Introduction : Dimanche dernier, la fameuse Garde Noire invitait Halaguena à participer à un périple aventureux aussi passionnant que terrifiant : une sortie Légion !
Une fois remise de ses émotions, la naine avait décidé de remercier le puissant Goldim et ses amis en écrivant une nouvelle Chronique ayant pour sujet le roi des Abysses et ses terribles Séides.
Voici donc ce nouveau texte en forme d’hommage…

1) Origine

Aussi loin que ses souvenirs remontent, Il a en mémoire les incursions cycliques de ces abrutis bruyants…
Le trou dans le plafond de sa grotte a toujours déversé régulièrement son quota de boulets pendus à une corde en quête de trésors et de gloire.

Même lorsqu’il n’était qu’une flaque de gelée molle minuscule, ils venaient lui  saouler la vie et essayaient de l’écrabouiller sadiquement en ricanant.
Lorsqu’il grandit en absorbant tranquillou tout ce qui était à sa portée sans vraiment faire gaffe, ils déboulaient encore de temps en temps en braillant et saccageaient tout ce qui était à leur portée.
A cette époque, il ne savait pas la chance qu’il avait de ne posséder qu’un seul sens – la vue – sous la forme d’un œil complètement miraud provenant d’un rongeur imprudent, et de ne limiter ses déplacements qu’à quelques reptations approximatives.

En fait, la plus grosse ânerie qu’il avait commis avait été d’absorber son premier crétin car cela avait sonné le glas de sa confortable tranquillité.

Il s’en souvient comme si c’était hier - bien que ce concept lui soit encore un peu étranger et uniquement mesuré par les vagues successives des emmerdeurs qui viennent encore aujourd’hui le déranger.

Il était vautré peinard sur un rocher douillet et s’adonnait à son passe-temps favori – ne rien faire hormis promener son œil myope sur sa surface molle – lorsque la créature humanoïde est arrivée.
Son œil mal fichu lui renvoyait l’image d’une minuscule bestiole bleue pleine de vivacité qui était descendu du trou puis s’était mise à taper sur tout ce qui bougeait avant de taper sur ce qui ne bougeait pas des fois que ça bouge puis sauter partout en gesticulant.
L’histoire aurait pu en rester là et l’intérêt des royaumes du dessus pour le cloaque souterrain où il résidait marginal si cette abrutie de bestiole bleue ne Lui avait pas bondi dessus par hasard.

Il avait été tellement surpris qu’Il avait – par pur réflexe – commencé à bouffer l’intruse.
La bestiole bleue, une fois l’étonnement passé de voir ses panards à la propreté douteuse disparaître dans cette grosse flaque molle et infâme, s’était débattue hystériquement.
Plus elle s’agitait, plus elle s’enfonçait, et ses furieux coups de lames n’y changeaient rien, si bien qu’à la fin l’excitée se retrouva intégralement dispersée dans la gelée cannibale.

Etonné de la facilité avec laquelle l’absorption s’était déroulée, le dévoreur débutant commença à passer en revue ces nouveaux éléments rigolos qu’Il avait à sa disposition.
Il fut transporté d’une véritable excitation quand Il découvrit une nouvelle paire d’yeux tous neufs qui marchaient super bien. Il fit rapidement percer en surface les deux petits globes et contempla réellement pour la première fois l’immense caverne qui composait son antre depuis des éons autrement qu’au travers d’un flou probablement artistique mais approximatif.
Continuant son inventaire, il s’extasia de pouvoir utiliser les appendices articulés de la créature pour enfin se déplacer efficacement et saisir les jolis cailloux qui tapissaient le sol de la grotte.

Sa joie fut complète lorsqu’il put pour la première fois entendre.
Au début, il pensa que ces extensions auditives ne fonctionnaient pas mais fut rassuré quand il activa son appendice buccal.
Il entendait les borborygmes gutturaux qu’il produisait.
Très longtemps, il se contenta de balancer des bruits bizarres ininterrompus en s’écoutant fièrement.
Puis il se mit à lancer des cailloux avec ses nouveaux appendices supérieurs, cailloux qu’il allait rechercher avec ses appendices inférieurs pour les lancer à nouveau.

Il se serait bien contenté de ce pur bonheur mais il avait fallu qu’il utilise stupidement les morceaux restant de la bestiole bleue…

S’emparant du petit morceau de matière grisâtre et veinée, Il la relia au reste de son « Moi ».

