Introduction :

A priori rien ne me destinait à donner une suite à l’étude des classes de Midgard après les textes consacrés au Guérisseur.

Premièrement parce que j’avais parlé de la SEULE classe que je maîtrisais à peu près (arrêtez ces ricanements agaçants je vous prie… ) et surtout parce que j’avais déjà eu de la chance de ne pas me faire agressivement poutrer en « osant » ce type d’exercice.

Vous n’avez jamais remarqué combien la sensibilité des joueurs se trouve soudainement exacerbée dés lors qu’on se permet d’émettre un jugement sur une race, une classe - ou pire – un Royaume ?!

Allez donc faire un petit tour  rapide sur un Forum quelconque dédié à DaoC pour vous en convaincre…

De fait, passer des mois à développer un personnage avec amour pour ensuite lire des commentaires discutables commis par une demi-noob malcomprenante est une atteinte inqualifiable qui doit donner lieu à une sanction exemplaire !

L’avantage – à défaut d’être une excuse - est que mon approche n’est heureusement pas dictée par la vanité ou un quelconque besoin de convaincre mais simplement d’amuser, je ne le dirai jamais assez, et de satisfaire un plaisir d’écrire (et d’être lue).

Sur ces bonnes paroles, laissez moi donc vous donner mon ressenti sur une classe aussi passionnante que subtile qui contribue grandement à la légende de Midgard : le Skald !

1) Complètement con ce nom !!!
Cette réflexion aussi nuancée que savoureuse me fut assénée par un copain aussi concerné par les subtilités des MMORPG qu’un Lurikeen mâle par les greffes d’implants capillaires lors d’un dîner à la maison.

Sur le coup, j’assénais au grincheux une salutaire droite verbale en lui clouant le bec à l’aide de l’argumentaire que la docte joueuse que je suis avait allègrement appris du contexte Daocien

« Sache pour ta gouverne, béotien décérébré et ex-ami que tu es, qu’un Skald est une sorte d’artiste combattant à qui Bragi, le dieu Nordique de la Poésie et du Chant, donne des pouvoirs magiques au travers de ses hymnes martiaux !!! »

Lorsque l’impudent, feignant sournoisement de s’intéresser, me rétorqua « Ah ben c’est un Barde avec un nom débile, quoi ! », je le stunnais immédiatement avant d’appliquer une définitive « perforation d’artère » sur son cou de poulet à l’aide de la fourchette à gigot.

On peut rire de tout, mais il y a des limites quand même !!!
Un Barde ?!
Pourquoi pas un Ménestrel aussi tant qu’on y est ?!

L’espion Hibernien démasqué enfin terrassé et se traînant au sol en gémissant comme la larve immonde qu’il était, je pus quitter ce barbant dîner et retourner sur mon PC approfondir mes connaissances de ce mystérieux Skald tandis que les autres invités appelaient le Guérisseur en faction cette nuit là.

L’heure étant déjà bien avancée, je lançais une recherche uniquement sur l’Internet Français, mon bilinguisme avéré s’étiolant avec l’émergence de la Lune, j’en conviens.
Quelle ne fut pas ma surprise de ne trouver qu’une rachitique définition (perdue au milieu des innombrables pages consacrées à DaoC) qui disait en substance :

« À la fois conteur, précepteur, et moraliste, le Skald de Scandinavie - Skop en Germanie méridionale -  est responsable de l'écriture des sagas, vastes poèmes qui content les exploits des guerriers, et qui se transmettent ensuite de villages en villages.
Ces poètes remplissaient une fonction comparable à celle des Bardes... »

Hum…
Ah c’est ça qu’ils disent eux…

Un poil péteuse, je retournais donc exercer mes talents de Guérisseuse sur l’impudent Nelfe heureusement incapable de poursuivre cette joute verbale passablement mal engagée pour moi et qui continuait à très impoliment pisser le sang sur ma moquette innocente.

2) Mômam, j’veux être Chanteur !

Dans DaoC, qui reste quand même quelque part le principal intérêt du présent texte, le Skald est l’exemple type de la classe double.
Lorsqu’on sait que Midgard comprend le nombre le plus restreint de carrières qui soit, on peut considérer que c’est un avantage certain (voir même l’inverse !).

En effet, passer d’une andouille de Guérisseuse résolument soutien défensif ou d’un lourdaud de Berzerker frappé de la psychologie martiale d’un Pitbull sous PCP à une classe qui est en mesure de se battre mais aussi d’utiliser la magie devient – à priori – un pur bonheur.

