« DaoC : mode d’emploi » où « comment survivre en milieu hostile quand on est Newbye tendance boulet »

Ce pamphlet (sic !) est destiné aux pauvres innocents qui se seraient perdus sur le forum et envisageraient de « signer pour en baver » et autres débutants déjà contaminés par DaoC mais isolés.
Force est de constater que le forum est « squatté » par des vétérans lesquels, non contents de se moquer des « petits nouveaux » en oublient qu’ils furent un jour eux même des newbies  pitoyables

Pas plus une attaque qu’un « ouin ouin », ce post représente juste la revanche des mauvais – que dis-je – un droit de parole ENFIN donné aux gros nullos de tous poils perdus au milieu des OOM et autres acronymes mystérieux dont les joueurs confirmés sont si prompts à nous abreuver.

Ici, pas de « POOL » ni de « BUFF moi andouille de NOOB !!! ». Aux oubliettes les « DING ! » et les « GRATTZZZ !!! » satisfaits.

Ce ne sera pas un glossaire pour autant mais un défouloir tentant à prouver que si l’on est pris pour des andouilles en arrivant, certaines  grosses pointures pesamment installés en sont aussi quelque part les premières responsables…

Par ailleurs, ne souhaitant pas me soustraire aux foudres de ces seigneurs parfois suffisants, je me dois de me présenter succinctement…

Pour ceux qui auraient la chance de ne pas me connaître , je suis Halaguena – guérisseuse naine assez pitoyable mais pleine de bonne volonté et couplant deux traits de caractère souvent complémentaires mais difficiles à assumer (pour les autres) : comme évoqué dans le titre, je suis moi-même newbie spécialisée « boulet »…

J’essaie de me soigner (on m’aide beaucoup et fort gentiment donc je temporise ma critique à l’égard des vrais vétérans) mais force est de constater que jusqu’ici, ça n’est pas gagné (je suis très atteinte).

Voici donc par le commencement mes réflexions profondes tirées de ma première soirée de jeux. Par moments, quelques dialogues vécus et minimalistes viendront illustrer le chapitre en cours. Allez on y va…

Pour ceux qui se souviennent, le newbie émerveillé passe sur DaoC par les étapes suivantes :

1) Quant on arrive en ville…
La première connexion faite (je passe les affres liés à la création du perso initial car j’y reviendrai probablement dans un post futur dédié…), le débutant apparaît dans un village quelconque.
SEUL.
S’il n’a pas la chance d’être accueilli par un ami qui l’aurait initialement branché sur DaoC, il a longtemps l’impression d’être une rognure d’ongle dans un coulis de framboise : pleins de gens élégants aux armures chatoyantes passent mais l’ignorent superbement.
De son coté, les seuls personnes que le débutant parviendra à sélectionner pour dialoguer avant longtemps seront des NPC aussi prosaïques que des poignées de porte – et pour cause.

Certains joueurs communicatifs font cependant regretter d’avoir été apostrophé. A preuve…

Un passant à l’armure superbe : « Hé Hala T noob heal ou T reroll »
Moi, trouvant le roleplay drôlement poussé et cherchant dans la doc une traduction adaptée à cette langue étrange et la technique pour répondre à ce sympathique mais fort mystérieux quidam. J’appuie sur des touches, l’interface devient folle, revient, repart…: « (silence) »
Le passant à l’armure superbe après 30 secondes : « A défaut d’être jolie, tu pourrais être polie… »
Et « pouf », il me plante là comme une andouille, un peu interdite et navrée. Je suis cependant enchantée que le module de traduction ai fonctionné cette fois ci. Si seulement je savais quelle combinaison de touche l’a activé…
Je replonge dans la doc et deux minutes plus tard, je réponds fièrement au passant à l’armure superbe : « Pardon je n’avais pas compris »
Et lui de répondre : « POV NOOB T NAZ »
Mince ! Le module de traduction est à nouveau désactivé, me dis-je…
 
2) Dehors c’est mieux que dedans…
Lassé de « discuter » avec les NPC (sic !) ou de ne rien comprendre aux gentils pasants, le Newbie tendance Boulet décide alors de sortir de la ville. Ce passage « évident » n’est signalé que par une musique minimaliste  pitoyables et une ligne de texte dont le newbie n’a pas encore saisi l’importance stratégique.
Pour lui, c’est à l’écran que ça se passe !
Avisant des bêtes en promenade à l’orée de la ville, le newbie innocent se dirige vers elles.
Avec méfiance…


3) M’auront pô vivant !
Certes !
A peine dehors, le niais est assailli par une horde de monstres psychotiques.
Le newbie paniquant bataille plus – il faut l’avouer - avec la doc squelettique qui lui a été livrée avec le jeu qu’avec les bestioles.
Il court, recule, panique encore plus et s’attire les foudres d’une pléthore de monstres initialement paisibles par ses simples gesticulations lamentables.

