Chapitre dix-huit : Montagne

Lorsque Montagne a frappé MouMoumac, l’assommant pour le compte, Roxy n’a pas eu le bon réflexe. N’est pas Héros qui veut et les automatismes ne sont pas affaires de talent mais d’entraînement. Elle n’était pas remise de sa surprise qu’elle ramassait à son tour le monumentale poing de La Salle en pleine figure. Seul O’Neill, pourtant occupé à maintenir inconscients les attaquants Creys avait réagit avec une détermination qui avait stupéfié le Colosse pourtant au fait des réelles capacités de combattant de l’infirme. L’aveugle avait fait volte-face et l’immense Tanker avait vacillé sous l’attaque Psy. Malheureusement, il avait payé son attention un instant détournée car les Cyborgs, brisant la domination mentale relâchée, lui étaient tombés dessus. Autant le Contrôleur est un adversaire redoutable à distance, autant son physique débile ne lui permit pas de résister plus d’une seconde à la phénoménale puissance des hommes câblés des pieds à la tête et il avait rejoint ses compagnons au pays des songes. 

Nathan est le premier à reprendre conscience. Son œil droit fermé et sa mâchoire douloureuse attestent de la violence des coups qu’il a reçu. Coups soigneusement retenus quand même sans quoi il ne serait pas là à gémir en constatant qu’une de ses dents oscille dangereusement sous son doigt. Pourquoi les ont ils gardés en vie ? Il est évident que la partie engagée sera un match au finish maintenant ! Les Riktis et les Creys se sont trop impliqués pour espérer une quelconque mansuétude de la part des autorités du pays s’ils venaient à être défaits. C’est une lutte à mort et O’Neill ne comprend pas l’utilité de faire des prisonniers. Il « sonde » l’environnement autours de lui et en vient à la conclusion qu’il est dans une cellule d’énergie et porteur d’un inhibiteur implanté qui rend inopérant ses pouvoirs Psy. Un test tout simple confirme sa première impression. Il espère que MouMouMac et la gosse s’en sont sortis. Puis il repense à l’attitude de Montagne et à sa trahison. Comment est ce simplement possible ? Ils sont amis depuis combien… bientôt vingt ans ? Il devait être sous l’emprise des Démons, c’est la seule explication possible. Le grand Nathan O’Neill est pourtant bien ébranlé dans ses toujours très fermes certitudes et il ne souhaite pas vraiment pousser plus loin l’introspection de peur d’arriver à une conclusion qui ne manquerait pas de le laisser effondré.

Il reporte son attention sur la cellule et décide que le mieux en l’état est de simplement se manifester :

