L’expérience retirée par Chieuse de ce premier conflit majeur
Fut qu’elle était vraiment heureuse d’exprimer enfin ses rancœurs
En cognant sur les ennemis quitte à mourir en essayant.
Surtout quand elle sut que Loki supportait tous ses agissements…

Avant de le voir de ses yeux, la Kobi pensait que les prêtres
Avaient inventé tous les Dieux pour pouvoir continuer à être
Les vrais détenteurs du pouvoir dans ce royaume ou les guerriers
Méprisaient culture et savoir mais c’était bien plus compliqué.

Elle mourrait pour la première fois et fut donc carrément surprise
De se réveiller dans les bras d’une beauté qui fendait la bise
Et la transportait dans les airs. Totalement abasourdie,
La Koby n’était pas très fière, s’accrochant à la Valkyrie.

Mais son silence ne dura pas… Durant tout le temps du voyage
La messagère supporta son incontinent babillage.
Lorsque la belle déposa enfin son très saoulant paquet
Elle fuit plus qu’elle ne s’envola pensant « Mais d’où sort ce boulet ?!

Transbahuter tous les héros qui sont tombés au champ d’honneur
Devient vraiment un sale boulot avec de tels emmerdeurs !!!
Passe encore qu’ils sentent des pieds et qu’ils soient complètement crétins,
Mais rien ne m’avait habitué à supporter un tel engin ! »

Pendant ce temps, le cauchemar de l’innocente Valkyrie
Se demandait si par hasard c’était bien ça le Paradis…
Le coin était plutôt sympa. Un peu Jordheim mais en plus beau
Et aussi pleins de fiers à bras qui comparaient leurs biscoteaux.

Elle n’avait toujours pas bougé, regardant avec étonnement
Héros, Dieux et puissants guerriers dissertant d’un air important.
Elle crut même reconnaître Thor expliquant aux Thanes comment
Casser les mezzs sans efforts des Guérisseurs arrogants.

Abasourdie elle vit aussi Tyr dans sa belle armure de guerre,
Modi en rage contre Skaldi et que tentait de calmer Eir.
Hel écoutait chanter Bragi, Odin désignait à Ymir
La petite bleue ébahie, affichant un mauvais sourire.

Lorsque le roi incontesté pointa son gros doigt sur la Chieuse
Tout le monde cessa de parler, regardant cette bête curieuse.
Quand la voix d’Odin résonna, la Kobi n’était pas à l’aise.
Qu’il rugisse « Alors c’est donc toi !!! » renforça vraiment son malaise.

Espérant qu’il y avait erreur, elle regarda aux alentours
Pour constater que par malheur les autres la regardaient toujours.
Elle balança sans réfléchir « Ben ouais… Pourquoi ? T’as un problème ?! »
Déclenchant un énorme rire chez le borgne suivit d’un « Ca j’aime !!! »

Il se retourna vers la foule, ajoutant, royal d’arrogance :
« Vous l’entendez, bande de moules !!! Rien ne fait peur à cette engeance !!!
Vous n’êtes que des prétentieux recherchant l’or et le pouvoir
Oubliant, pauvres malheureux, ce qui fait la force de Midgard !!! »

« Vous êtes les enfants de l’acier ! Votre fureur est votre force !
L’orgueil est votre bouclier ! Votre musique les cris atroces
Poussés par les agonisants que vous massacrez sans pitié !
Vous devez charger fièrement quitte à vous faire balayer !!! »

La véhémente déclaration galvanisa les Midgardiens
Qui poussèrent des acclamations, lançant leurs armes avec entrain.
Quand marteaux et haches retombèrent, casques et crânes en firent les frais.
Midgard est peuplé de gens fiers mais quand même parfois un peu niais…

Lorsque l’euphorie s’apaisa, une petite voix se fit entendre.
« « Rushez ! » c’est facile de dire ça, mais en face ils ne sont pas tendres.
Ce qu’il faut c’est s’organiser et gagner de nouveaux pouvoirs,
De puissantes armures craftées… Sans ça on en prend pleins la poire !!! »

L’unique œil brillant de fureur d’Odin recherchait avidement
Qui était ce foutu causeur contredisant ses enseignements.
La foule sous le regard haineux se fendit comme par magie
Dévoilant au suprême Dieu celui qui l’avait contredit.