ET BIEN C’EST VRAI !!!

Le Skald est à mon humble avis (je suis loin de l’être mais l’expression est ainsi faite…) LA CLASSE la plus « fun » à jouer de toutes les classes du légendaire royaume enneigé.

Pas forcément la plus puissante, pas forcément la plus résistante ni celle qui va défoncer tous les rectums ennemis plus sûrement qu’un Roco Sifredi en vacance à Prague mais tout simplement la plus variée en terme de tactique et d’orientation ludique.

Dans un MMORPG qui défend avant tout les partisans de « l’ÜbbeR template qui roxxe ta race » au détriment des gentils touristes uniquement présents pour rigoler, ça fait vraiment plaisir de constater qu’on peut finalement concilier résultat et amusement.

Car en plus d’être sympa, le Skald est aussi une surprenante machine de destruction lorsqu’il est bien joué.

J’ai longtemps hésité à me lancer dans l’aventure pour cette raison d’ailleurs.
Non pas parce que je n’avais pas envie d’avoir un avatar performant – sans que ce soit la finalité, je prends plus de plaisir à botter des culs qu’à me faire malmener le miens – mais plutôt à cause des exemples qui m’entouraient.

Deux de mes meilleurs amis « in Game » - Meralors et Grossak - sont des Trolls Skalds.
Ce sont de redoutables combattants qui maîtrisent cette classe parfaitement et j’admets que j’avais de franches appréhensions considérant que c’était une carrière réservée aux joueurs de premier niveau et aux Pros.

Ce que je suis bien loin d’être…

Paradoxalement, c’est de cette dualité qu’est né mon désir de reroller une fois de plus.
Après avoir baroudé avec ces deux caillasses plus qu’à mon compte, j’avais pu constater que ces gros malades avaient une liberté d’action totale.

Meralors, à priori pondéré et réfléchie, se lançait dans des charges que je jugeai suicidaire mais qui se soldaient par des gros gnons sur l’ennemi moyennement joyeux.
A l’inverse, Grossak le furieux pouvait, dés lors que la situation l’exigeait, réfréner ses ardeurs naturelles et gérer subtilement des situations complexes.
L’un comme l’autre étaient capables – tels Jekyll et Hyde – d’inverser avec succès des tendances que j’estimais naturelles chez eux tout en s’amusant comme deux petits fous (qu’ils sont !).

L’exaltation des copains, ça donne drôlement envie et j’étais vachement motivée à l’idée de découvrir ce qui pouvait bien regrouper derrière la même bannière ce duo de fondus aussi différents…

3) Plutôt Hard-Rock ou Opéra ?

L’envie n’est pas tout car il faut ensuite faire des choix draconiens si l’on décide de pousser la chansonnette.

Première bonne nouvelle : toutes les races Midgardiennes peuvent embrasser ce formidable métier !!!

Comment ?
« Je dis des grosses conneries pour ne pas changer ! » ?!
Ah ouais ?
« Ouais paske le Valkyn il peut pô être Skald d’abord !!! »

Bon !
Ca commence à bien faire !!!
Je ne le redirai jamais assez, le Valkyn est au royaume de Midgard ce que les Anglais sont à l’Europe : des dégénérés insulaires rendus hirsutes par d’approximatives saillies consanguines aussi capables de chanter qu’un cornet de frittes au vinaigre.
Un Valkyn, ça grogne !
Au mieux ça siffle.
Mais faux…
C’est fou cette manie de toujours discuter ce que j’écris !!!

Maintenant que cette très velue digression est soldée, il est évident qu’un Troll Skald n’aura pas la même approche qu’un Kobold Skald. L’un sera nettement plus porté sur le Death-metal tendance harcore et l’autre sur la reprise des tubes légendaires de Klaus Nomi, n’en doutez pas.

Pour autant, le choix de la race n’est qu’une pure question de goût et nous retrouverons l’éternel différence basique qui ira en s’estompant rapidement à mesure que le joueur se rapproche de l’ultime niveau 50.

Un Troll aura plus de Force, un Kobold compensera sa résistance pathétique par son agilité, le Nain par sa constitution  légendaire et le Viking par rien du tout mais sans trop perdre quand même non plus (ce qui est très clair n’est ce pas !).