- Mac ? Mélanie ? 
- Réveillé, vieux frère ? répond Louis La Salle visiblement tout près. J’ai eu peur que ces brutes n’aient frappé trop fort pendant un instant. Note que tu l’aurais mérité, tu n’y es pas allé de main morte non plus. J’ai une de ces putains de migraines avec tes conneries…
- Qu’est ce qui t’a pris, Louis ? élude l’aveugle du ton le plus neutre dont il est capable.
- De quoi ? De frapper Mac et la gosse ?
- Joue pas au con avec moi… Pourquoi nous as-tu trahi ? Ils te tiennent, c’est ça ? Pourquoi tu n’en as pas parlé, on aurait pu trouver une solution et…
- Nathan… supplie le Tanker avec douceur, tu n’y es pas du tout, mon vieux. Personne ne me tient et ne me contraint à faire quoi que ce soit ! Si j’ai trahi la Hero Corps, c’était de mon propre chef !
- Tu n’as pas trahi la HC, Louis. C’est l’humanité toute entière que tu as trahi ! crache le Contrôleur.
- Oh doucement avec tes grands airs, bonhomme ! tempère gentiment le Colosse. Tu sais rien de ce qui m’a amené à faire ça alors tu gardes tes leçons de moralité, tu seras mignon.
- Et bien explique moi, Louis. Explique moi comment on en vient à tromper ses amis, je t’écoute.
- Mes amis ? Mais quels amis, putain ? J’ai des amis ici moi ? ricane méchamment Montagne en regardant autours de lui avec une moue étrange.
- Je suis ton ami, Louis… gémit O’Neill profondément touché par la cruelle démonstration.
- Toi ? Toi, Nathan O’Neill le Contrôleur, t’as des amis ? Attends, Nat !!! Tu SAIS ce que c’est des amis pour le commun des mortels ? En as-tu seulement idée ? Y a tu d’ailleurs jamais vraiment pensé ou as-tu juste un jour décidé de ce que c’était comme tu le fais pour toutes choses avant de ranger ta petite définition de merde dans un coin de ton esprit brillant ? T’as pas d’amis, O’Neill. Même toi, tu peux pas t’encadrer ! Oh je dis pas que c’est de ta faute. ’est même probablement le lot de tous les hommes extraordinaires qui sont au dessus de la masse à cause de leurs pouvoirs ou de leur intellect. Moi je sais pas trop, je suis un peu con… Mais j’imagine, tu vois. Du coup, je me dis que quand un mec dans ton genre cumule pouvoir et intelligence, ça explique son comportement.
- Tu me haïs en fin de compte, Louis, n’est ce pas ? Mais qu’est ce que j’ai fait qui puisse t’inspirer ça ?
- T’as rien fait, Nathan. C’est bien ça le problème d’ailleurs… Après que l’unité HC que tu commandais a affronté les Borgias avec le résultat qu’on connaît, tu as fait quoi ?
- Louis…
- Tu t’es barré ! Tu sais ce qu’aurait fait un ami, Nathan ?
- C’était trop dur et je…
- Trop dur ??? Putain mais ce qu’il faut pas entendre !!! Trop dur pour qui, gros connard ? Pour toi parce que tu as perdu la vue dans la bagarre ? Pour Catherine parce qu’elle s’est retrouvée toute seule à l’hosto  comme une merde pendant presque une année pendant que Monsieur O’Neill prenait du recul ? Ou alors pour Cristal, Big Tony et Venise Bleu ? Non remarque pour eux c’était plus très dur vu qu’ils étaient morts…
- Je sais que je ne t’ai jamais dit pour Cristal, Louis…
- Cristal ? Non sans dec’ tu viens de dire Cristal ? T’as retrouvé la mémoire d’un seul coup ? Mais c’est génial, Nat ! Tu vas peut être aussi retrouver la vue tu vas voir…
- Plus tard j’ai compris…
- Mais c’est pas plus tard qu’il fallait comprendre, génie ! C’était à ce moment là ! C’est toi qui sait ! C’est toi qui explique ! Et que là, tu t’es barré comme une lavette je te rappelle ! Tu sais ce qu’il m’est resté à moi, Nat ? Tu le sais ? Rien ! La seul femme que j’avais jamais aimée était morte, la seule personne que je croyais être mon ami disparu et la hero Corps sur mon dos et me collant une enquête administrative car j’avais commis une erreur qui avait conduit à ce désastre ! Et tout ça pourquoi ?
- Il fallait arrêter les Borgias et tu le sais ! Et pour cette sois disant erreur, j’en ai endossé la responsabilité…
- J’ai dit le contraire ? Je ne te reproche pas la mort de Cristal, O’Neill et je te suis reconnaissant de m’avoir couvert, ne te gourre pas. Ce que je te reproche c’est de ne pas avoir agi en Héros alors que tu mets cette condition au dessus de toute autre. Sur ce coup, c‘était moi le civil à défendre ! J’étais la vieille avec son sac à main incapable d’appeler à l’aide mais perdue et tremblante mais toi t’as rien compris. Jamais je ne t’avais rien demandé avant et pour une fois que j’aurai voulu le faire, il n’y avait plus personne pour simplement m’écouter. Moi qui étais si fier qu’une Légende comme toi m’accorde son amitié et si heureux que tu me tolères dans ton ombre, je perdais mon ami et mon protecteur au moment où j’avais le plus besoin de lui…
