Nom de Membre : Pouyou Pouyou
Nom alternatif : Chieuse Grave, la Saleté Bleue, le Boulet Ultime, la Nuisible…
Age : inconnu
Date de naissance : inconnue
Lieu de naissance : Quelque part dans le Royaume de Midgard, Univers parallèle de DAoC
Taille : 1m02 un quart (à la grande joie de sa sœur Halaguena)
Poids : aussi léger que son humour est lourd…
Origine : Magique suivant les critères de CoH, parfaitement naturelle pour la Kobold exilée de Midgard qu’elle est.
Pouvoirs : Scrapper/Epines suivant la nouvelle terminologie ; plus simplement Venomblade lâche et vicieuse sur Midgard...

Histoire :

l'origine de Pouyou Pouyou "le Fléau des Mondes"

Il est des règles que même la pire engeance qui soit se doit de respecter.
Des Lois à n'enfreindre sous aucun prétexte et dont l'équilibre cosmique lui même dépend.
Elles sont aussi simples que peu nombreuses pour justement éviter toute transgression.

Aussi différentes soient elles, toutes les dimensions, toutes les réalités ont assis leur existence même sur ce concept.
Fussent elles ensuite des plus chaotiques.

Et pourtant...

Il existe un monde lointain et très ancien où les habitants se livrent à une Guerre éternelle sanglante. Malgré son panthéon divin très particulier et ses spécificités, ce monde n'échappe pas non plus aux Chartes du Grand Tout qui permet aux Univers d'exister.

Et bien ce monde vient d'échapper de justesse à la destruction...

Pas par la faute de ses Dieux vaniteux ou de ses puissants Héros légendaires comme on aurait pu logiquement le craindre mais à cause d'une des créatures les plus insignifiantes et les plus minables qui ait jamais foulé les trois Royaumes qui le composent.


Le monde des Trois Royaumes a failli disparaître à cause d’une Kobold.

Inutile de s’appesantir en l’état sur le méfait impardonnable qu’elle commit, guidée qu’elle était par sa naturelle propension à la filouterie…
Mieux vaut se concentrer sur le résultat de son acte impardonnable qui fut simple et sans appel.

Odin, le Dieu suprême qui gouvernait d’une main de fer le Royaume ou sévissait la Kobold, décida d’infliger à la nuisible un châtiment à la hauteur de sa félonie : la mort définitive.

Dans l’Univers des Trois Royaumes, on mourrait beaucoup.
Et souvent.
Rarement proprement…
Pourtant, il y avait UNE Règle fondamentale permettant de poursuivre la Guerre Eternelle. Elle impliquait que les Dieux des Royaumes ramènent à la vie les guerriers tombés aux champs d’honneur en leur nom et les renvoient à plus où moins long terme à la bataille pour poursuivre le conflit.

La décision de Odin était dés lors en opposition avec le plus sacré des préceptes. Mais comme il était le Dieu Suprême du Royaume de Midgard, les divinités qui composaient son Panthéon étaient bien embarrassées.

Comment satisfaire leur Maître sans pour autant bouleverser la Loi Cosmique de leur monde ?

Finalement, c’est Loki, le Dieu des tromperies et accessoirement aussi le Dieu tutélaire de la Kobold incriminée, qui eut une idée. Non pas qu’il désira vraiment sauver l’embarrassante créature mais simplement parce qu’il jubilait à l’idée de tromper son frère Odin qu’il détestait en secret.

Loki prit contact avec les Dieux supérieurs, exposant le terrible dilemme qui frappait le monde des Trois Royaumes et proposa que la condamnée disparaisse de sa Réalité et en intègre une autre.

C’était une solution franchement tordue mais personne n’eut une alternative satisfaisante à proposer en échange aussi fut elle finalement adoptée.

Restait un problème majeur…
Faire disparaître la Kobold permettrait à Odin de garder la face mais aucun Univers ne méritait d’hériter de la Saleté bleue quand on savait de quoi elle était capable.

C’est alors que Loki eut à nouveau une proposition qui s’avéra satisfaisante pour presque tout le monde. Il proposa d’envoyer le Boulet Ultime sur le monde de Paragon.

A la croisée des Réalités, cet univers alternatif calqué sur la Terre, berceau originelle de la batailleuse race humaine, était le dernier monde créé en date.
Unique, il cumulait toutes les énergies possibles en son sein.
La Magie la plus ancienne y côtoyait la technologie la plus futuriste et les êtres les plus improbables à la puissance dévastatrice circulaient naturellement au milieu des chétifs humains qui formaient la race majoritaire.