Pour ma part, forte de cette logique aussi imparable qu’indiscutable et ne comptant pas encore de « Vikinguette » dans la famille Hala, je me décidais à créer une jolie Skaldette Vik répondant à la douce appellation de HalaCasta (Laetitia pour le look et la grosse de Hergé pour la voix. Logique subtile, quand tu nous tiens…).

4) 20 flight Rock !

Halacasta n’était pas franchement mon premier reroll…  

En ayant déjà bavé des ronds de chapeaux en débutant péniblement dans toutes les zones possibles du royaume, ma superbe chanteuse, toute de clouté croûteux vêtue, commença sa prometteuse carrière dans la ville d’Aegirham avec la ferme intention de casser la baraque !!!

Pour ceux qui l’ignoreraient, l’île SI de Midgard est l’endroit le plus aisé dés lors qu’on souhaite monter rapidement son nouveau personnage grâce aux tâches que donnent les brutes épaisses NPC qui protègent les accès à la cité et qui surplombent la tour de garde.

C’est une vérité que j’ai pu vérifier en solo, en duo – voir plus si affinités – mais jamais avec la même efficacité qu’avec ma Skaldette SEULE.

Et pourtant je DETESTE soloter !!!

Durant 20 niveaux, j’ai cavalé comme une vraie Forrest à travers les plages et les plaines, les collines et les villages indigènes, engrangeant avec une rapidité sidérante les points d’expériences sans mourir une seule fois.
Considérant mon lourd passif de releaseuse folle (ça sonne mieux que pauvre quiche ultime), j’étais tout simplement émerveillée par les fantastiques possibilités que cette gentille brailleuse m’offrait.

C’est la plus grande magie du Skald : être une classe simple dans sa conception mais qui permet des stratégies aussi spectaculaires que variées avec sa  bordée de chants instantanés.

Le Skald se sort pratiquement de toutes les situations…

Il peut immobiliser une cible, lui infliger des dégâts ou la ralentir mais aussi  régénérer la vie, favoriser la frappe, augmenter la vitesse de course et renforcer toutes les résistances de SON GROUPE.

En dehors de régénérer l’endurance et le mana, le Skald sait tout faire.
Mais une seule chose à la fois…

Ben oui.
Ses pouvoirs étant basé sur des chants, on peut difficilement demander à cet exotique personnage d’entonner « l’hymne à Dudule » en même temps que « Carmen » alors il faut savoir faire des choix.

C’est là que le bât blesse…

Un Skald qui ne connaît pas la nature de l’ennemi perdra en efficacité s’il n’est pas fichu de déterminer quelle résistance il doit « chanter ».
Quand on sait que le Skald dispose de chants de résistance pour les six types d’attaques que compte DaoC, il est préférable de se renseigner un poil avant sur le type d’adversaire auquel on est confronté.

En faisant simple, un bon Skald est comme sa définition : un érudit qui connaît son environnement.