- Je sais que…
- TA GUEULE ! Tu sais rien !!! Tu étais plus aveugle à l’époque que tu ne l’est maintenant alors tu la fermes et t’écoute pour la première fois de ta putain de vie, t’as compris !!!
- J’ai compris.
- Quand je me suis retrouvé face au vide qu’était devenu ma vie, j’ai pensé à me flinguer, tu comprends ?! C’est dur de perdre la femme qu’on aime… Putain ce que c’est dur ! Même à la pire des pourritures je souhaite pas ça ! A part peut être Requin mais lui c’est pas pareil… Mais tu vois, Nat, j’aurai pu surmonter mon deuil et me remettre à vivre. J’aurai aussi pu pardonner à Hero Corps de m’avoir traité comme la dernière des crottes alors que ceux qui m’accablaient n’étaient que des ronds de cuir en costard qui n’avaient aucune idée des conditions sur le terrain. Mais ça a foiré et j’ai rien pardonné à cause de toi. Simplement parce que au moment où j’avais le plus besoin de mon copain, il était parti et m’avait laissé derrière. En faisant ça, tu m’a balancé sans le vouloir la médiocrité de ma propre existence en pleine gueule et comme t’étais pas là pour me rassurer, je me suis mis à te haïr car c’était la seule chose qui me donnait encore une raison d’exister. Je sais pas si les choses auraient été différentes si t’étais resté franchement mais j’avais besoin d’un but pour combler le vide et cette haine m’a permis de tenir. Tu sais le plus drôle, Nat ?
- Non… répond le Contrôleur anéanti par la culpabilité et noyé par la peine et le chagrin infini qu’il sent bouillonner dans la grosse carcasse qui lui fait face.
- Quand je t’ai revu, j’étais heureux ! Nan sans dec’ hein ! VRAIMENT heureux ! Plus de cinq ans à souhaiter t’ouvrir le ventre pour t’arracher les tripes de mes propres mains et « Pouf », d’un seul coup je suis seulement content de revoir mon meilleur copain. C’est con hein ? A cet instant, j’aurai tout pardonné mais t’as dit un truc qui m’a tué pour de bon quand je t’ai demandé pourquoi tu t’étais cassé comme ça…  T’as dit : « Je n’aurai pas supporté un second massacre » ! Enfoiré !!! Encore à te regarder le nombril comme un gros fumier égoïste ! Mais concernant ceux qui n’avaient déjà pas pu se remettre du premier carnage, queue dalle. Tiens, un truc tout con : tu m’as demandé comment j’allais ?
- Il y avait urgence, Louis.
- Oh oui bien sur… Je ne serais pas venu te chercher, tu repartais te draper dans ta supériorité bafouée après t’être fait remettre à ta place par Catherine alors ton urgence, tu te la carres où je pense, bonhomme ! T’es très fort, O’Neill. Dans ta partie, je ne doute pas que tu sois même le meilleur ! Mais coté relation et sentiment, tu sais ce que tu es ? T’es un Super-Vilain ! Tu vaux pas mieux que Ravage quand on regarde bien et la seule chose qui vous rend différent c’est que le Démon est conscient du mal qu’il cause. Toi même pas…
- Même si je sais que ta peine et ta rancœur son réelles et justifiées, il n’empêche que tu mets l’avenir du monde en péril uniquement afin d’assouvir une vengeance personnelle et c’est inadmissible.
- Ce qu’il faut pas entendre… Mais j’ai passé ma vie à la sauver depuis que mon pouvoir s’est déclaré, ta foutue planète alors arrête un peu tes leçons de moralité. Et malgré tous les copains qui sont morts en faisant la même chose, rien ne change. Y a toujours des tarés pour vouloir tout faire péter où tout régenter. Je crois plus à ces conneries. Où plutôt je m’en fous !
- Ca, je sais que c’est faux, Louis. T’es un Héros, quoi que tu en dises.
- Toujours à te convaincre que tu SAIS les choses, Nathan… Mais les gens ne sont pas de simples données qu’on analyse, mon pote ! T’es vraiment trop con…
- Faut croire puisque c’est moi qui suis emprisonné et toi dehors. Alors c’est quoi la suite des évènements ? Tu me tues puis tu retrouves enfin la paix de l’esprit tranquillement assis sur une Terre transformée en ruines fumantes, c’est ça ? Tu crois vraiment que ces gens que tu sers te laisseront en vie ensuite, Louis ?
- J’en ai rien à foutre de ça…
- Tu crois sincèrement que ma mort calmera ta peine ? Le fait de me voir dans cette prison à ta merci te met il du baume au cœur ? Tu as trahi pour de mauvaises raisons car elles ne t’apporteront pas de solution, Louis. Quoi que tu ais fais et quoi tu puisses dire, tu reste Montagne le Héros et bien que je n’ai pas été digne de ton amitié, nous sommes toujours liés comme seuls de vrais amis peuvent l’être.
 