Au départ, rien ne se passa et Il estima que cette pièce toute moche n’était plus en état.

Puis l’enfer se déchaîna !!!

« OUUUIIIINNNNN !!! OùÇaNousÊtre ??? »
« ÇaNousDedansÇaGrosseMorve ?! »
« ÇaGrosseMorveMéchanteViViViViVi !!! »
« ÇaLaisserNousPartir, ÇaVilainGrosToutMou !!! »

Il ne comprenait rien à ces bruits affreux qui venaient de l’intérieur de Lui mais la sensation était franchement déplaisante.
D’autant que la « voix du dedans » continuait ses couinement incompréhensibles à une cadence effrénée.

« ÇaNousVouloirPartirPartirPartir !!! »
« ÇaGlaireQuiPueLaisserTiteChieuseGrave !!! »
« ÇaNousDonnerBeaucoupSousSous ! »
« Vivivivi !!! »
« ÇaLaisserNousEtÇaNousDonnerAutreVictimeàÇaGrosseMorve !!! »
« ÇaBonneAffaire !!! »
« çaNousPromettreSurÇaHonneurDeÇaNous ! »

Sa cohésion était en péril !
Cette chose dedans Lui le perturbait et elle devait partir.
Redevenir miro et coupé du monde lui apparaissait comme une éventualité impossible après avoir goûté à toutes ces fabuleuses sensations mais les bruits du truc dedans Lui étaient vraiment trop insupportables.

Il tenta bien de rejeter le morceau qui contenait la perturbation mais s’aperçu avec horreur que les appendices articulés ne fonctionnaient plus du tout.
Il ingéra à nouveau le morceau qui criait dedans Lui en prenant garde de ne pas l’activer cette fois mais l’appendice se remit tout seul à glapir.

« ÇaNousDedansGrosseMorveEncore ?! »
« Hihihihi !!! »
« ÇaMieuxDedansGrosGluantQueDehorsSansCorpsDeÇa ! »
« Vivivivivivi !!! »
« ÇaGrosseMorveÇaSaitJouerPaloufDéshabilleur ?! »
« ÇaNousApprendreGrosseMorvePourJouerTantQueÇaNousDedans !!! »
« TiteChieuseGraveMégaChampionneDePaloufDéshabilleur ! »
« Vivivivivivi !!! »

L’intégralité de sa masse tremblait d’incompréhension et Il savait que son intégrité même était menacée s’Il gardait en Lui le truc qui causait dedans Lui.

Aussi prit Il la seule décision possible : Il restructura le poison parasite et l’expulsa de son dedans.

La petite créature bleue atterrit comme le boulet qu’elle était sur le sol en pierre.
Il avait omis de régurgiter les autres éléments qui recouvrait et protégeait initialement la curieuse chose aussi la vit Il s’enfuir toute dépouillée sur ses appendices inférieurs à une vitesse stupéfiante puis sauter sur la corde et disparaître dans le trou du plafond.
Il ne la revit plus jamais.
A sa grande satisfaction...

2) Renaissance

Se retrouver comme avant avec l’œil myope comme seul ouverture sur le monde le déprimait terriblement.
Il en venait à regretter parfois d’avoir régurgiter le truc bleu mais le souvenir de l’expérience était suffisamment douloureux pour qu’il tempère sa frustration.

Tous les trucs du dehors étaient ils aussi dangereux à absorber que le truc bleu ?!

Probablement pas puisque l’œil myope ne criait pas dedans Lui.

Il était donc vraisemblablement tombé sur une exception pénible, une sorte de super parasite qui rendait fou !
Il se promit d’éviter à l’avenir les trucs bleus tout en guettant les éventuelles autres proies.

Bien après l’épisode maudit du truc bleu, Il vit avec joie un pan de la caverne s’affaisser et deux petits trucs sortir du trou tout neuf.
Le monde ne se résumait donc pas uniquement à la caverne et au trou du dessus ?!
Comme c’était intéressant…
Il reporta son œil tout nase sur les intrus.
Ils étaient semblables au truc bleu mais n’étaient pas bleus.
Et ils avaient un curieux machin rouge pointu planté tout en haut de leur appendice de vue et d’écoute.
Les deux trucs étaient visiblement exténués d’avoir creusé la galerie et ils s’étendirent à même le sol pour ne plus bouger.