Boulet Gentil un sourire Colgate collé sur la face : « Ca y est, les gonzesses : j’ai rerollé un nouveau perso ! Bientôt un nouveau 50 à mon tableau de chasse qui fait déjà pô pitié, j’vous l’dis !!! »
Newbie tout content : « Super !!! Moi aussi !!! On va pouvoir jouer ensembles ! »
Boulet Gentil pas encore joyeux au point d’accepter n’importe quoi : « Ca me ferait mal, Dugenou ! Je me suis JUSTEMENT débrouillé pour avoir LA CLASSE qui se suffit à elle même et n’a pas besoin de s’embourber des ruinasses dans ton genre ! »
Boulet Méchant mauvais comme à son habitude : « T’as rerollé un Bogdar je suppose… Comme tout le monde… »
Boulet Gentil ennuyé : « Heu… Non en fait… J’ai essayé mais c’est pas si Übber que ça le Bogd, tu sais… »
Boulet Méchant son sourire de teigne en coin : « Ah mais c’est vrai ! J’en ai entendu parler de ton Bogdar !!! Comment il s’appelait déjà ? »
Boulet Gentil matant ses chausses : « Ben… Pibus… C’est le générateur qu’avait choisi… »
Pexeur fou ramenant sa fraise, hilare : « Mais moi aussi j’en ai entendu parler !!! Mais bien sur !!! PUBIS LE VALKYN !!! J’en rigole encore !!! »
Boulet Gentil agacé : « Pibus.. »
Pexeur fou déjà parti : « Ouais Pubis c’est s’ke j’dis !!! C’est toi qu’avait des Pets qui cavalaient dans tous les sens mais jamais ou tu voulais !!! Il paraît même que les autres joueurs causaient à tes Pets vu que c’est toi qui les suivait !!! Haha sacré Pubis !!! »
Boulet Gentil recentrant le débat : « Ouais bon… Je fais un Skald, là !!! Ca roxxe trop les mecs, j’vous jure ! »
Rôliste acquiescent : « Il est clair que nos amis poètes au verbe haut et à la voix de cristal sont de formidables alliés contre les puissances honnies du bosquet et de l’acier ! »
Boulet Gentil désespéré : « Mais pourquoi je comprends jamais rien quand il me cause lui hein ? »
Boulet Méchant les yeux levés : « Vas savoir… Ta trépanation au stylet Hibernien lors de notre dernière sortie ? Demande donc à tes Pets de traduire… Pubis »
Pexeur fou hilare : « Ahahah ! Je m’en remets pô !!! Le Pet Humain que c’est celui là !!! Note que je comprends rien de s’ki dit non plus l’autre frappé mais bon… »
Pro soupirant : « Il dit que le Skald est une excellente classe et que ses chants dégagent en bagarre ! »
Newbie pas rancunier : « Et comment il s’appelle ton bozo, Boulet Gentil ? »
Boulet Gentil tout fière : « Afone. Ca jette, hein ? Pour une fois que ce foutu générateur ne me joue pas un tour à la con... Après le coup de Razetouf ma naine Guerrière, je me méfie… On s’était un peu moqué de moi, je m’en souviens. »
Rôliste atterré : « Afone… Et il se méfie qu’il dit, l’animal… Je suis sans voix… »
Touriste curieusement éveillé : « Afone ? Mais t’es déjà une légende !!! T’es le fameux Afone qui chante des résistances de glace contre les Thaumaturges de feu ??? »
Boulet Gentil faisant mine de réfléchir : « Heu… ouais mais c’était au départ quand je croyais qu’il fallait chanter le truc inverse à ce qu’on nous balançait… Genre de l’eau sur les flammes, t’vois… »
Pro dubitatif : « Protéger son groupe contre le froid lorsqu’on prend des boules de feu sur le chignon… Tu vas réussir à faire oublier Pibus, mon pote, c’est clair !!! »
Boulet Gentil piqué : « Ouais moquez-vous, tas de jaloux !!! Moi je file comme le vent, moi !!! J’traîne pô ma carcasse comme un gros cul de plomb, moi !!! Je fonce sur ma proie tel une buse… »
Pexeur fou ricanant bêtement : « …une grosse Buse… »
Boulet Gentil pô content du tout : « Pffffff !!!  Attendez donc que j’aille roxxer en RvR !!! RUSH, DD, MEZZ, buff de dégats et « PAF » dans la tronche !!! Vous rigolerez moins quand vous lirez les Logs, tas d’croutons rassis !!! »
Boulet Méchant confirmant, ce qui n’augure rien de bon : « Ah ben ça c’est clair !!! En face par contre ils risquent de bien se marrer ! Après Pubis le Valkyn, Afone le Skald… Elles  vont se faire dessus et crever toutes rouillées, les conserves !!! »

5) T’as le look, Coco !

Non content de se voir nanti d’un répertoire de chants à faire pâlir une cantatrice même chevelue, le Skald est aussi équipé d’un armement tout à fait remarquable.

Dés le niveau 20, il s’engonce avec élégance dans l’armure la plus performante de Midgard : la maille.
Y pas mieux à la maison, c’est aussi simple que ça...

Ajoutez à ça la possibilité pour lui de se spécialiser dans l’arme de son choix et vous comprendrez aisément que sans avoir pour autant la frappe d’un Zerk, le Skald dispose d’une capacité d’attaque non négligeable, son « mezz » instantané lui permettant de placer les enchaînements les plus complexes sans difficulté.

Si d’aventure le combat tournait en sa défaveur, il pourra même utiliser son « snare » pour ralentir l’ennemi le temps de se mettre à l’abri avant de reprendre sa course légendaire et d’aller voir ailleurs si d’aventure il s’y trouve.

Le Skald c’est le bonheur assuré pour tous !!!
Le Skald c’est Noël !!!

Un Skald arrive en donjon pour grouper ?!
Son rôle évident de tank léger – il possède AUSSI la compétence de protection au niveau 2 – lui garanti d’être groupé aussi sûrement qu’un Guérisseur ou un Chaman car il peut facilement gérer des monstres additionnels non prévus et encaisser les dommages très correctement sans pomper la mana des classes de soutien plus que de raison.