La voix acide siffle en même temps que les applaudissements lents et cyniques retentissent :

- Très, très, très touchant ! monsieur O’Neill ! lance la Maîtresse d’école. Non franchement hein ! C’est sincère ! L’amitié bafouée, les durs au cœur tendre et le sacrifice héroïque, j’adore !
- Qui êtes-vous ? demande l’aveugle.
- Je suis- disons… - la grande méchante Démone qui commande l’invasion ! En faisant simple… Car je cuisine aussi des tartes au vieux Comté tout à fait délectables !!!
- Qu’est ce que vous préparez ?
- Bon alors je vous arrête tout de suite, monsieur O’Neill. Nous ne sommes pas à la télé et je ne viens pas expliquer au Gentil mon plan machiavélique pour qu’il s’échappe et le fasse foirer, ok ? Vous êtes en vie car les CoT vont utiliser vos dons très particuliers pour renforcer leurs incantations et maintenir les portails ouverts. Ca va être très douloureux avant de ne plus l’être du tout vu que vous ressemblerez à un gros légume ratatiné. Du coup Montagne sera content, les CoT seront contents et mon Patron aussi ce qui me mettra enfin de bonne humeur après une journée que je qualifierai jusqu’ici d’assez éprouvante pour mes petits nerfs fragiles.
- La gosse et Mac ? Que va t’il leur arriver ?
- C’est pas vos oignons ! Contentez-vous de vous rabougrir gentiment et en silence lorsque vous serez privé de vos forces vitales, je m’occupe du reste ! Sachez pourtant qu’en nous amenant cette gamine, vous avez contribué à un véritable miracle et peut être sauvé l’Univers de l’anéantissement. Vous connaissant, je suis convaincue que ça rendra votre départ prématuré bien plus supportable. Soyez mignon et restez sage maintenant car j’ai promis aux Cyborgs de pouvoir venir vous expliquer ce qu’ils pensent de votre dernière prestation sur leurs cervelles de piafs. N’y voyez pas une quelconque preuve de sadisme de ma part, simplement une précaution. Les CoT m’ont confirmée que vous seriez utilisable même cassé de partout et je préfère m’assurer que vous ne serez pas en mesure de revenir nous emmerder comme dans une minable série B.
- Ca n’était pas ce qui était prévu, s’emporte Montagne.
- Aïe ! L’incontournable chapitre du traître pris de remord… s’énerve la Maîtresse. Donc là, le vertueux Louis La Salle se rachète, attaque la vilaine Maîtresse d’école, libère son ami Nathan puis part sauver le monde c’est ça ? Ben non ! J’ai déjà vu le film et j’aime pas la fin.

La décharge Psy foudroie le monstrueux Tanker avec une telle violence que O’Neill perçoit le hurlement mental de son ami malgré l’inhibiteur qui musèle ses pouvoirs. Puis il entend le bruit terrible que fait le Colosse en s’effondrant le nez dans la terre de la cave souterraine pour ne plus bouger.

- Le deal avec ce gros naze était de vous tuer, O’Neill. Je ne me parjurerai pas à ce sujet, glousse la Démone. Je dois vous laisser maintenant car on a du boulot pour préparer la petite pour qu’elle ait une petite chance face à l’autre horreur ! J’entends vos nouveaux copains approcher, amusez-vous bien !

Terrifié à mesure que le bruit caractéristique des monstres câblés et ricanants se rapproche, l’aveugle pleure en silence sur son ami abattu. Avant de se mettre à pleurer de souffrance lorsque le premier tortionnaire écrase sa main droite et qu’un second sort une paire de cisailles.