Le premier résultat sera sans nul doute un terrible « Monstres : 1 – Newbie : 0 ».
Et ce sous l’œil mi-amusé mi-méprisant des vétérans qui pensent qu’après tout, c’est en forgeant qu’on devient forgeron et autres « si j’en ai chié, y a pas de raison que t’en chie pas »


4) Si t’es mort, t’es « Sirop Sport » !
La bouche pleine de terre pour la première fois, le Newbie prend conscience de l’existence de la fenêtre de dialogue en suivant servilement les instructions indiquées pour réincarner son misérable Avatar plus raide qu’un bâton de sucette.

NB : certains newbies tendance boulet trop sévèrement atteints arrêteront ici leur aventure… D’aucuns peuvent penser que c’est un bien, je ne peux m’empêcher de croire que c’est dommage.


5) Le retour de la vengeance II
On peut être newbie sans pour autant être complètement golio.
Nanti de sa première expérience tragique, le débutant repart au baston en prenant soin – cette fois ci – d’analyser pleinement les tenants et aboutissements de ses actions (et de lire religieusement le chapitre adapté dans la documentation…).
La bataille qui suit est âpre, sanglante et se solde - n’en doutons pas – par une éclatante victoire.
Le premier monstre vaincu s’écroulant dans un cris déchirant est un moment d’extase totale !!!
Pour les plus chanceux qui n’oublient pas de ramasser l’éventuel sac déposé par la bestiole précocement décédée, cet instant se double d’une joie indicible de posséder un morceau de squelette voire – on peut rêver – une dent de loup famélique.
ET C’EST A LUI !!!


6) Roi du pétrole
Maintenant qu’il détient le pouvoir de tuer de « redoutables créatures », le newbie prend confiance. Il enchaîne les monstres, galvanisé qu’il est par ses formidables succès répétés.
Du statut de pauvre ruine méprisée, le newbie devient le « King of the Kill ».
Rien ne lui fait peur !
Il attaque, feinte, saute, se tourne…
Le Newbie est CONVAINCU que bouger (le plus souvent en reculant, il faut en convenir…) améliore sa capacité à éviter les coups de son adversaire. Et il pousse bien évidemment sa chance jusqu’à se faire à nouveau ramasser par un monstre en goguette distrait mais agacé par le jeu de jambe effréné de ce tas de pixels hystérique.


7) Pfff fastoche !!! J’ai tout compris…
Enchaînant les monstres comme une moissonneuse batteuse (Humm.. Oui bon d’accord, je me laisse un peu emporter…), le newbie peaufine sa technique.
Il bouge moins, se repose plus et commence peut être même à utiliser quelques sorts et capacités propres à sa classe (pour les plus dégourdis).
L’ensemble manque encore un peu de fluidité mais ça vient doucement.  Généralement c’est à ce moment que le Newbie est atteint d’une maladie assez commune appelée « Melon » ou « cheville qui enfle »…

Il SAIT comment ça marche

Si par malheur un autre newbie non atteint de « Melon » contacte le Newbie infecté, il aura d’ailleurs l’impression de parler à un vétéran endurci. Fort heureusement, la maladie passe rapidement dés lors que le Newbie change de zone et part à l’aventure :  il apprendra à nouveau rapidement l’humilité… 

Ma première soirée de jeu s’est achevée sur ce sentiment d’avoir progressé comme personne n’avait dû le faire avant moi. J’étais fière d’avoir vaincu l’adversité et émerveillée par les trésors incomparables qui peuplaient mon inventaire (de fantastiques crocs de serpents anémiés, peau de lynx mités  et autres tibias de squelette poreux).

Je ne savais pas encore quoi faire de ces extraordinaires récompenses mais cela viendrait : chaque chose en son temps !

Seule mon incapacité à communiquer avec les autres races m’ennuyait un peu (mais après tout j’étais une naine et le passant à l’armure superbe était un humain ! Quel réalisme poussé !) Ce serait rapidement régler une fois que j’aurai réactivé le traducteur.
Demain…