Le Skald aux Vaux ?
C’est lui qui choisit ses cibles, pas l’inverse !
Sa rapidité lui permet de soloter efficacement s’il en émet le souhait ou d’entraîner sinon ses amis dans des soirées de harcèlement et d’embuscade exaltantes, activités ou il excelle.

Mais alors qu’est ce qui coince avec cette foutue classe finalement ?

Il est parfait ce Skald et Midgard devrait en être surpeuplé ce qui est pourtant bien loin d’être le cas ?!

Ben son gros problème en fait c’est le RvR…

6) Dis donc le chanteur, quand t’auras fini tes vocalises, tu viendras aider !!!

Le RvR dans sa conception la plus répandue des masses contre masses, attaque de relique et prise de fort n’est pas franchement l’éclate pour un Skald qui se retrouve bien souvent à incarner le rôle peu passionnant de chauffeur de bus.

Il sert a traîner les derrières souvent douteux de ses petits camarades de la base au lieu de carnage mais une fois arrivé sur place, il se glande quand même un poil.

Autant son chant de dommages directs est une bénédiction en duel, autant en prise ou en défense de fort il devient tarte.
Tout juste bon à empêcher des archers de transformer les copains en pelote d’épingles ou les magiciens de faire des misères.
Toutes les vingt secondes à chatouiller l’ennemi, c’est moyen…

Sa course qui reste sa marque de fabrique devient une curiosité inutile puisqu’on est arrivé. Si encore on pouvait foncer dans les portes comme un bélier vivant, ça aiderait mais comme ça n’est pas le cas…

La faculté de ralentir les déplacements de l’ennemi est tout aussi ridicule puisque tout le monde est arrivé là pour se taper sur le chignon.
Hormis un inespéré furtif qui vient taquiner les remparts dés lors qu’on est en défense ou harceler les attaquants si on est offensif, il est peu probable que ce talent s’exerce beaucoup.

Reste le chant de paralysie.
Toutes les trente secondes sur une cible unique.
Avec tous les fous furieux qui balancent des sorts de zone, des boules de feu et autres joyeuseté à tours de manches, clair que ça va devenir l’élément décisif pour emporter la victoire !!!

Alors il fait quoi ?

Ben il va patrouiller éventuellement autours du fort qu’il attaque pour essayer de débusquer d’éventuels renforts et informer la masse que des gnons se profilent à l’horizon par exemple.

Il va lancer son chant de régénération de vie pour les copains.
Parce qu’il est gentil et prévenant.
Il peut aussi protéger un magicien ou une classe de soutien avec son petit bouclier pendant que les Thanes et les Guerriers sont partis se soulager.

Il peut rejoindre la horde des mabouls qui défoncent les portes à coups de bélier.

Mais en gros il s’ennuie ferme à être ainsi sous-employé, notre chanteur…

Son talent premier reste la mobilité et le harcèlement.
Si possible sur une cible qu’il s’est habilement choisi et qu’il va tout aussi subtilement dégommer en bon petit finaud qu’il est.
En aucun cas les gros merdiers infâmes et statiques où deux énormes paquets de pixels s’étreignent dans un joyeux foutoir digne d’une orgie romaine pour un château paumé au milieu de nulle part !

Notre gueulard sera soulagé quand les portes tomberont enfin, qu’il soit d’un coté ou de l’autre de l’action, et qu’un bon vieux corps à corps des familles s’en suivra dans le sang et la tripaille…

