !!! explose à son tour le petit bout de gamine, faisant sursauter tous les occupants y compris elle même avant de se reprendre avec un ton d’excuse : c’est vrai quoi… comment je peux vous expliquer si vous me grondez…
- C’est vrai ça quoi ! croit bon de la ramener Nyme avant de replonger son regard sur un cornichon particulièrement retors en croisant le regard furibond de Lady Omega.
- Pardon ma petite Luciole… Je crois que je suis à cran là… Sept heures à se battre sans répits dont deux sans avoir la possibilité de vous contacter pour savoir si Paragon n’était pas en proie au massacre, c’était un peu trop à la fois…
- Je comprends, Madame. Mais c’est pas une raison pour me crier dessus, j’ai rien fait de mal moi…
- Je sais… Explique moi tout s’il te plaît, encourage la Blonde en plongeant les lèvres dans son café en signe de bonne volonté.
- Bon alors déjà, les bonnes nouvelles : les indépendants ont repoussé les Riktis du Commandeur Erlak à Independance Port et l’armée a repris le contrôle et sécurisée les zones périphériques menacées…

La clameur joyeuse qui salue la déclaration est aussi générale que violente mais elle s’apaise aussi abruptement qu’elle a été spontanée car on sait vivre chez les Indépendants. Des fois… Hormis peut être deux ou trois dixièmes de perdus aux tympans des plus fragiles et un tiers du café de Lady Oméga répandu sur ses cuisses suite au sursaut qu’elle n’a pu réprimer, le calme revient comme par enchantement.

- L’invasion Eidolons conduite par le Patient Zéro a été anéantie par Ravage, les Freakshows de monsieur Dreck, les Trolls et les Losts menés par… monsieur ? tente la gosse en interrogeant la gigantesque Aberration du regard.
- GrrttK ‘N’Gllr ! précise l’Empathe Lost rouge comme une pivoine avec un sourire gêné qui dévoile une dentition en clavier de piano.
- Merci monsieur… salue la minuscule Luciole.

La seconde explosion de joie ne surprend pas Catherine Thorgal et elle s’autorise même un rapide dodelinement de la tête amusé.

- Mademoiselle Marada, les SKulls de monsieur Kneekracker, les Hellions et les Warriors de monsieur Héraklès ont écrasé les commandos Mortificators commandés par Scalpel.  

Lady Oméga qui a terminé son café se joint à la démonstration de liesse en frappant même deux fois dans ses mains et en saluant Marada d’un petit signe de tête discret.

- Bravo à tous… lance la grande Héroïne avec sincérité.
- Madame la Directrice… l’interrompt Luciole avec fermeté.
- Heu… Oui, Cadette ?
- Je n’ai pas terminé avec les succès, Madame…
- Oh pardon… s’excuse prestement la Blonde, amusée. Il me semblait au regard du rapport préliminaire reçu avant que nous ne rallions la base que ça couvrait plus ou moins dans les grandes lignes les terrains d’opération où nous avions été victorieux.
- Ben non… donc si vous voulez bien me laisser finir…
- Mais je vous en prie…
- Lady Oméga et la Hero Corps ont repoussé au prix de pertes terribles une coalition que nous avions crû limitée à la 5ème colonne et aux commandos Creys mais qui s’est avérée étendue aux Némésis et aux Maltas !!!

Le tonnerre d’applaudissements, les sifflements de joie et les regards époustouflés de ces compagnons dont elle connaît la valeur à défaut de supporter les comportements arrachent des larmes à la grande femme pourtant peu portée sur les épanchements. L’ovation dure longtemps et la crasse du combat accumulé sur le visage de la puissante héroïne se creuse de petits sillons touchants tandis qu’elle repense à tous ses compagnons tombés sans qu’aucun ne recule malgré la proposition qu’elle avait faite à ses troupes de se retirer lorsqu’elle avait constaté que l’ennemi était six fois plus nombreux que prévu et qu’aucun n’avait accepté de renoncer. Le contingent de la Hero Corps à Paragon City avait payé le plus lourd tribu à l’invasion… Près d’une centaine de valeureux Héros engagés dans la bagarre et une poignée de survivants dont certains ne passeraient probablement pas la nuit. Malgré sa tristesse et sa lassitude, Lady Oméga prouve une fois encore combien sa capacité au commandement n’est pas usurpé en levant lentement la main pour déclarer d’une voix forte :