Chapitre dix-neuf : Alamo
 
- Que lui est il arrivé ? s’étrangle Marea en voyant les minuscules Glaçon et Kuni ramener le petit corps pantelant couvert de sang sur un brancard de fortune.
- Il était en phase de stance et provoquait une trentaine de Rikktis cuirassés, explique Alco le Blaster en épongeant la sueur qui l’aveugle avec son béret. Il y allait de son couplet habituel « Allez vas-y !!! Plus fort !!! » et toutes ses conneries à la noix ! Comme d’hab’ quoi ! Ils s’acharnaient sur lui mais il tenait bon et nous on en profitait pour leur faire pleuvoir des déluges de cochonneries sur la figure. Puis d’un seul coup, on a ramassé une section Psy sur le paletot. Le temps que Lilas et Stonic les immobilisent, l’officier Psy était arrivé à percer ses boucliers et il a pris une première volée de coups à tuer n’importe qui…
- Mais enfin c’est quoi ce délire ? Il ne s’est pas replié pour réactiver ses protections ? s’étrangle la chef des Veilleurs.
- Il ne s’était rendu compte de rien… intervient Le Jeunot. C’est le problème avec Sado, il ne sent pas la douleur, patronne. Il a commencé à pisser le sang de partout mais il a chargé un second peloton qui menaçait de submerger les frangines Mirabelle et Myrtilles qui s’étaient trop avancés. Le temps que Saint Drah transforme le sol en patinoire et que Bubu ne fasse du nettoyage, SM avait été transformé en charpie.
- Sado est mort ? gémit Neves en tentant de se redresser pour voir malgré ses deux jambes brisées dans le dernier assaut.
- Non mais d’après Miss Toubib, il a les cotes en miettes et plusieurs fractures faciales très vilaines, reprend Alco.
- Vu sa gueule, on va pas s’en plaindre ! tente Ganno malgré la grosse boule d’angoisse qui lui obstrue la gorge.
- Pourquoi vous ne l’avez pas TP ici au lieu d’utiliser deux de nos meilleurs Tanker pour le ramener, bordel ? s’énerve Marea qui se doit de demeurer pragmatique malgré sa peine.
- Miss dit que sa colonne vertébrale est touchée… On a fait au mieux pour le dégager de la zone de combat mais il ne faut plus le bouger. En espérant déjà qu’on ne l’ait pas handicapé définitivement avec le brancard…
- Oh non… souffle la responsable du groupe. Hero Corps nous demande de décrocher et de rallier les équipes qui défendent l’accès à Steel. Les copains qui ont survécu à la bataille de Terra Volta y ont déjà été téléportés et ceux qui sécurisaient le tunnel de Kings Row font mouvement. Ce sera notre dernier nœud de défense car nous ne sommes plus assez nombreux pour nous maintenir sur plusieurs périmètres, il faut se rendre à l’évidence.
- Sado ne survivra pas à une téléportation, confirme Koblenz après l’avoir ausculté avec attention. Il doit être soigné ici où il y restera.
- Sabra à IP Sud, crépite l’inter-comm de combat.
- Oui, Sabra ! répond Marea.
- Ce qui reste de l’ensemble des Super-Groupes est enfin rassemblé au niveau de l’accès à Steel Canyon. Lady Oméga continue à penser que tenir IP est du suicide mais puisque qu’aucuns de vous ne veut quitter la zone, autant vous regrouper. Il faut identifier ton groupe très précisément pour qu’on procède à la phase de TP maintenant. On commence par les blessés puis tu nous indiqueras ensuite les combattants nominalement. Nous procéderons au dernier TP massif en une fois pour ramener l’arrière garde de couverture.
- Nous ne pouvons plus quitter notre périmètre, Sabra…
- Comment ça ? On était bien d’accord pourtant, Marea ! Si vous restez là bas, vous allez crever, merde ! Je n’arrive déjà pas à comprendre comment vous avez fait pour tenir le coup jusqu’ici mais je crains que votre quota de miracles journaliers ne soit épuisé pour les dix générations à venir.
- On t’expliquera…
- Joue pas à çà avec moi s’il te plaît ! Il faut concentrer les forces qui peuvent encore l’être maintenant sinon les Riktis auront beau jeu de massacrer les petites poches de résistances, tu comprends pas ça ?
- Si je comprends mais on ne peut plus… SadoMaso a été touché et il ne survivra pas à une téléportation.
- OU QU’IL EST CE DEBILE ??? déboule en hurlant une forme bleutée et chauve couverte de débris divers.
- Manquait plus que ça… gémit la patronne des Veilleurs.
- Qu’y a t’il encore ? s’énerve Sabra consciente que le temps perdu se comptera en morts.
- C’est Toto… C’est le meilleur ami de SM et il vient d’apprendre qu’il était blessé. Je crains le genre de réaction qu’il pourrait avoir car il est un peu… heu… spécial.
- Marea écoute, reprend Sabra. Je sais combien Sado est important pour vous tous mais si vous restez, il y passera de toute façon et vous avec. 
- Je sais…

Un gigantesque « KABOOM » noie la communication un instant suivi d’un surréaliste « BALANCE TES CROTTES, STO !!! » et Sabra se met à hurler dans le micro, paniquée :