Pexeur fou les bras aux ciel : « Ah ben tout d’même ! C’est qu’on s’inquiétait ! Alors c’était comme cette fameuse sortie avec Afone la future légende ? »
Boulet Gentil un poil détaché : « C’était bien. »
Newbie surpris : « Oh ben cache ta joie !!! C’était l’éclate totale, les mecs !!! Pugléreu mon Chaman a fait un vrai massacre avec ses poisons !!! »
Rôliste en aparté : « Pugléreu… On a hacké le générateur de nom, le doute n’est plus de mise… »
Boulet Méchant qui ne change pas : « Ben et Afone ? Il a bien poussé la chansonnette ! J’ai vu qu’il se mettait à tomber des cordes !!! Hin, hin, hin, ! »
Boulet Gentil aussi enthousiaste qu’une chaussette sale : « Oui, oui. »
Pro conciliant : « Le fait est qu’une prise de Relique réussie est un véritable événement qui ne se reproduit pas souvent !!! Même si ça ne permet pas au Skald de se donner à 100% de ses talents. »
Boulet Méchant sournois : « Certains Skalds se donneront à 100% le jour où les Elfes arrêteront de péter plus haut qu’ils ont le cul… Déjà à 10%, il pourra s’estimer miraculé vu le bloc de pâté que c’est ce mec… »
Pexeur fou toujours curieux : « La ferme, toi ! Allez Boulet Gentil ! Raconte, quoi !!! Kesta fais donc ?! »
Boulet Gentil vague : « Pleins d’trucs… »
Pexeur fou étonné : « Ben genre ?! »
Boulet Gentil qui explose : « GENRE J’ME SUIS FAIT CHIER COMME UN GROS RAT MORT VOILA !!! »
Rôliste compatissant : « Allons, honorable artiste ! Un assaut de forteresse n’est pas l’unique intérêt de nos efforts dans notre lutte sans pitié et tu excelles dans toutes les autres phases d’action ! »
Boulet Gentil effondré : « Même avec Supomentol mon Guérisseur, je m’emmerdais moins… »
Pro doucement à Rôliste : « T’as raison, y a un sacré comique sur le générateur là… »
Boulet Gentil larmoyant : « Comme je servais pas à grand chose, Avoranfix le leader m’a dit d’aller chasser les furtifs… »
Pexeur fou déjà captivé : « Cool ça ! T’en a trouvé ? »
Boulet Gentil qui ne s’arrange pas : « Ouais. Six. »
Rôliste tapant amicalement dans le dos de l’abattu : « BRAVO, chantre des Odes !!! Voilà qui a bien du soulager les fières attaquants de la noble Midgard !!! »
Boulet Gentil mitigé : « Ben pas trop. C’était en une seule fois. Ils m’ont déchiré comme un pôv morceau d’crépon et on passé les dix minutes nécessaires pour qu’on me ressuscite à me sauter sur la couenne en se payant ma fiole. »
Pro toujours factuel : « Excellentes tactique, petit rusé ! Au moins tu les occupais !!! »
Newbie qui voudrait bien s’exprimer : « Moi pendant ce temps je dotais de folie !!! »
Boulet Méchant peu motivé par les succès : « Toi la ferme ! Et après, t’as fait quoi, l’aimant à emmerdes ? »
Boulet Gentil les yeux au ciel : « Avoranfix le leader m’a dit d’aller scouter d’éventuels renforts avec Keskipukomça la Bogdar Vakyn. »
Rôliste tentant de remonter une fois de plus le moral évanoui : « Sans ces merveilleux groupes nous garantissant contre les fourbes attaques ennemis, aucun fort, aucune relique ne serait pris !!! Je te félicite, ami Boulet Gentil ! »
Pexeur fou qui trouve que ça dure un peu trop : « Ben et alors ?! Vous l’avez pris cette relique ?! »
Newbie qui s’engouffre dans la brèche : « Oui !!! Une pluie de RP hallucinante !!! On les a taillés en pièces, ces carnes !!! »
Boulet Méchant sentant joyeusement l’épilogue tragique : « Tais toi, mou du gland ! On parle à l’autre déchet même si je comprends que tu puisses confondre…   »
Pro tentant une approche positive mais flairant la catastrophe : « Génial, les gars !!! Une action pareille, y a pas mieux pour se gaver de RP ! Félicitations !!! »
