Le poème qui suit, tout en alexandrin,
Est une illustration de l’esprit Midgardien.
Les royaumes ennemis sous-entendant souvent
Que nous sommes des bourrins sans vertu poétique,
Il convenait sur l’heure de prouver fermement
Que nos membres – eux aussi – ont un esprit épique.

Notre enneigé pays n’inspire pas la rêverie
Aussi bien qu’Hibernia et ses collines fleuries
et les plaines d’Albion aux monuments grandioses
Sont bien plus adaptées à développer la prose.
Pourtant autour du feu, lorsque la nuit arrive,
Les preux Skalds nous enchantent de leurs chansons festives.

Les idées préconçues qu’un Mids n’est qu’un barbare
Sont nées du dur climat et de nos habitants.
Force est de constater que le froid n’est pas rare
Et que nos rudes soirées finissent le plus souvent
En pugilat total… Point de fête sans bagarre !
Nous avons des joies simples et sommes un peu bruyant…

Avouez qu’un Troll inspire quelques à priori…
D’autant que cette caillasse plutôt mal dégrossie
Deviens vite susceptible à la moindre raillerie.
Ses réaction brutales et son humour pesant
Font de lui un plutôt mauvais représentant
De la finesse exquise et du beau sentiment.

Passons alors au Nain, cet artisan soigné
Dont l’art est reconnu de tous et apprécié.
J’estime sans ambages que derrière sa barbe
Et son sale caractère, se cache en fait un barde
Aussi doué que modeste. N’était une propension
A boire jusqu’à tomber et plus que de raison…

Concernant les Vikings, rugueux humains si fiers,
Ils arborent bien souvent une mode vestimentaire
Qui les fait ressembler à des épouvantails.
Espérons simplement que leurs vêture austère
N’est pas une faute de goût mais bien une manière
pragmatique pour gagner leurs nombreuses batailles.

Le dernier arrivé – je parle du sauvage –
Est un cas sinistré peu à son avantage.
Les longs poils suiffeux qui couvrent tout son corps
Sont aussi poétiques qu’une tête de poisson mort.
Quant à son déhanchement digne d’un épileptique
Il déclenche chez l’ennemi de graveleuses critiques.

Pour terminer la liste dans l’apothéose,
Voici le beau Kobold et sa gracieuse pose.
Avec sa peau soyeuse à la noble couleur,
Ses oreilles admirables, ses trais pleins de douceur,
Il représente enfin la poésie parfaite !
Si ce n’est son langage qui prend vraiment la tête...

Puisqu’il faut bien l’avouer – me voilà fort déçue –
Que Midgard n’est vraiment pas adapté du tout
au bon goût et au beau comme je l’avais cru,
Laissons la poésie à nos ennemis, ces mous !!!
Buvons, rotons, chantons comme seuls les Mids le font
Et bottons leur le cul, pour ça nous sommes champions !