- MAREA ??? TU M’ENTENDS ?
- Oui, oui… s’étrangle de rire la Démone violette imitée par ses compagnons présents dans la pièce.
- C’était quoi ? J’ai cru que vous aviez pris un tir d’artillerie Rikti ?!
- Non t’inquiète… C’est Toto qui n’est pas très content et qui charge la division blindé qui vient d’arriver ! Normalement, il se retient un peu parce que les autres le grondent avec sa manie de disperser l’ennemi dans tous les sens mais là il écoute plus grand monde et il a même entraîné avec lui l’autre grand copain de Sado… Note qu’il a pas eu à beaucoup le pousser et que…
- Enfin Marea !!! Tu es leur Leader. Comporte toi comme tel et sauve les même si ça implique que tu doives pour cela sacrifier le Tanker. Rappelle tes furieux et donne leur l’ordre impératif de rejoindre Steel !
- Les Veilleurs ne sont pas la Hero Corps, ma très réfléchie amie. Certes Varagh et moi avons fondé le groupe mais notre premier critère est le respect des individualités et je ne donnerai jamais à l’un d’entre eux l’ordre d’abandonner un compagnon même si je suis convaincue que c’est la meilleure option vu que je ne suivrai pas moi même mon propre commandement.
- Laisse-nous au moins évacuer tes blessés alors !
- Oui… lance la cornue avec résignation. Sauvons ce qui peut encore l’être. Inconu, prépare toi à l’évacuation.
- Queue dalle ! gronde l’intéressé, un bras en berne. Ils m’ont peut être pété le gauche mais le droit fonctionne encore. Tiens, je peux même faire ça !!! glapit le grossier en faisant un bras d’honneur improvisé.
- Même pas t’y pense, se marre Neves comme Marea la désigne. Pour flinguer ces saletés, j’ai pas besoin de mes jambes. Si je tirais avec les orteils, ça se saurait…
- J’ai bien peur qu’aucun Veilleur ne se replie, Sabra. Navrée. D’ailleurs c’est malin tiens ! Il repartent tous dehors pour être certains qu’on ne les téléportera pas… Boulets !!! REVENEZ ICI TOUT DE SUITE !!!
- Trouve les membres de la Justice League of Val de marnes au moins… Et rappelle moi pour qu’on les ramène ici.
- Pose la question à Coffy, elle vient d’arriver.
- Ouais ? rugit la grande black visiblement de fort méchante humeur.
- T’es au courant pour Sado, je suppose… commence Sabra.
- Ouais.
- Prépare tes copains, on vous TP.
- Nan.
- Pourquoi ?
- Je suis pas transportable.
- Tu as l’air pourtant plus en forme que l’autre dingue si je peux me permettre.
- Tu peux. Il n’empêche que je ne suis pas transportable depuis que j’ai reçu un obus Rikti dans la tête.
- Mon Dieu… C’est grave ?
- Si c’est grave ? Putain je veux que c’est grave, frangine !!! J’ai un trou gros comme le poing de Varagh qui traverse ma coupe de part en part !!! Ils m’ont niquée l’afro, ces enflés !!! Personne touche à mon afro !
- Coffy, je rigole pas…
- Moi non plus ! De toute façon, j’ai laissé les autres là bas pour revenir me faire soigner la coupe alors pour ton TP, t’oublie.
- Je vois pas pourquoi vous restez… Je croyais que tu ne pouvais pas encadrer SadoMaso…
- J’aime pas le cul blancs tatoués avec des tronches d’empeigne mais j’aime encore moins ces salopes d’extra-terrestre troueuses de tifs crépus. Je me refais une beauté et j’y retourne. Pis on a paumé le Kid on sait pas où dans la dernière baston alors on va pas partir. Il serait fichu de s’en tirer, ce sale rase-motte et j’ai pas envie de l’entendre couiner après… C’était Coffy pour la league et gnagnagni et gnagnagna…
- Quelle malade !!! s’étouffe Sabra. Bon ben bonne chance, Marea. Et même si je vous comprends, je pense que vous faites une belle connerie.
- Question d’habitude probablement… C’était Marea pour le groupe IP Sud, over.

Sabra frotte ses yeux douloureux et pousse un long soupir. Elle connaît tous ces Héros et sait combien ils sont déterminés jusqu’à l’inconscience pour avoir combattu à leurs cotés bien des fois. Mais lorsqu’elle a fait le choix de rallier la Hero Corps, elle s’est astreinte à une rigueur toute militaire garantissant une approche froide et rigide à l’efficacité indiscutable. Lorsque l’inter-comm se manifeste, elle devine ce qu’il va advenir et ne peut s’empêcher se sourire. Avec finalement une forme d’envie toute nostalgique.