- Je suis sensible à l’hommage que vous nous faîtes. TOUS, sans exception. Et je prie ceux que j’ai pu blesser en arrivant après ma ridicule intervention de bien vouloir me pardonner… Mais le péril n’est pas éradiqué d’après ce que j’ai appris. Officier Luciole, poursuivez le rapport, je vous prie !
- Offi… s’étrangle la petite bonne femme, les yeux écarquillés.
- Sabra vous a désignée comme Officier de liaison et la présence de nos alliés ici présents indiquent mieux qu’une hypothétique évaluation administrative vos compétences à assumer un commandement et une coordination terrain. Poursuivez !
- Bien Madame… déglutit péniblement la gosse après avoir encaissé la bourrade amicale de Nyme qui lui a presque déboîtée l’épaule. Nous sommes sans nouvelles de l’Officier Kali et des Swippers Freakshows conduis par Dame Clamor pour évaluer et tenter de ralentir l’armée composée d’Abominations Vahziloks.
- Vingt Swippers et un Scrapper contre des milliers de monstruosités… C’était un suicide pur et simple, jette Catherine Thorgal à regret.
- C’est tout ce que nous pouvions leur opposer, rétorque du tac au tac Luciole sans se démonter. Il fallait faire des choix… Evaluer les probabilités de succès. L’officier Kali avait conscience de l’extrême dangerosité de la mission. Tout comme chacun des braves qui l’ont accompagné. Quoi qu’il se soit passé, les Abominations ne se sont toujours pas déverser dans le centre-ville et leur… sacrifice nous aura permis de gagner le temps nécessaire pour regrouper les forces susceptibles de les repousser quand elles viendront.
- Je sais… souffle la Grande Blonde. Vous avez pris la bonne décision…
- C’est le Professeur Sabra qui s’en est chargé, madame. Dieu merci… Je ne pense pas que j’aurai pu…
- Je suis sure que si ! Mais puisque nous parlons de Sabra, dans quel pétrin cette fichue emmerdeuse est elle allée se fourrer au lieu d’assurer la coordination comme je le lui avais ordonnée ?
- Nous avons reçu un appel de Monsieur O’Neill. Parcellaire certes, mais qui donnait à penser que l’énergie des Boucliers de quartier allait être détournée par les Creys. Elle a estimé que la sécurité des Centrales était menacée et comme il n’y avait plus qu’elle de disponible, elle est allée se rendre compte su place.
- A quand remonte les dernières nouvelles de l’Officier Sabra.
- Dix sept minutes. Elle a confirmé que la centrale principale était sous le coup d’une invasion des unités Creys puis a mis elle même un terme aux communications pour infiltrer l’objectif.
- Bien entendu… Le groupe de Dark Astoria ?
- Aucune nouvelle depuis l’appel de monsieur O’Neill qui a provoqué la réaction de l’Officier Sabra il y a maintenant presque trois quart d’heure. Mais ça chauffait si vous me passez l’expression…
- Vu les phénomènes qui composent cette bande, je ne vais pas dire que je suis surprise… Vos conclusions, Officier Luciole.
- Nos compagnons des Gangs de rue sont d’accord pour patrouiller les accès des égouts et signaler au central toute présence Vahzilok suspecte. Les Héros indépendants restent en réserve pour se porter au devant des Abominations s’il s’avère qu’il s’agit des groupes identifiés par Kali et les Swipers. Monsieur Kirby et Marada se sont portés volontaires pour conduire les membres de la Hero Corps en état de se battre à la rescousse de l’Officier Sabra à la Centrale. Concernant le groupe de monsieur O’Neill, nous n’avons pas d’autre choix que d’attendre et de prier car Thalos est toujours en proie au Chaos et l’accès à Dark Astoria reste impossible…
- Excellent travail ! Dans peu de temps, il sera minuit ! Vous savez tous aussi bien que moi que cela marquera pour les CoT le moment opportun de déchaîner leur puissance… Ils se sont jusqu’ici peu manifestés malgré le formidable potentiel de nuisance que nous leurs connaissons. Autant dire que nous n’allons pas aimer ce qu’ils nous préparent... L’implication des Démons et de ces saletés de Sorciers indique clairement que la finalité de toute cette histoire est d’origine magique. A vos postes, mes amis, et gardez l’œil ouvert et le bon…
- Ca va être facile tiens… peste Totoze1st, avachi dans un coin et visiblement pas très étanche en clignant de ses trois yeux.
- Clair que pour moi c’est plus cool !!! lui répond SadoMaso d’une voix avinée, vautré à coté de son meilleur ennemi.
- …car à minuit pile, a poursuivi Lady Oméga imperturbable, tout sera probablement joué. D’une façon ou d’une autre...  

Prochainement : Roxy