Il avança, pli après pli, vers le truc le plus proche et l’ingéra sans bruit pendant que le second truc ne s’apercevait de rien.
Tout excité, Il s’aperçut qu’Il avait vachement grandi en taille.
Il ne commit pas l’erreur de relier immédiatement les morceaux du truc à son dedans des fois que ce truc se serait aussi mis à crier comme le truc bleu d’avant.
Une fois ça allait bien !
Il activa uniquement les appendices pour se déplacer et attraper les choses et s’empara du second truc toujours immobile par terre et l’ingéra à son tour.

Il était très gros maintenant.
Et il disposait de pleins d’yeux pas pourris, pouvait produire plusieurs sons en même temps et les écouter avec plusieurs appendices auditifs.
C’était super !!!

Il se déplaçait dans la caverne tranquillement et pouvait à nouveau jeter des cailloux.

Mais Il n’osait pas encore relier à son dedans les trucs qui causaient tout seul ensuite.
Même s’Il avait drôlement envie quand même…

Il commença à réfléchir sur le sujet et arriva à une conclusion à la logique inattaquable : c’était son dedans à lui !!!
Il allait connecter les trucs qui causent mais leur expliquerait que dans son dedans c’était lui le chef et pis c’est tout !
Avec le truc bleu, c’était pas possible parce que le truc bleu causait tout le temps avant lui dans son dedans mais là il causerait en premier.
Et si les autres trucs lui faisaient des misères, il les pincerait avec ses appendices pour lancer les cailloux, ça les materait !

Tremblant de tous ses plis mais décidé, il relia les trucs à son dedans…

« Oucé ? »
« Téki ? »
« Tétoumou !!! »
« Ahouè !!! Tétoumou !!! »
« Hin Hin Hin !!! »
« cémouakiféHinHinHin !!! »
« Nancémoua ! »
« Nanmoua ! Hin hin !!! »
« Hin Hin Hin aouètouaossi !!! »
« Hin Hin Hin ouèmouaossijeféHinHin !!! »

Ah mais non, voilà que ça recommençait !!!
Il déprimait un poil lorsqu’il s’aperçut qu’il avait AUSSI la possibilité de voir le dedans des trucs et de s’approprier les images et les mots qu’ils avaient dans leur dedans.
Il laissa pour un temps les deux trucs totalement crétins causer dans son dedans pendant qu’il piquait tout ce qu’il pouvait dans le leur.
Jusqu’à ce qu’il considère qu’il était enfin prêt.
Les créatures étaient à nouveau en pleine conversation…

« Touatupu ! »
« NancéToua ! »
« Hin Hin Ouèossi ! »

Il se lança !

« Il suffit ! Vous puez tous les deux d’abord ! »
« dekouacékadikoua ?! »
« cétoua ? »
« Hin Hin nan ! »
« Ahbincékidonkalor ? »

Il était tout content de son effet sur les trucs.
Il avait repéré dans leur dedans à eux un mot qui les terrorisait plus que tout car il était significatif de puissance et de mort pour ces trucs qui se donnaient le nom de Tomte.
Il s’agissait des « Légions de Midgard » qui avaient vraisemblablement martyrisé leur peuple des siècles plus tôt.
Aussi reprit Il en donnant à ses mots un ton menaçant :

« Je suis Légion !!! »
« whaaaaaaaaa oscourcélégionkikause !!! »
« whaaaa benléoudonk ?! »
« Taisez-vous, ridicules créatures ! Vous êtes dorénavant à mon service ! Légion est votre Maître !!! »
« Ah ? bindakalor ! ékouakonfé ? »
« Ouèchef !!! Kouakonfénou ? »

De fait, Légion était bien embêté !
C’était lui le chef mais qu’allait il bien pouvoir commander aux trucs ?
Replongeant à nouveau dans le dedans des trucs, il y piocha une image qui lui plaisait fort.

« Vous allez utiliser les appendices pour lancer des cailloux pour construire une maison en l’honneur de votre Maître Légion ! »
« Pfffff céfatigança ! »
« Ouèdabor ! onveujouénou !!! »

Sentant la sédition menacer à nouveau sa cohérence, Légion utilisa les appendices pour lancer les cailloux pour pincer les trucs très fort et écraser la rébellion dans l’œuf.

« Ayeu !!! pitiépatron !!! onvafèrlaméson !!! »
« ouèouèouè !!! Ayeu !!! pardonpatron !!! »

Laissant la gestion des appendices à cailloux aux trucs, Légion, enorgueilli par son éclatante victoire, se replongea dans le dedans des Tomtes pour APPRENDRE.