- Bon alors ? On attend la liste pour commencer les téléportation nous ! Vous la gravez sur du marbre avec une lime à ongles où quoi ? taquine Nyme qui assure pour un temps les liaisons entre la zone de Steel et le Central.
- Le groupe IP Sud ne vient pas.
- Heu ?
- Un des leurs n’est pas transportable alors ils restent là bas.
- C’est qui ?
- SadoMaso. Il semblerait qu’il ait été blessé à la colonne vertébrale.
- Alors Nyme ? Ca vient oui ou crotte !? demande une personne que Sabra reconnaît comme étant le leader des versatiles Korma.
- Crotte. Les Veilleurs viennent plus. Sado est pas transportable.
- Déjà qu’il était pas sortable…

A ce moment là, Sabra se félicite d’avoir finalement choisi la HC. Une pléthore de Héros entre et sort dans central de Comm et ça se met à caqueter pire que dans une basse-courre, chacun y allant de son commentaire plus ou moins pertinent jusqu’au moment ou, comme par miracle, la voix unique de Nyme reprend la parole et déclare :

- Bon ben on est tous d’accord ! Puisque les Veilleurs viennent pas, on va aller chez eux, na !
- Hors de question ! Je vous rappelle que vous gardez le dernier accès aux quartiers du centre ! s’emporte l’Officier de la HC.
- Aaah oui c’est vrai ça… dit l’homme aux tifs bleus avant d’ignorer carrément Sabra pour répondre à un type qui s’excite derrière.

Une nouvelle voix intervient sans même s’identifier et déclare :

- C’est pas grave, on fait tout péter ici comme ça les Riktis passeront plus.
- Et vous reviendrez comment ? s’emporte la Scrapper masquée.
- On revient pas puisqu’on va voir les Veilleurs ! répond l’impoli.
- Ben oui enfin c’est pourtant pas compliqué, déclare un autre. Ces meufs de la HC, toujours à compliquer les choses, c’est fou…
- Les Veilleurs n’ont pas la possibilité d’effectuer les téléportations tout en continuant à combattre, s’entête Sabra. Je vous rappelle qu’ils sont en pleine bataille là !
- Qui parle de TP ? T’as parlé de TP toi ? demande une héroïne à la voix langoureuse.
- Ah non, j’ai rien dit de tel ! répond un voix robotique.
- Elle comprend rien l’autre, laissez tomber… reprend un interlocuteur du départ.

- Sinon au pire, on repousse les Riktis jusqu’à Bricktown et on prend le métro ! propose une grosse voix caverneuse.
- Ah merde, j’ai laissé ma carte dans mon autre costard je crois !!! se lamente quelqu’un. Ils ont des cartes du métro, les Riktis ?
- C’est nominal… t’as pas le droit d’utiliser la carte d’un Rikti ! Si t’as un contrôle, ça se verra sur la photo !
- Pas si je pique un casque…
- Ah ouais pas con ça…
- REPASSEZ-MOI NYME ET ARRÊTEZ CA, PUTAIN !!! explose la pauvre coordinatrice.

Un léger silence offusqué plus tard, le Héros à la coupe de cheveux infernale reprend enfin possession du micro :

- Bon alors on est arrivés à un accord !
- J’imagine… Vous faîtes tout péter puis vous partez en masse comme vous pouvez jusqu’à IP sud en chargeant tout ce que vous trouverez sur votre passage comme des gros bourrins n’est ce pas ?
- Ah ben ouais… T’es trop forte, Sabra sans dec’ !!! C’est exactement le plan qu’on a défini avec les copains !!! C’est bien hein ?
- Vous vous rendez compte que vous allez tous vous faire massacrer !!! A peine un tiers d’entre-vous n’est pas blessé et vous êtes tous éreintés par des combats incessants ! Si les Riktis vous fichent une paix royale en ce moment c’est justement parce qu’ils savent que vous êtes au bout du rouleau, je vous signale !
- Mais c’est là le trait de génie, Sabra !!! Jamais les Riktis ne s’attendront à une contre-attaque massive puisque c’est suicidaire ! Balaise hein… J’vais te dire : vous vous prenez pour des cadors coté stratégie à la HC mais à coté de nous, vous êtes des petits bras ! C’était Nyme pour les Héros qui redescendent vers IP sud sauver Sadomaso et les autres clampins. Au vert !
- Over…
- Si tu veux…

Sabra est limite de craquer. Elle est avant tout une femme d’action et – bien que consciente de l’importante de son rôle – elle enrage de se voir cantonnée à se rôle de spectatrice. Elle manque sauter de joie en voyant débarquer Kali et sa copine Marada suivis par un grand mec baraqué aux traits durs.