En fait de « lui », c’était une « elle »… Odin se retourna vers Eir
Grognant « Tu connais la rebelle ? » mais l’autre refusait de se taire.
C’était une naine de petite taille de l’école des Guérisseuses
Flottant dans son armure de maille et glapissant d’une vois furieuse :

« Je commence à en avoir marre de mes séjours répétés
au Walhalla avec des tares qui ne font rien d’autre que charger !!!
Tu peux te foutre des chevaliers et de leurs jupettes risibles,
Si on est pas organisés, ils nous écrasent comme des nuisibles ! »

« Tu acclames toujours les guerriers, ne jurant que par les batailles
faisant la part belle aux mêlées mais oublies qu’on est pas de taille
à pouvoir vaincre les Hiberniens sans cette magie que tu dénigres !
Guérisseurs, Chamans ou Odins se battent pourtant comme des tigres ! »

« Tu soutiens la séparation existant au sein de l’armée !!!
Pour nous c’est une punition de voir nos talents minorés.
Seuls les guerriers sont des Héros à tes yeux et nous de la crotte…
Et bien moi je le cris bien haut : « C’est terminé d’être à ta botte !!! »

Des exclamations de soutien fusaient de la foule maintenant.
Ca n’était pas du goût d’Odin mais il demanda doucement
A Eir qui n’en menait pas large « Comment s’appelle cette emmerdeuse ?! »
« Halaguena ! Et cette barge est la meilleure amie de Chieuse… »

A peine son nom prononcé, la bleue était sortie des rangs
Pointant sa hache et son épée, elle hurla « Gaffe à toi, le Grand !
Si tu t’approches de ma copine, je crève ton œil survivant !!!
La naine c’est comme ma frangine ! Ca vaut pour tous ici présents !!! » 

« C’est pas possible, il y a un nid ! » se lamentait le Tout Puissant.
« C’est encore un coup de Loki !!! Ou est il d’ailleurs ce feignant ? »
Odin éructa de stupeur quand le sournois lui répondit :
« Tu m’as appelé mon Seigneur ? » apparaissant en face de lui.

« Tu sais que je déteste ça !!! » grognait Odin avec fureur.
« Pardon j’oublie à chaque fois… J’espère que tu n’as pas eu peur… »
« Oublions ça ! » reprit le Roi de Midgard dardant un regard
scrutateur sur l’autre sournois affichant une face hilare.

« Ose me dire que cet incartade n’est pas une de tes créations
et tu subiras l’estrapade du haut du plus grand des donjons !!! »
« Mon Seigneur, j’avoue humblement… » susurra le roi des menteurs
« Mais j’ai agi uniquement pour magnifier votre grandeur ! »

« Gaffe ! Il va encore t’embrouiller ! » s’énervaient en cœur Tyr et Thor.
Modi criait de l’empaler, Bragi répondait « Oui mais fort !!!
Il serait fichu d’apprécier !!! » déclenchant des rires sonores.
Lorsque Odin hurla « Assez !!! », il y eut un vrai silence de mort.

« Dieu des tromperies, explique toi ! » ordonna le borgne, menaçant.
« Que vois tu tout autours de toi ? » répliqua l’autre suavement.
« Je vois mes meilleurs Héros ! » dit Odin, regardant la foule.
« Non, mon Roi ! Tu vois un bateau. Un énorme bateau qui coule !!! »

« Pourquoi tes guerriers sont ici au lieu de se battre en ton nom ?
Maladroitement la naine l’a dit : c’est notre manque de cohésion !
Si l’ennemi nous anéantit malgré un courage sans faille,
Il faut changer de stratégie et nous gagnerons la bataille ! »

Odin était le Dieu Suprême, pas un pauvre crétin borné.
Même s’il était devenu blême, il préférait un messager –
Fut il même tordu comme Loki – qui lui disait la vérité
Plutôt qu’une bande d’abrutis flattant sa grande vanité.

« La naine qui ne sait pas se taire, approche toi… MAIS EN SILENCE !!!
Et toi la Kobi en colère, suis donc ce modèle d’arrogance.
Chacune de vous représente une facette de Midgard.
Vous avez contre toutes attentes l’une pour l’autre une amitié rare…

Jusqu’ici les seuls guerriers pouvaient devenir des héros
Mais puisqu’il faut vous motiver, vous devenez tous mes Hérauts !
Prêtres et Guerriers, repartez sur terre et tuez vos ennemis !!!
Cette histoire m’a épuisé et j’ai bien assez vu Loki… »

Odin venait de s’éclipser quand les premières insultes fusèrent…
Dés qu’une beigne fut donnée, la bagarre tourna au sévère.
Chieuse et Hala ne voyaient rien, concentrée sur leurs retrouvailles
Jusqu’à ce qu’elles ramassent un pain et se lancent dans la bataille.

« Bandit, tu m’as forcé la main ! » souriait Odin en regardant.
« Oui mais c’était pour votre bien… » répondit une voix du néant.
Le borgne sursauta, agacé, pestant contre le Dieu Roublard
Puis profita de la mêlée pensant « Qu’on est bien sur Midgard… »