La culture se mêlait à la sauvagerie, l’héroïsme à la duplicité, tout là bas n'était que paradoxe et étrangeté...

Tout y était possible car tout restait à faire !

Paragon était en outre encore à l’état d’ébauche pour ce qui concernait ses divinités et ses Règles. Aucune puissance supérieure ne se manifesterait, scandalisée qu’on dépose chez elle l’autre catastrophe sur pattes.

D’un claquement de doigt, l’affaire fut entendue et Loki déplaça l’énergie vitale de la Kobold encombrante du Monde des Trois Royaumes dans la réalité de Paragon.

Celle qui s’était appelée Chieuse Grave l’Assassin et avait failli causer la destruction d’un Univers, disparue de sa réalité d’origine pour toujours, s’effaçant du même coup de la mémoire collective puisqu’elle n’avait jamais existée.

Au même instant, la Kobold - dont la fourberie naturelle et la lâcheté chronique n’avait pas été altérée d’un iota par l’inhabituelle expérience – « exista » en pleins cœur de Paragon City.

Seul Loki, du fait de l’appartenance de la créature bleue à son Panthéon maléfique, eut une dernière pensée la concernant avant qu’elle ne sorte pour toujours de son esprit : ses lèvres minces et cruelles étirées en une ébauche de sourire cynique, il fit pour la première et la dernière fois de son existence preuve de compassion et souhaita du fond du cœur bonne chance à ce jeune Univers et à tous ses habitants…

Une fois « recréée », la pénible se retrouva seule sur un ce monde étrange fait de démesure, d’Ordre apparent et de… propreté ! Nue et sans défense comme la Kobi qui vient de naître, la Saleté Bleue n’en menait pas large. Certes, les habitants de Paragon City était difficiles à surprendre avec tous les Super-Héros et autres créatures bizarroïdes qui composaient leur quotidien. Aussi accueillirent ils avec bienveillance la petite créature azurée  taillée comme un squelette poreux et qui les saluait en babillant de stridents POUYOU POUYOU !!!

Sa nature profonde de voleuse aidant, tite Chieuse comprit rapidement qu’agresser les humains pour leur barboter leurs biens pourraient s’avérer périlleux pour elle compte tenu de tous les curieux personnages qui arpentaient les rues. Escaladant les façades « des forteresses de pierres » alentours, Chieuse Grave ne fut pas longue à trouver une fenêtre ouverte. Sans le savoir, elle venait de pénétrer dans l’appartement de Calina, une des nombreuses Super-Héroïnes foulant le sol de Paragon. Peu gênée par les convenances, la Kobold commença par piller le garde-manger. Lorsque l’occupante des lieux rentra enfin après une dure journée de labeurs à cogner sur les Vilains, elle trouva la petite créature apeurée et eut tôt fait de comprendre la situation grâce à ses pouvoirs empathiques. S’introduisant dans la mémoire angoissée de son hôte, elle la prit pour un temps sous son aile et lui inculqua les premières leçons à savoir concernant son nouvel univers. Les images mentales ne lui permettant pas d’appeler Chieuse par son nom d’origine, elle la baptisa tout naturellement Pouyou Pouyou puisque c’était la seule chose à peu près compréhensible que l’autre ânonnait.

L’avant-dernière chose que Calina fit pour sa petite protégée avant de la laisser voler de ses propres ailes fut de l’aider à maîtriser ses nouveaux pouvoirs. En effet, Loki le Dieu du gag sournois, avait fait à sa disciple un ultime cadeau étrange avant qu’elle ne disparaisse. Considérant qu’elle avait toujours été une épine venimeuse  dans son flanc sur Midgard, il l’avait dotée d’un formidable don qui permettait à la Nuisible de faire jaillir de son épiderme des épines à volonté pour causer des misères à ses ennemis.

Chieuse Grave la Kobold Assassin n’était plus.
Pouyou Pouyou la Scrapper aux épines mortelles venait de naître.

La dernière chose que Calina fit pour la Kobi – et pour elle même… - fut de présenter son embarrassante invitée forcée à un Héros droit et honorable qui – espérait elle – pourrait salutairement canaliser son potentiel chaotique et excessif. La victime, le légendaire BlueAngel – co-fondateur avec deux puissants camarades d’une équipe de Super-Héros renommée et respectée appelée « les Veilleurs de l’Ombre » - accepta de prendre en charge le Fléau, espérant qu’elle changerait positivement dés lors qu’elle était correctement encadrée.

Il va sans dire que jamais l’appellation de SUPER-HEROS ne fut depuis autant méritée que concernant le très patient BlueAngel…