Boulet Gentil explosant en sanglot : « J’ai pô eu de RP !!! On était parti trop loin et on était perdus… Pis les Pets à Keskipukomça ont agro pleins de monstres tout naze et on est morts comme des malheureux… »
Boulet Méchant explosé de rire : « La seule prise de relique en 6 mois et cette guenille crève lamentablement dans un trou paumé !!! Quand je vais raconter ça aux autres… »
Pro pour une fois menaçant : « Tu ne diras rien à personne ou je te démonte, le nuisible ! Il a déjà assez les boules comme ça pour que tu en rajoutes, je trouve ! »
Boulet Gentil très calme : « Laisse, Pro… De toute façon je vais arrêter DaoC… J’suis trop nul… »
Newbie aussi crédule que mignon : « Fais pas ça Boulet Gentil ! Y a tes dizaines d’autres cinquante, voyons !!! Le Skald c’est pas ton truc, c’est tout !!! »
Boulet Gentil fataliste : « Faut que je me fasse une raison : je suis mauvais, c’est tout. Même avec des modes de triche je paume dans les autres jeux alors sur DAOC, z’imaginez… »
Pexeur fou très légèrement en vrac : « Heu non. On triche comment sur DaoC ?! Ca m’aiderait bien pour pexxer, moi ! »
Touriste apparaissant tel un spectre blafard : « Z’Ävez vÜ ! Y Ä des nÖuvelles rÄces qÜ’Ärrivent !!! »
Pro ravi de la diversion : « Ah bon ? Comment tu sais ça, Touriste ? »
Touriste doctement : « Ben cÖmme j’ÄrrivÄi plÜs trÖp Ä me lÖgger Ä cÄÜse que je chÄrgeÄis tÖÜjÖÜrs ce fÄmeÜx fichier d’ÜpdÄte Sri LÄnkÄis… »
Boulet Méchant amoureux de la clarté : « C’était pas du Grec ?! »
Touriste doctement : « MeÜh nÖn enfin !!! CÄ c’étÄit lÄ semÄine dernière, vÖyÖns…   »
Boulet Méchant fuyant une lutte perdue d’avance : « Ah ben oui, où avais-je la tête… ?! »
Touriste reprenant : « dÖnc jÜsqu’Ä ce qÜe je trÖÜve ENFIN un ÜpdÄte qui pÄsse… »
Pro mort de rire : « Mais c’est de l’Allemand, Touriste… Toutes tes voyelles sont foirées là… »
Touriste surpris : « Äh tiens dÖnc ?! Mince, çä döit être sÜper Ä vÖir !!! »
Rôliste toujours extasié par l’éternel optimiste du fondu : « Disons que c’est spécial, ami Touriste… Tu nous parlais de nouvelles races ?! »
Touriste reprenant : « Qüi dÖnc ? MÖi ?! Äh bon ?! Äh Öui, hihi !!! DÖnc cÖmme je pÖÜvÄis pÄs me cÖnnecter, j’Äi été jeter un Öeil ÄÜx nÖÜveÄÜtés sÜr les fÖrÜms ! Ön vÄ ÄvÖir Üne espèce d’Elf nÖir qu’en est pÄs Ün mÄis qui y ressemble vÄchement !!! Et ÄlbiOn ÄÜrA… »
Tous en cœur : « On s’en branle d’Albion »
Newbie excité : « Il est beau l’Elf noir qu’est pas un Elf noir ? »
Boulet Méchant songeur : « Cool ça ! Même un Elf noir pô vrai, c’est chaotique un Elfe noir… »
Pexeur fou poussant les autres : « Y disent comment ça frite le truc là ? Ca roxxe ? »
Boulet Gentil à nouveau lui même : « Bon… Je reste pour tester ce nouveau truc deux ou trois jours le temps de le monter 50 pépère… Un Elf noir… J’vais en faire un Chasseur ! Avec un Pet loup !!! Me faut un nom qui accroche… Un truc unique qu’on viendra pas me tirer… Qui fasse mystérieux et qu’impose le respect ! »
Rôliste proposant malicieusement : « Pourquoi pas… Drizzt Do’Urden pour le chasseur et Guenhwyvar pour le Pet ? (*) ?! »
Boulet Gentil une banane de trois mètres sur son visage d’andouille : « Trop fort, Rôliste ! Putain y a pas : pour les noms tordus qu’en jette tu roxxes trop de la mort, toi !!! Comment c’est mystérieux ça Drizzt Do’Urden et Guenhwyvar !!! Je vais le déposer !!! »
Pro sarcastique : « Des fois tu es quand même moyennement cool, Rôliste… Ils vont encore tous se foutre de lui avec tes âneries ! »
Rôliste les paumes levées en signe de paix : « Tu aurais préféré qu’il utilise à nouveau le générateur et nous ramène un Vomibeurk accompagné de Proutgluan peut être ?! »