- Aaahhh, ben vous avez mis le temps !
- Ce qu’il ne faut pas entendre ?! s’étrangle Kali.
- Mieux vaut tard que jamais, insiste la taquine. Enfin un truc qui s’est déroulé correctement ! Vous êtes Kirby, je suppose ? demande t’elle en saluant le flic.
- C’est bien moi, madame ! Navré de vous avoir causé tous ces désagréments…
- Ne vous excusez pas, mon vieux ! Votre histoire est une vraie partie de plaisir en comparaison du reste, croyez moi !
- Genre… s’étrangle l’Indien. Bon… Ca donne quoi ici, Sabra ?
- Ca va mal… Très mal… Les franc-tireurs n’en font qu’à leur tête sur IP…
- Mais ils tiennent le coup ?
- Oui et on se demande comment et pour combien de temps vu leur dernière idée mais je t’expliquerai çà plus tard. Aux dernières nouvelles, Lady Oméga et nos troupes repoussaient les Creys au prix de lourdes pertes et nous avons par contre perdu le contact avec le groupe de monsieur O’Neill.
- C’est avec lui que se trouve ma sœur ? demande Kirby en tremblant.
- Oui.
- Je dois aller la chercher ! Elle coure un grave péril en abritant Ravage et je…
- Monsieur Kirby ! Mélanie contrôle parfaitement le Démon, tranquillisez-vous sur ce point. Le transfert n’a pas du tout le même effet sur elle et sur vous. Je vous prie de me croire : avec votre soeur, Ravage n’est pas à la fête. En outre, ils sont sur le site de Dark Astoria et vous ne passeriez pas même si vous étiez le Statesman en personne !!!
- Les CoT et les Vahzys ? s’enquiert Kali.
- Toujours rien… Mais la nuit va tomber et les connaissant, c’est le moment qu’ils choisiront pour frapper. Le problème c’est que je n’ai plus personne pour les contrer en dehors des gens présents dans cette pièce.

Kali regarde les cadets, cette douzaine d’ados montés en graine qui le saluent sérieusement en tentant de faire bonne figure. Des gamins en formation et quatre Héros contre des milliers de méchants. C’est plus Paragon, c’est Camerone, ce bled !!!

- Officier Sabra ? grésille l’Inter-comm. Ici la sécurité.
- Ici, Sabra. Qu’y a t’il encore ?
- Mon horoscope m’avait prévenu que j’aurai une journée pénible, vous savez ?! reprend le garde.
- Non je ne sais pas et je m’en fiche. Au fait, mon vieux !
- Ben après la visite du Vigilant Ravage et l’accueil qu’il a eu, je ne sais pas trop quoi faire avec les nouveaux visiteurs, Officier…
- Quels visiteurs ?
- Ils se présentent comme une délégation, Officier Sabra.
- La délégation de quoi ?
- Heu… La délégation des Gangs Mineurs, Madame. Ils s’impatientent et ils ont de sacrés drôles de trombines, croyez-moi ! Y en a même un qui s’est enfoncé le téléviseur de surveillance sur la tête… Ils voudraient voir un responsable car ils ont des informations concernant une Invasion et ils souhaiteraient proposer une trêve.
- Fantastique !!!
- Pardon, Officier ?
- Rien ! Bougez pas, on arrive… Kali, gronde Sabra. Tu veux bien descendre à la sécurité, il semblerait que nous ayons de bien inespérés touristes.
- J’en fais quoi ?
- Sois très gentil avec eux. Il est possible que nous ayons finalement trouvé notre armée…

Tandis que le scrapper quitte le centre de commandement, Sabra se retourne vers Kirby et Marada et leur demande sur un ton de confidence :

- Dîtes… Qu’est ce que vous avez fichu dans les Limbes ? J’ai eu l’impression que Kali avait des traces de rouge à lèvres sur la figure ?!

Prochainement : Roxy