3) Développement

Bien des années avaient passé lorsque Légion s’arracha enfin aux informations contenues dans les cervelles des Tomtes.
La créature polymorphe avait beaucoup appris.
Elle avait approfondi ses recherches en s’immergeant toujours plus loin dans la mémoire collective des petits êtres, creusant jusqu‘à l’époque de leur splendeur passée et qu’ils avaient eux-même oubliée, s’imprégnant de sensations aussi abstraites que l’art et la beauté mais sans négliger la cruauté gratuite et la violence la plus extrême.
Ce kaléidoscope de sensations fascinait Légion et il avait maintenant FAIM de mettre en application ces concepts passionnants.
Le bien, le mal, la douleur et le plaisir, tout était potentiellement à sa portée s’il parvenait à assouvir la pulsion unique qui gouvernait les autres : le pouvoir !

Il rassembla l’intégralité de son armée du dedans Lui pour tester la motivation des troupes avant d’initier la conquête qui ferait de lui le Maître des trois royaumes :

« Serviteurs de Légion, rassemblez-vous !!! »
« çaçépadurvukonétousdanlagrossemorve ! Hin Hin Hin ! »
« Ouè !!! Hin Hin Hin ! Onétouslà !!! »
« J’ai décidé que nous allions dominer le monde ! »
« Hin Hin ! Ouèsuper !!! Onvamangéplindetruks !!! »
« Nous allons tester notre puissance en annexant toutes les créatures de la caverne ! »
« Ah… binçacéfédéjà, patron… onamangélétrukdelacavernekanvoudormié ! »
« Ouèdabor ! Toulestruks !!! »
« Onéplinladedan, patron !!! Hin Hin ! »

Légion, légèrement déstabilisé par cette révélation, s’aperçut qu’effectivement, il était devenu gigantesque.
Les deux Tomtes avaient donc conquis la grotte pendant qu’il puisait dans leur mémoire pour devenir vachement intelligent et il fut flatté d’avoir mangé deux séides aussi subtils.
Une multitude de membres et d’appendices flottaient dans son dedans mais aucune extension n’avait pour autant été activée.
Légion en déduisit qu’il était le seul à pouvoir relier de nouveaux éléments à son dedans et c’était tant mieux parce qu’il était quand même avant tout chez lui !
Il fit saillir de partout yeux, bras, pédoncules et cornes terrifiantes, recevant une multitude d’informations chaotiques en même temps qui l’assommèrent par leur richesse sensitive.

Whao !!!

Il pouvait maintenant voir les lieux sur des spectres de couleur jusqu’alors inconnus de lui, son odorat, son ouïe, tous ses sens étaient soudainement démultipliés.
Mais surtout, il disposait d’une quantité innombrables d’armes terrifiantes…
Un de ses nombreuses bouches sourit et il reprit :

« Excellent travail, Séides ! Légion est content du travail que vous avez accompli tandis que des tâches plus nobles me tenaient occupées. Il y a juste une question qui me taraude, finaux serviteurs : qu’avez-vous bien pu foutre des cerveaux qui accompagnaient tous ces morceaux ???» 
« Ah… tuvouakilavu… »
« ahbenmince… ilavudidonk… »
« OU SONT LES CERVEAUX ??? »
« Heu… partipatron… yzémaipalendroua… »
« Immondes larves !!! Vous avez jeté les cerveaux, avouez !!! »
« onsentendaipucrié, patron… »
« Mais il me FAUT des cerveaux pour continuer à APPRENDRE, misérables ruines !!! »
« onlefrapu, patron… »
« nan… Hin Hin ! »
« Je reprends la tête des opérations à partir d’aujourd’hui !!! Nous allons sortir de la caverne par le tunnel que vous aviez creusé jusqu’à mon antre solitaire et conquérir LE MONDE !!! »
« Pfffuuuu onvapusentendrelàdedanmouajdi… »
« Hin Hin nanonvapu !!! »
« Binonpétrakomçaonsesentira !!! »
« Hin Hin ouè ! Hin Hin coul ! »

Et la gigantesque masse s’affaissa lentement sur le sol de la grotte qui l’avait abrité durant des temps immémoriaux et se laissa glisser par le couloir des Tomtes.
L’univers ignorait que l’horreur absolu avançait dans le noir pour prendre le pouvoir et régner sur les Royaumes jusqu’à la fin des temps.

Prochain épisode : « Les Abysses » où « c’est moi où y a comme une odeur là ?! »