Il est des personnages épiques, d’autres seraient plutôt pathétiques…
L’histoire qui suit, je vous assure, n’est pas le fruit d’une biture
Mais bien la stricte vérité, tout du moins telle qu’on l’a conté.
Prends ton mouchoir, lecteur chéri, voilà Chieuse Grave la Kobi !

Une pauvre petite chose bleue fut recueillie toute bébé
Par un clan de nains valeureux, ses parents ayant été tués
lors du raid d’Hiberniens cruels qui venaient venger des rapines
dont les Kobolds sont naturels. Les Elfes ne sont pas magnanimes !

Si les Nains avaient pu penser tous les ennuis qui allaient suivre
Nul doute qu’ils l’auraient vite noyée ou livrée aux Géants du Givre…
Dés le premier jour la vilaine engouffra comme une vorace
L’ensemble des provisions naines en rampant de  sacs en besaces.

Les Nains étaient très en colère car ils comptaient sur cette sortie !
Ramener nourriture et bière qu’ils avaient piqué aux ennemis
Etait de le but de la mission… Nullement se traîner une Kobi
Et encore moins ce sale glouton qui avait si bon appétit.

Sans denrées c’était la famine qui allait frapper tout le clan.
Aussi c’est d’une voix unanime qu’ils adoptèrent un nouveau plan :
Les éclaireurs avaient noté la présence d’un village humain.
La bouffe devait y abonder et à défaut de bière du vin.

Arrivés aux premières maisons, les nains se sentaient moins confiants.
C’était des chevaliers d’Albion qui défendaient l’accès aux champs.
La nuit était totalement noire et l’effet de surprise jouerait
Mais ils en prendraient pleins la poire si l’ennemi se ressaisissait.

Alors qu’ils bougeaint doucement en prenant moult précautions
La Kobi choisi ce moment pour hurler plus fort que Légion.
Les nains se voyaient déjà morts mais les Albionais s’enfuirent :
C’était une nuit de magie noire, ils croyaient qu’arrivait Ymir !!!

Soulagés le pillage fini, les Nains en ordre se replièrent.
Ils étaient les premiers surpris de n’être pas si pieds sous terre.
Lorsque BrizCrâne le redouté annonça sa hache brandit
« La Kobi on va la bouffer ! » un grand silence s’en suivit.
 
L’intervention de la Kobi avait évité bien des tués !
Chariots et coffres étaient remplis, la mission était terminée.
Le nain – même s’il est bagarreur - n’aime pas les carnages gratuits.
Ca ronchonnait avec fureur, certains marteaux étaient sortis...

Lorsque Barik le bien nommé – il avait trouvé la gamine –
Dit « Nan elle nous a tous sauvés !!! », protégeant la future victime,
Deux groupes distincts se séparèrent : on allait en venir au main !
BrizCrâne était très en colère : on ne brave pas un chef nain !!!

« C’est toi ou elle !!! » gronda BrizCrâne, brandissant son marteau d’acier.
« Je ne cause pas avec les ânes » rétorqua Barik, poing levé.
Les nains ont le sang plutôt chaud : ils se sautèrent tous à la gorge.
Haches, boucliers, épées, marteaux, le fracas fut celui d’une forge !!!

Une fois le silence retombé, Barik était le seul debout.
Il regardait les macchabée en se disant qu’ils étaient fous.
Enterrant ses compagnons d’armes avec l’honneur du aux guerriers
Il regardait la petite carne qui ricanait entre ses pieds.

Quarante nains qui s’entretuent pour une kobi malicieuse
Il vaudrait mieux un compte-rendu moins ridicule pour les pleureuses…
Barik fut tenté un instant de supprimer l’unique témoin
De cet épisode gênant mais il croyait dans le destin.

Cette petite boule bleue capable de déchaîner la zizanie
Méritait un nom mémorable et reflétant sa vilenie.
Repensant à ses vieux amis et à leur fin plutôt honteuse
Il sourit tristement et dit « Je la baptiserai donc Chieuse ! »