(*) Drizzt est la quintessence absolue de cette sombre race. Lui et sa panthère noire Guenhwyvar sont des personnages cultes d’une saga superbe créée par R.A. Salvatore

Fiche technique du Skald de Midgard

Profil du Skald : les « grands » Skalds que j’ai l’honneur de connaître sont des joueurs très tactiques, souvent leaders de leur groupe ou occupant une place prédominante au sein de leur Guilde.
Ce sont des compagnons qui n’ont pas leur langue dans leur poche et n’hésitent pas à faire connaître leur point de vue, parfois même avec une pointe de cynisme tout à fait savoureuse.
Comme il est plaisant de constater que le fun de la classe déteint à ce point sur celui qui la joue.
A moins que ça ne soit l’inverse…

Caractéristique principale : la décision.
Le Skald dispose de nombreux moyens pour se sortir d’un mauvais pas.
Pour autant, il doit faire preuve d’une très grande maîtrise de ses compétences pour gérer aux mieux ses formidables pouvoirs et choisir la bonne option au bon moment.
Pas de « Double glace » à répétition ni de « mezz » en boucle pour lui mais une approche très instinctive et toujours renouvelée

Caractéristique secondaire : la connaissance.
Un bon Skald ne peut pas ignorer les compétences de l’ennemi.
Théoriquement, aucun Midgardien ne le devrait (sic) mais plus qu’aucune autre classe, sa parfaite évaluation de l’adversaire lui permettra de déterminer quelle résistance activer, sauvant ainsi ses compagnons

Caractéristique tertiaire : la vitesse.
J’ai peu mis en avant jusqu’ici cette aspect pourtant primordial qui fait de cette classe un pur bonheur.
Courir comme le vent pendant que les autres se traînent lamentablement comme des obèses en tongs est plus qu’appréciable, c’est jouissif.
Si d’aventure vous constatez qu’un compagnon de groupe boude durant les trajets, vous avez deux options : c’est un Boulet grincheux ou… c’est un reroll de Skald !

Pathologie principale : la confiance.
Très (trop) rapidement, le Skald devient très sûr de lui.
Aux alentours du niveau 20, cette tendance s’affirme même dangereusement avec l’obtention de son armure de maille et il risque de « flotter » durant quelques niveaux en prenant des risques stupides, persuadé de son invincible supériorité.
Fort heureusement, Monstres et adversaires lui rappelleront salutairement que cette classe n’est rien sans une bonne dose de lucidité

Pathologie secondaire : la solitude.
Bien que toujours apprécié et à mon sens indispensable dans un groupe, le Skald peut rapidement décider de devenir un Soloteur plutôt acariâtre.
A bien des égards, il est vrai que sa classe lui permet de leveller en enchaînant rapidement  « kill tasks » et Quêtes et des mauvaises rencontres répétées ou des groupes catastrophiques pourront l’éloigner des zones peuplées du fait de son caractère parfois très… entier

Pathologie tertiaire : l’endurance.
L’endurance reste la grande faiblesse du Skald et sa force de frappe – bien que très honorable – ne lui permet pas de s’affranchir de styles enchaînés très gourmands s’il veut être pleinement efficace.
Son absence de compétence en bouclier et son esquive inexistante le poussent à essayer de faire durer les combats le moins longtemps possible.
Raison pour laquelle l’OOE est au Skald ce que l’OOM est aux magiciens « mitrailleuses »…

Meilleur ami : avec toutes les fabuleuses possibilités qu’il apporte à l’autre, le Skald ne compte en fait que des amis… Il se marie idéalement avec un frappeur pur qu’il peut épauler et dont il contrôle les éventuels excès et un Chaman qui lui dispense sont « regen endu » si confortable.
D’aucunes mauvaises langues disent pourtant que le meilleur ami du Skald c’est… lui même

Pire ennemi : Les « pullers » multiples.
Autant le Skald excelle dans l’enchaînement bien géré des monstres, autant il sera débordé sans grand espoir de pouvoir reprendre « l’aggro » et de protéger efficacement les classes peu résistantes en cas de pull de masse.
Le Skald court très vite mais il ne goûte que très moyennement les groupes « d’usine »…

Le petit plus : son chant de vitesse puisqu’il faut bien faire un choix…
Demandez à n’importe quel trépané de Midgard ou d’ailleurs ce qui pour lui caractérise plus que tout ce vif-argent pour vous en convaincre

Remarque : Il est amusant de constater que la plupart des Skalds que je pratique voient le coté artistique de leur classe s’étendre à leur personnalité.
Lorsque les discutions « débordent » sur l’IRL comme c’est parfois le cas, je constate que derrière l’artiste virtuel se cache un écrivain ou un graphiste, voir un musicien à la subtilité curieusement en adéquation avec le rôle créatif qui lui incombe dans DaoC

Conclusion :
Devenir Skald, c’est fantastique !